mardi 13 juillet 2010

La construction des pyramides, selon Hérodote revu et non corrigé par des ingénieurs civils du XIXe siècle

On pouvait peut-être s'attendre à mieux de la part d'ingénieurs civils ! Disons : un peu plus de distance par rapport à la relation d'Hérodote et à ses "machines fabriquées avec de petits morceaux de bois". Mais il faut bien le reconnaître : de longs siècles durant, on n'avait guère d'autre référence prétendument sérieuse à se mettre sous la plume que le célèbre "Père de l'Histoire".
Il n'y a donc aucune révélation particulière à attendre du texte qui suit, extrait de la revue Civil Engineer and Architect's Journal, scientific and railway gazette, vol. IV, 1841. On relèvera pourtant une comparaison intéressante entre la "perfection intellectuelle" des Grecs et la qualité de ce que l'on appellerait aujourd'hui "l'aménagement du territoire", où les Égyptiens ont excellé grâce à la qualité de leurs travaux publics, qui leur ont permis de faire de leur pays le grenier de l'Europe.


Photo Marc Chartier
Engineering works of the Ancients, n° 2, February 16, 1811
"Continuing our notes from Herodotus, the present paper will principally relate to the Egyptians, whose works like those of the Babylonians, have an interest for us, as giving rise also to a school on which Greek engineering was founded. It is one of the most ancient of which we possess authentic monuments and records. The Egyptians like the Babylonians principally devoted themselves to hydraulic engineering, in which they made great progress ; their other works also afford convincing proofs of their attainments in other departments of the art. The account of Egypt in Herodotus might be almost termed a history of engineering in that country, where it was called into play as one of the great instruments of national advancement, the exploits of a prince consisting as much in the works he executed, as in the victories which he obtained. This is one of the features of a system of polity, to which Egypt was indebted for great social progress, and an exemption from many of the evils which afflicted surrounding nations. If from moral causes Egypt never attained the intellectual perfection of the Greeks, yet by the extent of its public works the country was brought into a high state of cultivation and productiveness, so as to make it for centuries the granary of Europe. It was less owing perhaps to the fertility of the soil, than to the facilities afforded as to internal communication, that the resources of Egypt were made so extensively available.

Causeway of Cheops
Cheops, it is said by our author, degenerated into extreme profligacy of conduct, and oppressing the Egyptians, in every way, he proceeded to make them labour servilely for himself. Some he compelled to hew stones in the quarries of the Arabian (query) mountains, and drag them to the banks of the Nile ; others were appointed to receive them in vessels and transport them to a mountain in Libya. For this service a hundred thousand men were employed, who were relieved every three months. Ten years were consumed in the hard labour of forming the road, through which these stones were to be drawn ; a work cited by Herodotus as equal in difficulty to the pyramid itself. This causeway was five stadia in length, forty cubits wide, and its extreme height thirty-two cubits, the whole of polished marble, adorned with the figures of animals. So far our author, a modern account by Pococke and Norden, says that there is still a causeway running part of the way from the canal which passes about two miles north of the pyramids. This extends about a thousand yards in length, and twenty feet wide, built of hewn freestone. It is strengthened on either side with semicircular buttresses, about fourteen feet diameter, and thirty feet apart. There are sixty-one of these buttresses, beginning from the north. Sixty feet farther it turns to the west for a little way, then there is a bridge of about twelve arches, twenty feet wide, built on piers that are ten feet wide. Above one hundred yards farther there is another bridge, beyond which the causeway continues, about one hundred yards to the south, ending about a mile from the pyramids where the ground is higher. The reason for building this causeway and keeping it in repair seems to be the lowness of the country, the water lying on it a great while.

The Great Pyramid - the Middle Pyramid - Third Pyramid
As we are rather giving common-place notes from the individual authors, than complete accounts of the works, we have less compunction in copying what Herodotus says of the much-written subject of the pyramids. Having described the causeway just mentioned, our author goes on to say that a considerable time was consumed in making the vaults of the hill on which the pyramids are erected. These he intended as a place of burial for himself, and were in an island which he formed by introducing the waters of the Nile. The pyramid itself was a work of twenty years : it is of a square form ; every front is eight plethra long, and as many in height ; the stones very skilfully cemented, and none of them of less dimensions than thirty feet. The ascent of the pyramid was regularly graduated by what some call steps and others altars. Having finished the first flight, they elevated the stones to the second by the aid of machines constructed of short pieces of wood (supposed by some to be the pulley) ; from the second, by a similar engine, they were raised to the third, and so on to the summit. Thus there were as many machines as there were regular divisions in the ascent of the pyramid, though in fact there might be only one, which being easily manageable, might be removed from one range of the building to another, as often as occasion made it necessary ; both modes have been told me, says Herodotus, and I know not which best deserves credit. The summit of the pyramid was first of all finished off ; descending hence, they regularly completed the whole. Upon the outride were inscribed in Egyptian characters, the various sums of money expended in the progress of the work for the radishes, onions and garlic consumed by the artificers.
The middle pyramid, attributed to the daughter of Cheops, is stated to have an elevation on each side of one hundred and fifty feet.
Chephren, the brother of Cheops, is mentioned as the builder of the third pyramid, which was less than his brother's. It has no subterraneous chambers, nor any channel for the admission of the Nile. The ascent is entirely of Ethiopian marble of divers colours, but it is not so high as the larger pyramid by forty feet. The pyramid stands on the same hill as that of Cheops, which hill is near one hundred feet high."

mercredi 7 juillet 2010

Les pyramides, en version latine, par Christophori Füreri ab Haimendorf (XVIIe s.)

Chers amis lecteurs de Pyramidales,
en preuve de remerciement pour votre fidélité et de reconnaissance de votre assiduité à gravir les pentes ardues, mais exaltantes, de l'égyptologie, en compagnie d'auteurs anciens et modernes, je vous ai réservé pour cet été le texte qui suit... en guise de devoir de vacances ! Il date de 1621. Il est extrait de l'ouvrage de Christoph Fürer von Haimendorff : Itinerarium Aegypti, Arabiae, Palaestinae, Syriae aliarumque regionum orientalium [latine versum a Georg Richter]. Addita est oratio funebris [auctore E. Sonero] et carmina exsequialia... (Source : Gallica)
S'il se trouve parmi vous un latiniste distingué, sa traduction (en français ou anglais) sera la bienvenue, pour nous permettre d'effectuer les corrections nécessaires à nos propres copies. Sinon, je devrai bien me mettre à la tâche ou trouver une autre solution, par connaissances interposées.
A toutes fins utiles, je précise que le dictionnaire latin-français de Gaffiot (dont est extraite l'illustration ci-dessous) est en ligne sur Internet : cliquer ICI.

"Hinc ad Pyramides abivimus, quae è regione Cairi in campo latissimo et arenoso positae sunt, ubi collis monstratur, super quem domum Potipharis, qui Josephum patriarcham servum habuit, exctructam fuisse dicunt.
Videntur adhuc nonnulla ejus rudera è lapide coctili. Pyramides vero certamine olim et opibus regum instar montium eductae, hodie in majores et minores distinctae sunt, quarum illae adhuc integrae sunt, hae vero collapsae omnes. Omnium maxima ingentis admodum altitudinis est, non minus artificiose quam splendide extraucta. Ea parte, qua videtur, harenae imposita est, ita tamen ut fundamentum rupi innitatur.
Extrinsecus è marmore albo impolito facta est, ab imo ad summitatem usque CCXII circiter gradibus prominentibus assurgens, qui singuli è lapidibus quadratis facti sunt, longitudine septem pedum, altitudine dispari atque ; varia, plerunque tamen pectus viri attingente. Inferior illius pars ad medium usque harena et lapidibus obruta est. Singula latera passus habent CCCXXIV epistylium LII pedes plus minus crassum est, quod obnimiam altitudinem acuminatum admodum videtur, cum tamen planities sit L hominum capax, in qua robustissimus aliquis sagittarius consistens, nunquam telum extra basim Pyramidis emittet.
In describenda vastitate hujus molis auctores non consentiunt. Sunt nonnulli qui altitudinem ejus DC ilnarum esse dicunt, crassitudinem vero MMCCCC singulas vero ulnas trium spithamarum. Alii vero eam mille palmas Romanaas altam esse scribunt, singulas vero palmas unius spithamae et digiti longitudinis.
Versus Aquilonem egregium habet introitum, ex marmore albo polito factum, cujus ostium staturam viri exaequat ; estque haec sola inter omnes Pyramides quae clausa non est. Introitus longitudo CLX passuum est, latitudine inaequali, ita ut in vestibulo patescens progrediendo coarctetur. In fine introitus ad sinistram alius est transitus praeruptus, altus admodum, sed latitudinis exiguae, rubro marmore stratus, et versicolori tabulatus. In ejus medio descensus est in aliud conclave perangustum, per quod recta transitur in cameram quandam XXVII cubitos longam, et XII latam, quae decem lapidibus sibi invecem oppositis tecta est, et in medio instar collis elata. Ex hac retrogredi oportet per conclave illud angustum in aliam cameram, cujus longitudo XL pedum est, latitudo vero viginti, in cujus introitu submisso admodum, e marmorer monumentum est eximium, cujus altitudo pectus viri attingit, longitudine novem pedum, latitudine quinque.
Sub inferiori camera, ubi transitus est, plures sunt cavernae subterraneae, in quas summa difficultate accensa face ad ultimam usque, quae collapsa est, descendimus. Ex hac olim Pyramidem proxime adstantem transitum fuisse memorant.
Prope hanc Pyramidem e regione Cairi Sphinx est rupi incisa, excelsae admodum magnitudinis, cujus caput pectusque cum dorso adhuc videntur, reliquum corporis ventorum vis harena operuit. Capitis ambitus sive crassities LIII passuum est, longitudine plane eadem. Proper umbilicum foramen habet quadratum, ubi olim sacerdotes Ethnicorum occultati quaerentibus responsa reddidere, quod Aegystii pro oraculo habuerunt."




mardi 6 juillet 2010

Les pratiques funéraires des Égyptiens : une étude de Claude Guichard (XVIe s.)

Illustration (1700...) extraite de Gallica
Le texte qui suit est extrait de Funérailles et diverses manières d'ensevelir des Romains, Grecs, et autres nations (1581), de Claude Guichard (1545-1607), qui se présentait lui-même comme "docteur ès droits". 
Pour la commodité de la lecture, j'ai rétabli l'orthographe actuelle, sauf pour certains mots dont le sens est néanmoins explicite. J'ai également respecté le style de l'auteur, même s'il est parfois quelque peu tortueux.
On ne manquera pas de constater certaines imprécisions dans le contenu de ce texte : nombre d'ouvriers sur le chantier de construction de la Grande Pyramide (360.000 hommes "continuellement employés" durant vingt ans), dimensions de la seconde pyramide par comparaison avec la pyramide de Khéops... Claude Guichard est le témoin des connaissances de son époque. Sa description des pyramides prend appui sur de nombreux auteurs anciens (Hérodote, Evemere, Duris le Samien, Aristagoras, Denys, Artemidore, Alexandre Polyhistor, Butoride, Antisthène, Demetrie, Demotele, Apion...) dont beaucoup ne figurent plus au panthéon des références en égyptologie. Puis l'auteur d'en arriver à cette sage conclusion : "Il n'y en a pas un qui parle avec assurance [des trois grandes pyramides de Guizeh], au moyen de quoi ne s'en peut tirer autre résolution."
On notera en outre que mention est faite, non pas de sept Merveilles du monde, mais de "quatorze merveilles de l'univers". D'où vient ce supplément ?

"
Or il est temps de voir du lieu où les Égyptiens ensevelissaient, et de la magnificence de leurs sépulcres. Diodore le Sicilien, parlant de leurs funérailles, semble dire que la plupart (d'eux) gardaient les corps de leurs devanciers en leurs maisons, prenant un merveilleux plaisir et contentement d'esprit de voir les traits de visage et la stature de plusieurs de leurs ancêtres, comme s'ils fussent encore vivants, et conversassent avec eux.
Et toutefois, non guère loin de là, il met après cette différence entre les riches qui avaient des sépulcres, et les autres qui n'en avaient point, ou qui étaient endettés ou chargés de quelque crime, que ceux-là ensépulturaient leurs morts enchâssés comme nous avons déclaré ci-dessus, en leurs propres tombeaux, et ceux-ci les mettaient en leurs maisons en un lieu commun et député pour la sépulture de toute la famille, dressant les châsses debout contre la plus ferme muraille de céans. Et quant aux autres qui, se trouvant endettés ou crimineux, étaient à cette occasion forclos de leurs propres sépultures, on les gardait, ce dit-il, pareillement au logis (mais sans cercueil), attendant que les enfants de leurs enfants devenus riches missent ordre à les faire ensevelir somptueusement comme il leur appartenait.
Ces deux passages se contredisent si manifestement que je ne cuide (1) pas qu'il y ait moyen de les accorder, ni d'en tirer aucune bonne résolution. De cela ne pouvons-nous aucunement douter que plusieurs d'entre les Égyptiens ne gardassent les corps de leurs prédécesseurs dans leurs maisons. Car outre Hérodote (…) et Pomponie Mele, qui l'écrivent, Lucian témoigne, comme l'ayant vu, que non seulement ils les y tenaient embaumés et desséchés à leur mode, mais aussi les asseyaient à table avec eux, buvant, mangeant et faisant grande chère en leur compagnie. Douter aussi ne pouvons-nous pas qu'ils les ensevelissent en la campagne, et loin de leurs maisons, tant de marques de sépulcres d'une façon et d'autre se voyant encore aujourd'hui par tout le pays. De sorte qu'il faut nécessairement conclure qu'ils les ensépulturaient partie en leurs maisons, partie aux champs. Et pour le regard de ceux qui ensépulturaient leurs morts ès (2) maisons, il est vraisemblable que les plus opulents les tenaient en des salles basses magnifiquement parées, dressés et arrangés tout à l'entour contre la paroi, dans leurs étuis, châsses et cercueils de bois taillés en effigie d'homme ; au lieu que les moins riches les mettaient tout pêle-mêle ou autrement dans quelque voûte faite exprès en quelque coin du logis.
Quant aux autres, qui ensevelissaient hors les maisons et les villes en la campagne, ils bâtissaient tous leurs sépulcres le plus somptueusement que leur était possible, qui d'une façon, qui d'une autre, chacun selon sa fantaisie et le moyen qu'il avait d'y dépendre (3), aimant beaucoup mieux avoir leurs sépulcres honorables et superbement édifiés que non pas leurs propres maisons, et se moquant des Grecs et autres peuples, qui faisaient bâtir avec grand frais et dépense des magnifiques palais, où ils ne pouvaient habiter que bien peu de temps, et ne souciaient comme point de leurs tombeaux, èsquels (4) ils avaient à demeurer éternellement. Aussi appelaient-ils les maisons, où nous demeurons, hôtelleries et logis de passants, et les sépulcres, maisons éternelles, eu égard au peu de séjour que les hommes font en cette vie, et au long temps qu'il leur faut reposer dans le cercueil.
De fait, si jamais nation fut curieuse de la superbe et magnificence des sépulcres, ç'ont été les Égyptiens ; et de ce ne faut aller chercher preuve plus loin qu'ès ruines d'une infinité d'admirables structures et grosses masses de pierres, qui servaient jadis de tombeaux, et se voient encore aujourd'hui çà et là, et éparses par toute l'Égypte. Ils les dressaient coutumièrement ès lieux déserts et relevés, comme quelques-uns, qui ont voyagé en ce pays-là, ont observé, non pas pour épargner la terre labourable, fuyant les lois de Platon, mais bien, à mon avis, afin de mieux contregarder les corps embaumés, lesquels ils savaient ne se pouvoir maintenir longuement ès plaines fertiles, où le Nil se déborde tous les ans.
C'est pourquoi la montagne stérile et sablonneuse, qui est à quelque quatre lieues loin du Caire, fut jadis avec toute sa planure occupée de sépulcres, et d'un grand nombre de pyramides d'une sorte et d'autre, qui pour la plupart ont résisté au temps jusques à maintenant, et principalement ces deux ou trois dont la renommée s'est épandue par tout le monde, et qui ont été contées entre les sept, ou, pour mieux dire, quatorze merveilles de l'univers, pour l'excessiveté et grandeur incroyable de leur fabrique, sur le fait desquelles il y aurait beaucoup de choses à considérer et discourir ; mais je ne m'y veuille autrement arrêter, sachant qu'il n'y a guère auteur ancien ni moderne qui, pour peu d'occasion qui se soit offerte d'en écrire, n'ait volontiers embrassé ce sujet, joint que de tous ceux qui en ont parlé, à peine s'en trouve-t-il deux qui s'accordent touchant les mesures, et moins qui sachent dire résolument quels rois les firent bâtir, qui est certes une très juste punition d'avoir enseveli la mémoire des premiers inventeurs d'une si folle et superbe dépense.
Elles sont posées toutes trois assez près l'une de l'autre le long d'un marais jadis appelé Achérusie, aujourd'hui Nitron (5), par-dessus lequel les Memphiens et autres habitants de là (6) le Nil passaient à bateau les corps embaumés, qu'ils portaient ensevelir en la montagne ; au moyen de quoi les Grecs prirent occasion d'inventer (…) des fables de leurs rivières et paluds infernales.
La plus haute et plus admirable à regarder est presque encore en son entier, combien qu'il y ait plus de trois mille ans que le roi Cheopes ou, comme Diodore l'appelle, Chemmis, la fit édifier de grosses pierres fort dures, la moindre de trente pieds de long, lesquelles furent
tirées et apportées avec un incrédible travail des carrières d'Arabie. Cent mille hommes demeurèrent dix ans après à les rouler et conduire, et trois cent soixante mille furent continuellement employés par l'espace de vingt ans entiers à les mettre en œuvre.
Elle est de forme carrée, comme aussi sont les deux autres, faite à degrés par le dehors. En cela s'accordent bien ceux qui en ont écrit, mais ils varient tous pour le regard de la largeur et hauteur. Belon, qui l'a vue et mesurée, dit que chaque face du plant ou carré d'en-bas n'a que trois cent vingt-quatre pas raisonnables de large, et qu'à compter du pied de la pyramide en montant jusques à la cime, on y trouve deux cent cinquante degrés, chacun de la hauteur de cinq semelles à neuf points, qu'il estime revenir à quelque mille pieds ou environ.
La seconde, beaucoup moindre en hauteur et largeur que la précédente, fut bâtie par Chephren, que Diodore appelle Cephus, frère de Chemmis, autre ment Cheopes, qui lui succéda au royaume, en un lieu plus haut, au moyen de quoi elle apparaît de loin être la plus grande, iaçoit (7) qu'à la voir de près on trouve le contraire. Elle est toute massive et n'a point de degrés par dehors, là où celle de Chemmis est creuse par le milieu, y ayant quelques allées et chambres, en l'une desquelles est un coffre de marbre noir, fait dune seule pièce à la mode d'une châsse, long de douze pieds, haut de cinq et large autant, lequel, comme il est vraisemblable; servit de sépulcre au roi qui la fit faire.
La troisième pyramide, qui est la plus petite, surpasse les autres deux non en ouvrage, mais en étoffe et matériaux. Car tout le bas d'icelle jusques au milieu est fait d'un certain marbre noir d'Éthiopie, appelé basalte, mal aisé à tailler au possible, et aussi dur que le fin fer. Le reste est de matière pareille aux autres, et n'a d'ouverture en toute sa masse non plus que si elle venait d'être faite. Les uns disent que le roi Mycerin fut celui qui la fit faire ; les autres l'attribuent à Rhodopé courtisane, et bref des anciens auteurs qui en ont écrit, comme Hérodote, Evemere, Duris le Samien, Aristagoras, Denys, Artemidore, Alexandre Polyhistor, Butoride, Antisthène, Demetrie, Demotele, Apion, il n'y en a pas un qui en parle en assurance, non plus que des deux précédentes, au moyen de quoi ne s'en peut tirer autre résolution.
Cela est tout certain et fait à notre propos qu'elles ont été bâties pour servir de sépulture, et non pour autre, iaçoit que pas un des rois qui les fondèrent n'y ait été enseveli, à cause que leurs propres sujets émus à fureur et irrités contre eux les déchirèrent en pièces après leur trépas, partie pour se venger des mésaises (8) qu'ils leur avaient fait souffrir pour une vaine gloire et ostentation, partie pour autres leurs insolences tyranniques et trop rudes comportements.
Quelques-uns toutefois ont voulu dire que ce fussent là les greniers de Joseph lorsque la famine assaillit le pays d'Égypte, s'aidant de l'étymologie du nom de pyramide qu'ils estiment venir de ce mot grec puros, c'est-à-dire Bled, à laquelle opinion Grégoire Nazianzene se semble point autrement répugner. Mais outre ce que par la supputation des années on peut facilement avérer le contraire, comme ainsi soit que du temps de Joseph et de Pharaon, sous lequel vint cette famine, la cité de Memphis n'était point encore, et partant beaucoup moins que les pyramides, la structure d'icelles découvre manifestement de combien ils s'abusent, les deux étant massives, comblées jusques à la fine pointe, et ne pouvant servir à tenir grain, et la troisième tellement bâtie, qu'ayant lu ce que Belon en a écrit, je ne cuide (1) pas qu'aucun puisse douter qu'elle ne servit de sépulture. Or, comme les Égyptiens, qu'on répute à pères de toutes sciences, ne fissent rien sans quelque mystère et cachée considération, aussi ne faut-il pas estimer qu'ils honorassent les sépultures des rois et grands seigneurs de cette sorte de bâtiment carré allant toujours en amenuisant depuis sa base jusques à la cime, plutôt que de nul autre sans quelque raison. Et de fait, eux n'ignorant point que la figure pyramidale, pour être composée du nombre de dix mille, qui est le grand et le plus parfait de tous, signifie la fin, la perfection et entier accomplissement de toute œuvre, il y a grande apparence qu'ils faisaient dresser des pyramides sur les sépultures de leurs princes pour donner à entendre à la postérité qu'ils avaient heureusement et en honneur achevé le cours de leur vie, et que la gloire et perfection des hommes se doit considérer principalement à la mort, qui est la fin complète de toutes choses – la seule heure dernière – parfaisant, comme dit le poète (9), notre bonheur ou bien notre misère.
Quelque peu au-dessous de la grande pyramide, à main droite devers l'Orient, il y a une tête de pierre du tout admirable, non seulement pour l'artifice dont elle est faite, la proportion de toute la face qui regarde vers le Caire, comme du nez, des yeux, de la bouche, du front et autres parties semblables y étant parfaitement observée, mais beaucoup plus encore pour sa grandeur démesurée. Car elle a de circuit en grosseur, la prenant vers le front et les temples (10) cent et deux pieds, et de longueur, du menton jusques au sommet de la tête, quelque soixante-trois, et est toute massive taillée d'une seule pierre de cette espèce de marbre si dur dont avons parlé ci-dessus, et posée sur une base de même, faite en forme cubique. Si c'est celle-là qu'Hérodote appelle Androsphinx, et Pline Sphinx tant seulement, qui est une espèce de monstre ayant face humaine et le corsage de lion, je le laisse débattre à Belon. Certes, ni la description ni les mesures de Pline ne lui conviennent point.
Mais quoi qu'il en soit, de là nous pouvons comprendre les merveilles des ouvrages égyptiens, et découvrir que les rois, non seulement honoraient leurs sépulcres de pyramides, mais aussi de plusieurs autres grandes masses et colosses, de sphinges, d'obélisques et semblables structures admirables, comme de labyrinthes et superbes palais. Car Hérodote écrit, et Pline le confirme, que cet Androsphinx ou Sphinx fut taillé exprès pour servir de sépulture au roi Amasis."
  1. cuider = croire, penser
  2. ès = dans les
  3. dépenser
  4. dans lesquels
  5. lire : Natron
  6. au-delà du
  7. bien que
  8. malaises, souffrances
  9. Ronsard
  10. lire : les tempes
Source : Gallica

dimanche 4 juillet 2010

Description des pyramides de Guizeh : le récit de Pierre d'Avity (XVIe-XVIIe s.)



Pierre d'Avity (1573-1635), sieur de Montmartin, abandonna rapidement les études de Droit qu'il suivait à Toulouse, pour se rendre à Paris où il se consacra aux Lettres, notamment à la poésie (Les Travaux sans Travail, 1599). Puis il entreprit une carrière militaire. Comme officier, il participa aux campagnes de Hollande (1606) et d'Italie (1630), tout en continuant à rassembler et traduire des informations à caractère historique qui lui servirent de matériau pour son œuvre majeure : Le Monde ou la Description générale de ses quatre parties.
Le texte qui suit est extrait de la Description générale de l'Afrique, seconde partie du monde : avec tous ses empires, royaumes, estats et républiques.


Pierre d'Avity (Wikimedia commons)
"Quant à Memphis, que les Hébreux nomment Moph ou Noph, elle est vis-à-vis du Caire, de l'autre côté de la rivière, et n'a rien de reste que ses pyramides et son nom grandement corrompu, vu que ceux du pays l'appellent Menchis, et non Memphis. De cette ville à l'oracle d'Hamon, il y avait 20 journées, et jusques à la Thébaïde, 120 stades ou dix de nos lieues, et de Memphis au Delta, l'on comptait 3 schoenes (1).
Or Memphis montrant encore sur pied ses superbes pyramides, nommées, selon M. de Brèves (2), par les Turcs Pharaon daglaré, c'est-à-dire montagnes de Pharaon. Plusieurs, poussés d'une curiosité louable, vont voir les trois plus admirables, à 4 mils du Caire. La plus haute a, par le pied, 300 pas de carrure, qui font 1200 de tour, et sa hauteur est d'environ 600 pieds. Belon dit 324 pas à chaque côté.
Les pierres dont elle [est] composée sont presque égales, ayant 3 pieds de long, 2 de large, et autant d'épaisseur. Quant au sommet, encore que pour sa hauteur il paraisse en pointe, il est toutefois fait en terrasse, et a 21 pieds de carrure.
On descend premièrement cinquante pas, puis on en remonte environ 40, et lors on trouve une allée large de quatre pieds, longue de trente, et haute de cinq, ayant au bout une petite chambre carrée d'environ huit pas, mais toute ruinée et pleine d'ordure. Puis, s'en retournant par la même allée, on voit à main droite la bouche d'une citerne fort profonde et grande, et montant 68 marches, l'on entre en une chambre fort haute, revêtue de marbre, longue de 40 ½ pieds, et large de 21, où l'on voit une grande pierre creuse, de marque thébaïque, épaisse de 3 ou 4 doigts, longue de 12 pans, large de cinq, et profonde de 5 ½. La pierre est si fine que frappant dessus avec une autre, elle sonne clair comme une cloche.
La seconde pyramide semble de loin plus haute que la première, pour ce qu'elle est sur un lieu plus relevé, mais lorsqu'on est près, on voit le contraire. L'on ne monte pas au-dessus, pour ce qu'elle manque de degrés dehors, et qu'elle est revêtue de marbre. Elle est carrée et solide jusques au faîte. Le faîte de la première a la carrure et la plaine que nous avons dite, où cinquante hommes pourraient demeurer, mais la seconde finit en pointe, où un homme seul ne saurait s'y tenir.
La troisième est beaucoup moindre que les autres deux, mais du tout entière, pour ce qu'elle est faite d'un marbre nommé basalte ou pierre éthiopique, qui a plus de dureté que le fer. C'est aussi de cette pierre que la plupart des Sphinges (3) d'Égypte ont été faites.
Outre ces trois, il y en a plusieurs autres de-çà de-là par les déserts d'Afrique, qui ne sont pas si considérables.
À un mil de là, assez près du Nil, l'on voit un Colosse ou tête d'idole, qu'ils appellent la tête de Pharaon, taillée et attachée au roc, ayant le visage de la hauteur pour le moins de douze pieds, et la largeur à proportion. L'on dit qu'anciennement, c'était un oracle qui donnait réponse aux Égyptiens, sitôt que le Soleil était levé."




(1) en dépit de mes recherches, je n'ai pas réussi à trouver à quoi correspondait cette unité de distance. (*)
(3) lire Sphinx
Source : Gallica

(*) un lecteur assidu de Pyramidales m'apporte la précision suivante :  1 schoene = 100 coudées = 52,3 m. Un sincère et cordial merci au nom de tous les lecteurs de ce blog.

samedi 3 juillet 2010

"Ces pyramides sont si connues que la plupart des voyageurs se contentaient de suivre le rapport des Anciens, au lieu de faire usage de leurs propres yeux" (James Bruce - XVIIIe s. - à propos des pyramides de Guizeh)

L’Écossais James Bruce (1730-1794) fut un grand voyageur. Le poste de Consul général d’Angleterre à Alger, qu’il occupa de 1763 à 1765, lui permit de visiter tout d’abord le nord de l’Afrique. Puis, en 1765, il entreprit un long périple qui le conduisit dans divers pays : Crète, Rhodes, Chypre, Syrie, Palestine.
Son principal voyage débuta en 1768 : James Bruce s’embarqua à Saïda pour rejoindre Alexandrie, puis il remonta le Nil jusqu’à Assouan, et poursuivit sa route, via l’Arabie et l’Éthiopie, à la recherche des sources du Nil.
Il relata cette exploration dans son ouvrage Voyage aux sources du Nil, en Nubie et en Abyssinie, pendant les années 1768, 1769, 1770, 1771 et 1772, traduit de l'anglais par J. H. Castera, 1790.
Le texte qui suit est extrait du tome 1 de cet ouvrage. L’auteur y décrit sa visite aux pyramides de Guizeh. La relation est sommaire, mais très explicite quant à la technique d’observation : "s’en rapporter tranquillement" aux seuls récits antérieurs peut être source d’erreurs - des erreurs que l’on contribuera peut-être à propager, voire à amplifier. Il est de loin préférable, pour soi-même et pour "l’avantage des sciences", de faire usage de ses propres yeux et - pourquoi pas ? - de "remuer un peu le sable" !



James Bruce (Wikimedia commons)
"Au-delà du Caire, sur la rive du Nil, est Géeza, nommée ainsi suivant les auteurs arabes, parce qu'il y a eu autrefois un pont. Géeza signifie passage.
À environ onze milles plus loin, on rencontre les pyramides, auxquelles Géeza a donné leur nom, et dont les descriptions sont si connues. On les a gravées et publiées à Londres, à très grand point, deux ans avant mon voyage en Égypte, et j'ai vu de ces gravures chez M. Davidson, consul à Nice, qui en avait lui-même levé les plans et fourni les dessins.
C'est aussi M. Davidson qui découvrit la petite chambre, au-dessus de l'endroit où l'on arrive, quand on monte la longue galerie de la grande pyramide, à main gauche ; et il y laissa l'échelle, dont il s'était servi, pour que les voyageurs, qui viendraient après lui, pussent en profiter. Mais la petite chambre, découverte par M. Davidson, n'a rien de remarquable que d'avoir échappé, pendant tant de siècles, aux recherches des curieux.
La découverte m'en paraît d'autant plus extraordinaire que ces pyramides sont si connues que la plupart des voyageurs se contentaient de suivre le rapport des Anciens, au lieu de faire usage de leurs propres yeux.
On a toujours cru que les pierres, dont on a bâti les pyramides, ont été portées des montagnes de la Libye. Cependant, si on avait pris la peine de remuer un peu le sable, qui est à l'occident de ces édifices, on aurait trouvé un roc solide et creusé par degrés.
Dans la route de la grande chambre, où s'élève le sarcophage, et dans celle de la galerie qui conduit à cette chambre, on voit de larges fragments de rochers, qui prouvent incontestablement que les pyramides n'étaient d'abord que des rocs énormes trouvés au même lieu où on les voit. Les plus convenables furent choisis pour former le corps de la pyramide, et on tailla les autres pour le couronnement, et l'extérieur de l'édifice.(...
Une immense quantité de ruines de Memphis subsistent au milieu du Caire. Les murailles, les écuries, les abreuvoirs des chevaux du Bey, ne sont que de superbes débris qu'on a tirés de Métrahenny.
Le reste a, sans doute, été couvert par les sables mouvants de Saccara, ainsi que les Sphinx, et les édifices abandonnés l'étaient déjà au temps de Strabon, parce qu'il n'y avait déjà plus dans ces endroits des plantes dont les racines continssent la terre, comme on a soin d'en entretenir dans ces pays, autour des lieux qu'on habite. Les sables du désert n'ont point trouvé d'obstacle, et vraisemblablement couvrent pour jamais les restes de la capitale de l'Égypte.
L'homme sent son cœur défaillir quand il jette les yeux au sud et au sud-ouest de Métrahenny. Ses regards se perdent dans l'immensité du désert qu'il contemple devant lui, et où subsistent encore tant de pyramides. Frappé d'étonnement à l'aspect de l'étendue immense, qu'on découvre par-delà les palmiers, et à laquelle il n'est point accoutumé, il commence à se décourager, et il redoute les effets de ces brûlants climats.
L'habitude de l'indolence qu'il a contractée au Caire, les tristes récits qu'il a entendu faire du mauvais gouvernement et de la barbarie des peuples de ces contrées, l'ignorance de la langue, le manque de plan, tout enfin l'empêche de tenter des découvertes dans les sables mouvants de Saccara ; et il aime mieux s'en rapporter tranquillement à ce qu'en disent ceux qu'il croit avoir été plus curieux et plus hardis que lui.
Ainsi, l'on ne crée point de nouvelles erreurs ; mais en adoptant les erreurs des autres, on leur prête plus de force ; et quoique le même nombre de voyageurs se succède dans ces pays, les sciences n'en retirent presque aucun avantage."

Source : Gallica

vendredi 2 juillet 2010

"Il faut nous contenter d'interrogations sans réponse" (André Lefèvre - XIXe s. - à propos des pyramides)

D'octobre 1859 à juillet 1860, le photographe amateur Henry Cammas (1813-1878 ?) et son ami anthropologue et poète André Lefèvre (1834-1904) ont descendu le Nil à bord d'une dahabieh, partant d'Alexandrie pour atteindre, neuf mois plus tard, la Nubie.
Les arrêts photo furent nombreux : Le Caire, plateau de Guizeh et pyramides, Dendérah, Médinet-Habou, Karnak, Gournah, Louxor, Esna, Edfu, Kom-Ombo, Philae, île Éléphantine, Abou Simbel...
Ce périple fut mémorisé dans un ouvrage en deux volumes : La Vallée du Nil. Impressions et photographies, 1862. Le premier volume est consacré aux photos de Cammas : 94 clichés, dont deux avec plan, tirés sur papier albuminé d'après négatif de papier ciré sec. Quant au second, dont j'ai extrait le texte ci-dessous, il est consacré à la partie commentaires et impressions de voyage, sous la signature d'André Lefèvre.
Devant les interrogations sans réponse, face notamment aux incertitudes des "conjectures" concernant les pyramides, l'auteur de la relation de voyage ne voit d'autre solution que de faire appel à... devinez qui ! Mais Hérodote bien sûr ! Et l'égyptologie, une fois encore, ne progresse pas de la moindre coudée. Mieux (si l'on peut dire !), même la "confusion chronologique" dont l'historien grec est victime "n'altère pas la vraisemblance" de sa relation.
Les "interrogations sans réponse" qu'évoque André Lefèvre au terme de son récit consacré aux pyramides contrastent cependant avec la vénération qu'il porte au Père de l'Histoire. Hérodote n'aurait-il donc pas réponse à tout ?
Une question pour terminer cette présentation : qu'en est-il de ce "livre sur les choses sacrées" produit par un roi impie de la quatrième dynastie ? Tout renseignement sera le bienvenu et sera intégré ultérieurement à cette note.


Photo Marc Chartier
"La troisième dynastie éleva les pyramides de Sakkarah et de Daschour, les plus antiques monuments connus. L'opinion la plus probable en fait des tombeaux. Un esprit ingénieux a pensé que ces masses de pierre avaient pu être posées sur le sable pour l'arrêter, comme un morceau de marbre retient des papiers prêts à s'envoler ; mais les momies et les débris funèbres qui encombrent la plaine de Sakkarah ne peuvent guère laisser de doute sur la destination des pyramides (5318-5121) (…)
La quatrième dynastie produisit un livre sur les choses sacrées, fort estimé bien qu'il fût l'œuvre d'un roi impie, et les grandes pyramides de Giseh, dont l'âge moyen peut être fixé à quatre mille ans avant le Christ, les quarante siècles de Napoléon. Souphi, l'auteur même du livre liturgique, serait le fameux Chéops ; mais il faudrait peut-être rejeter Céphren à la cinquième dynastie et l'assimiler à Céphrès ; quant à Mycérinus, les conjectures restent ouvertes sur le nom royal qu'il a porté. Comme la science moderne ne possède aucune certitude sur ces trois princes à qui sont attribuées par la tradition les trois grandes pyramides, nous aurons recours au récit d'Hérodote : les prêtres égyptiens lui ont fourni de curieux détails dont la confusion chronologique n'altère pas la vraisemblance.
Chéops donc signala son avènement par la clôture des temples et l'interdiction des sacrifices. Il consacra son règne à se préparer une tombe creusée sous les premières assises de la montagne libyque, et isolée au milieu d'une île souterraine.
Cent mille hommes, relevés tous les trois mois, travaillaient dans le roc ; les uns extrayaient les pierres de la chaîne arabique, d'autres établissaient un vaste chemin destiné au transport des matériaux, le reste taillait les chambres funèbres. Le tout fut achevé en dix ans ; mais Chéops, en regardant suer son peuple, avait conçu et décidé un plus long ouvrage. Il voulut qu'un mont factice surmontât son tombeau. La grande pyramide coûta vingt années d'efforts nouveaux ; quadrangulaire, aussi haute que large, toute en pierres de trente pieds parfaitement ajustées, elle s'élève jusqu'au faîte en gradins égaux. Il paraît que sur chaque marche une machine était construite, qui portait les matériaux au degré immédiatement supérieur. Les ouvriers consommèrent pour seize cents talents d'aulx, d'oignons et de persil. Chéops, dit-on, manquant d'argent, mit sa fille à la tête d'une maison de débauche ; fille bien digne d'un tel poste, car elle eut l'idée d'exiger de chaque homme une pierre et de dresser avec ces présents singuliers la petite pyramide qu'on voit au milieu des trois grandes. Notons en passant que des légendes semblables se retrouvent à Babylone et aussi à Rome où la courtisane Flora légua sa fortune à l'État ; elles se rapportent toutes au culte antique de la Nature féconde dont il reste tant de traces dans les religions qui reconnurent depuis pour principe l'Éther lumineux, sous les noms d'Indra, Ammon-Râ ou Zeus ; il faut croire par conséquent qu'elles ont été inventées ou arrangées lorsqu'on eut besoin de rejeter au rang de superstitions purement humaines de vieilles traditions symboliques.
Céphren, frère de Chéops, au moins en dépravation, construisit la seconde pyramide, sur le même plateau que la première, mais moins haute. Le premier gradin était en pierres marbrées d'Éthiopie. L'intérieur ne recélait ni tombes ni canaux souterrains.
Les Égyptiens commencèrent de se reposer sous Mycérinus ; la pyramide qu'il a laissée est loin des proportions de la précédente. Elle fut attribuée à la munificence de la courtisane Rhodope. Cette opinion, dont Hérodote lui-même reconnaît la fausseté, peut nous donner la date probable du mouvement religieux qui substitua définitivement l'adoration du Ciel, du principe fécondateur, au culte de la Terre ou du principe fécondé. En effet Rhodope, femme célèbre de Naucratis, aimée du frère de Sapho, vivait au temps du pharaon Amasis. Son nom et sa patrie et les dix broches en fer qu'elle envoya à Delphes, pour cuire les taureaux sacrifiés, semblent trahir son origine hellénique. Naucratis, la seule ville d'Égypte ouverte aux étrangers, eut de bonne heure une population grecque. L'histoire de Rhodope et de la troisième pyramide, eu égard à ces considérations, peut indiquer encore le moment où l'influence grecque se fit sentir dans la basse Égypte ; autrement, pourquoi les prêtres de Memphis ou d'Héliopolis, qui la contèrent à Hérodote, l'auraient-ils admise au nombre des traditions sacrées ? (…)
Si la plupart des savants et des voyageurs considèrent les pyramides comme des tombeaux insensés, quelques-uns leur ont cherché une destinations plus utile. Nous ne discuterons pas l'opinion qui voit dans la grande pyramide un réservoir pour les eaux du Nil. Il en est une autre, plus vraisemblable au premier abord, mais qu'on ne peut davantage admettre : elle ferait des pyramides une digue contre l'invasion du sable. Une muraille continue, se semble, aurait eu plus de chance d'arrêter le désert, que ces édifices isolés et terminés en pointes ; mais, sans aller plus loin, les pyramides occupent sur les confins de la Libye un espace si minime qu'elles ne peuvent être pour le khamsin aux ailes énormes un obstacle réel. Il me semble voir le simoun, démon des sables, posé sur la plate-forme de Chéops dans une attitude victorieuse, et soufflant des tourbillons de poussière enflammée. Et comment expliquer les pyramides plus petites de Daschour et de Sakkarah ? On ne peut douter que ce soient des tombeaux. L'Égypte hiératique et qui avait pour toute chose un type aurait-elle consacré des monuments identiques à des usages si différents ? À moins qu'on ne formule ainsi une fine allégorie : les mêmes édifices ne peuvent-ils pas repousser ici le sable, et là l'oubli ? Hélas ! Elles n'ont arrêté ni l'un ni l'autre. Selon une tradition poétique, ce n'est pas contre l'océan des sables, mais contre la véritable mer, qu'un antique roi contemporain du déluge éleva les pyramides. Il serait moins fabuleux de croire avec Gérard de Nerval que, sous nos pieds, dans ces profondeurs inexplorées, des prêtres condamnés à la vie souterraine, masqués du museau d'Anubis, célébraient des mystères dont Moïse et Orphée ne purent accomplir les épreuves terribles. Qui sait si le puits qui nous effraya (…) n'est pas le chemin des découvertes, la clé des pyramides ? Mais il faut nous contenter d'interrogations sans réponse."
Source : Gallica

jeudi 1 juillet 2010

De Hawara à Guizeh : le récit de William George Browne (XVIIIe-XIXe s.)

Le voyageur William George Browne (1768-1813) a séjourné cinq années en Égypte (1792-1797). Durant ce séjour, il effectua un long périple qui le conduisit jusqu'au Darfour (actuellement : au Soudan), puis au Nil Blanc. Contrairement à ce qui est affirmé dans le titre de l'ouvrage cité ci-dessous, il ne fut pas le premier Européen à pénétrer cette région, car il y avait été précédé par le médecin français Poncet et James Bruce (auquel sera consacrée une prochaine note de ce blog).
Le texte qui suit est extrait du premier tome de la traduction de son ouvrage Nouveau voyage dans la Haute et Basse Égypte, la Syrie, le Dar-Four, où aucun Européen n'avait pénétré, fait depuis les années 1792 jusqu'en 1798, T.1, 1800, traduit de l'anglais par J. Castéra (titre anglais : Travels in Africa, Egypt and Syria).
Dans son livre Le Voyage en Égypte (Robert Laffont, collection Bouquins, 2004), Sarga Moussa écrit au sujet de W. G. Browne : " Ses descriptions sont très sèches, et son Voyage reste surtout comme un jalon important dans l'histoire de l'exploration de l'Afrique. (...) Browne n'est pas un voyageur érudit, mais il a une certaine culture." (op.cit. pp. 980-981)
Quelle que fût l'étendue de sa "culture", le voyageur se permit de relativiser la place réelle des ouvrages savants écrits sur l'Égypte (des ouvrages pas "à la portée de tout le monde"), pour faire place à sa propre lecture du terrain.
L'entreprise était généreuse, idéaliste même sous certains aspects. Il faut toutefois reconnaître que, au vu de la description que l'auteur proposa des pyramides, l'on reste sur sa faim. Il nous reste donc à porter notre attention sur certains détails de ce bref récit (j'en ai souligné certains), dont le mérite, et non des moindres, est qu'ils traduisent une observation personnelle, émancipée, en quelque sorte, des leçons magistrales ou "conjectures" que de trop nombreux voyageurs se complaisaient à ressasser indéfiniment... 


"On a publié un très grand nombre d'ouvrages sur l'Égypte, mais il n'en est aucun en Angleterre qui soit à la portée de tout le monde. Ceux de Pococke et de Norden sont précieux pour ce qui a rapport aux antiquités, et aucun autre ne pourrait les remplacer, mais leur format et leur cherté les empêchent d'être très répandus. 
Le livre de Niebuhr est assez connu sans que j'en fasse l'éloge, mais le voyage de Niebuhr était l'Arabie et il n'a parlé de l'Égypte qu'incidemment. Les ouvrages de Volney et de Savary sont entre les mains du public, et je me garderai bien de blâmer le jugement qu'on en a porté. Le talent distingué du premier de ces écrivains est judicieusement apprécié ; mais il a vu l'Orient d'un œil peu favorable, et il a parlé de l'Égypte d'une manière totalement différente de la mienne. (...)
On ne peut pas apprendre grand-chose au Caire. Un voyageur y séjourne quelquefois plusieurs mois de suite sans parvenir à se faire une idée juste du pays et des habitants. Les Européens qui y sont, pour ainsi dire, renfermés comme des prisonniers, s'occupent des avantages de leur commerce et consacrent le reste de leur temps à se distraire entre eux du désagrément de vivre dans un si triste séjour. D'ailleurs, la plupart de ceux qu'on y trouve sont hospitaliers et bienveillants, mais non pas propres à généraliser leurs idées, et à profiter de ce que le hasard leur donne souvent occasion d'apprendre. (...)


Pyramide de Hawara - photo de Gérard Ducher (Wikimedia commons)
En partant de Feïoum nous dirigeâmes notre marche au sud-est. On voit à Hawara deux petites pyramides bâties de briques cuites au soleil, ainsi qu'un second passage à travers les montagnes. La plaine qui s'étend de Feïoum jusqu'au Nil est très bien cultivée. J'y vis beaucoup de froment qui commençait à pousser. 
Illahon est une ville ou plutôt un grand village, dont les habitants sont presque tous occupés à cultiver la terre. Nous traversâmes le Bahr Bila-Ma (1) qui est un canal très large ; et plus loin nous trouvâmes le Bathen creux, long et profond, qu'on croit être ce lac artificiel, ce fameux Mœris d'Hérodote et de Diodore de Sicile. 
De retour à Bedis, nous nous remîmes en route le lendemain, et nous nous rendîmes aux pyramides de Daschour. Il y en a cinq, indépendamment de celles de Sakarra. La troisième qui se trouve après celles d'Hawara, dont j'ai parlé plus haut, est celle de Medoun. Elle est très élégante et d'une forme singulière. La voici :

Cette pyramide est en pierres de taille ordinaires jointes par un peu de ciment, et posées carrément. Il serait à présent très difficile de monter au haut de la pyramide qui est pourtant très large, parce que probablement le sommet en a été abattu. 
On a ôté beaucoup de pierres de cet édifice, du côté qui se trouve en face du nord ; de sorte qu'on peut en voir l'intérieur qui n'est nullement dégradéOn a prétendu que la base de la pyramide était un rocher naturel, mais c'est une erreur qui provient de ce qu'une partie de cette base est cachée par le sable. En écartant ce sable, qui s'élève principalement vers le milieu, on distingue aisément les pierres et le ciment jusques au fond ainsi que les angles de la pyramide. 
Les pyramides de Daschour sont au nombre de quatre. Il y en a deux grandes et deux petites. La quatrième, qui est la plus au sud, a la forme d'un cône, et son sommet est triangulaire et très endommagé. On n'y voit, non plus que dans les autres, aucune apparence de cellule. Le placement des pierres n'est point dirigé vers le centre comme dans la grande pyramide de Jizé. Les quatre côtés de tous ces édifices font face aux quatre points cardinaux.
Non loin de là il y a deux autres petites pyramides, l'une de briques cuites au soleil, l'autre de pierres, mais ces deux-la n'ont point été achevées. 
Il y a Sakarra un grand nombre de pyramides, dix desquelles sont très grandes. Quelques-unes des petites sont difficiles à distinguer des montagnes de sable, et d'autres sont presque entièrement détruites parce qu'on en a pris les matériaux pour bâtir au Caire, à Jizé et ailleurs. 
Les deux plus grandes pyramides sont à environ deux heures de marche de Jizé. Presque tous les Européens qui ont voyagé en Égypte les connaissent. J'ai mesuré celle qui a été ouverte. En voici les dimensions :


Les galeries et la grande chambre sont dans une direction précisément nord et sud, en admettant la variation de l'aiguille aimantée. Le premier passage en descendant :


Il s'est manifesté depuis peu une singulière opinion : c'est que les pyramides ont été taillées dans le roc sur lequel elles sont placées, mais la seule inspection de ces monuments suffit pour en donner une autre idée ; car on y voit partout les pierres jointes avec du ciment. Il est donc inutile de s'arrêter plus longtemps sur une si futile conjecture
L'intérieur de la chambre de la pyramide dont je viens de donner les dimensions, est revêtu de granit, et le sarcophage qu'elle contient est de la même matière, mais le corps entier de cette pyramide, et de la plupart des autres est de pierres de taille bleuâtres, peu dures, et remplies de débris de coquillages. Les rochers qui servent de bases à ces édifices, sont de la même qualité."


Source : Gallica
(1) Littéralement :"le fleuve sans eau" (note MC)