dimanche 6 janvier 2013

Pyramides égyptiennes : Il était déjà question de pierres “factices” au XVIIIe siècle

Deux auteurs, dont des extraits ont été publiés ici (Jean-Henri Hassenfratz et Valentin Biston), ont cité les recherches de Polycarpe de La Faye (17..-1... ?), sur l’utilisation par les Anciens, notamment les bâtisseurs égyptiens, de pierres “factices”.
Sur cet auteur, je n’ai trouvé aucun renseignement, sinon qu’il était “trésorier général des gratifications des troupes”, et qu’il est en effet l’auteur d’un ouvrage traitant des matériaux de construction : Recherches sur la préparation que les Romains donnaient à la chaux dont ils se servaient pour leurs constructions, et sur la composition et l‘emploi de leurs mortiers, 1777.
En voici quelques extraits significatifs.



Photo : Marc Chartier
“Je présente au public les découvertes que j'ai faites sur la manière de bâtir des Anciens : les différents procédés que j'indique sont justifiés par les textes des auteurs, et je me suis assuré de leur succès par des épreuves multipliées. Ce que j'avance sur les constructions factices est puisé dans la même source, et confirmé tant par le rapport de quelques voyageurs que par des Mémoires particuliers. Un passage de Pline fera connaître que les colonnes qui ornaient le péristyle du labyrinthe d'Égypte étaient factices, et que ce vaste édifice existait depuis trois mille six cents ans.
Si l'on peut compter sur le rapport des historiens qui ont parlé de i'Égypte, on serait autorisé à croire que les pierres énormes qu'on remarquait dans la construction de ce labyrinthe étaient encore factices, puisqu'ils n'attribuent l'invention de l'art de bâtir en pierres de taille qu'à Tosorthrus (*), qui régnait environ douze cents ans avant la fondation de Rome.
Hérodote nous a conservé une inscription qui fait voir que les Égyptiens préféraient, entre toutes les pyramides, celle d'Asichis roi d'Egypte, parce qu'elle avait été construite avec des briques composées du limon qui s'attachait aux perches qu'on enfonçait dans le lac Moeris. On ne peut, je crois, justifier le motif de cette préférence qu'en attribuant à un procédé plus prompt et plus aisé ia construction des autres pyramides, tel que serait un amoncellement de pierres factices, et qui auraient été formées par encaissement les unes sur les autres, de même que, de tout temps, on a élevé dans l'empire de Maroc les murailles les plus fortes et les plus solides, et dont plusieurs de nos voyageurs ont comparé la matière au mortier des Anciens.
Au surplus, les éclaircissements que je donne sur Ia manière dont a été construite la petite pyramide de Ninus, qui n'est formée que d'un même bloc, feront connaître que les Égyptiens composaient des pierres d’un volume considérable, et la vérification qu'on en fait actuellement en Égypte, d'après un Mémoire particulier que j'ai donné sur cet objet, pourra enfin réduire à des procédés aussi simples que faciles, tout le merveilleux des constructions égyptiennes. (...)
J'ai remis à M. Bertin, Ministre et Secrétaire d'Etat, un Mémoire (1) sur la construction des pyramides, qui contient toutes les épreuves nécessaires pour constater que les Égyptiens composaient des pierres factices.
L'utilité qui peut résulter de cette découverte a déterminé ce Ministre à se charger du Mémoire, pour le faire vérifier en Egypte.
Les historiens qui ont cru que les Égyptiens composaient du granit disent que cette pierre semble n'avoir été formée que par l'amoncellement des sables joints ensemble par le limon du Nil. Si l'on appuyait ce sentiment par l'inscription de la petite pyramide d'Asichis, roi d'Égypte, rapportée par Hérodote (2), où il est dit qu'elle est autant au-dessus des autres pyramides, que Jupiter est au-dessus des autres Dieux, parce qu'elle n'a été composée qu'avec le limon du lac Moeris qui recevait les eaux du Nil ; et si l'on ajoutait encore que les voyageurs qui ont parcouru la rivière des Amazones disent que les Sauvages qui pétrissent le limon de cette rivière en font des colliers, des instruments, et même des haches pour l'usage de la vie, ne pourrait-on pas croire qu'en préparant de même le limon du Nil, et en le pétrissant avec le sable de ce fleuve, on pourrait faire un granit de la plus grande dureté l”

(1) Ce Mémoire traite particulièrement de la construction de la petite pyramide de Ninus, qui n'est formée que d'un même bloc. Cette pyramide est sur une voûte qui a environ vingt pieds d'épaisseur, et qui est criblée de trous perpendiculaires, à six pouces les uns des autres, et d'un pouce de diamètre. La superficie de cette voûte est couverte d'une grosse toile sur laquelle on a répandu le mortier de pierre qui forme cette pyramide, ainsi qu'on le voit lorsqu'on détache de sa base des éclats de pierres avec des leviers et des coins de fer. On trouve dans ces éclats détachés des mamelons aux endroits qui répondaient à ces trous, et dont l'épaisseur est en proportion de I'affaissement de la toile par le poids de la matière. Cette pierre contient des grains d'une chaux grisâtre et semblable à celle qu'on fait avec les pierres des carrières voisines. Lorsqu'on met à l'épreuve du feu des éclats de cette pyramide, on ne peut en faire de la chaux ; ils se rompent et se divisent, parce qu'il est entré du sable fin dans la composition de cette pierre, ainsi qu'on l'a remarqué en la décomposant par ce procédé. J'ai fait en 1774 un premier obélisque qui a souffert dans sa base, parce que n'ayant point été construit sur voûte et avec les précautions que prenaient les Égyptiens pour opérer la dessiccation de la matière, la chaux qui a pompé l'humidité de la terre n'a pu prendre à la base la même consistance que dans le reste de l'obélisque. (Il a vingt-huit pieds de hauteur).
(2) L'inscription porte que c'est avec le limon qui s'attachait aux perches qu'on enfonçait dans ce lac (Hérodote, lib. 11), On connaît des eaux dont le limon se convertit en pierre, telles que celles des bains d'Apone et de Corcena près de Padoue ; celles du fleuve Silar en Calabre, et de la rivière Elsa en Toscane ; celles du ruisseau Véron près de Sens, et de la fontaine d'Arcueil près de Paris, etc. Les essais de granit que j'ai faits ont acquis une si prompte consistance, que dès le cinquième jour on a pu les polir sur un grès avec de l'eau, comme on polirait le marbre.
(*) Cf. note de Pyramidales ICI

Source : Google livres