vendredi 20 novembre 2015

"Les secrets de la Grande Pyramide", par Zahi Hawass

Zahi Hawass donne son analyse, suite aux premiers résultats de la mission "Scan Pyramids".
Un article qu'il publie dans "Al-Ahram Weekly"

The Ministry of Antiquities announced important discoveries at a recent press conference, held on the eastern side of the Great Pyramid of Khufu on the Giza Plateau. It followed release of the preliminary results of the Scan Pyramids project. The project hopes to discover the secrets of the Pyramid of Khufu, including whether or not there are hidden rooms or tunnels.

The conference was attended by Minister of Antiquities Mamdouh Eldamaty and Hany Helal, the project’s general coordinator. The project is being carried out through cooperation between the Ministry of Antiquities, the Faculty of Engineering at Cairo University and the French Heritage, Innovation and Preservation (HIP) Institute.

The project team announced that it had found an anomaly in the temperature of three blocks at the base of the eastern side of the pyramid, facing the solar boat pit. Speculation was that that these three blocks hid a secret behind them, such as a hidden room or previoulsy unknown tunnel.

Using infrared thermography, the team noticed that the three blocks on the eastern side of the pyramid registered a higher temperature in comparison with the adjacent stones. These measurements, made at different times of day, showed the higher temperature of these blocks by about four to five degrees. The team announced that the results had been provided to archaeologists and Egyptologists for evaluation and were currently under review.

Since I was not invited to the conference to give my opinion on these readings as a specialist on pyramids, and as there was no scholar specialising in pyramids present, I see it as my duty as an archaeologist to give my opinion.

It is not my intention to attack anyone or to disagree just for the sake of doing so, but history one day will write about these discoveries and the different opinions that have emerged must be recorded.

I would have hoped that before the announcement of any discoveries a group of scientists and Egyptologists specialising in pyramids would have been formed to study the results of the measurements. This would have contributed significantly to their validation.

Hany Helal, the project coordinator, said that the pyramids were built by engineers, perhaps suggesting that because of this engineers would understand pyramids better than anyone else. This would be true if we asked an architect or engineer about the architectural components of a pyramid, but when it comes to the secrets of the Pyramids at Giza, these are known only to Egyptologists, and not to engineers.

There is also a need to comment on some of the advanced technologies used in this project; in particular, muon detection and infrared thermography. Muons are atmospheric particles deriving from the collision of cosmic rays and the nuclei of atoms in the upper strata of the atmosphere.

Cosmic-ray detection has been used before on the Pyramid of Khafre. This was when Berkeley University and Ain Shams University carried out a project to study the second Pyramid at Giza in 1965 using cosmic rays.

When the project was approved in June 1966, the team entered a chamber inside the pyramid, known as the “Belzoni Room”, and also worked inside the Pyramid of Khufu. It was announced to the press and the scientific community that they had found rooms and tunnels. However, no Egyptologists considered these results to be valid.

People connected with the Electricity Authority in France have also worked inside the Khufu Pyramid and dug holes in the western wall of the tunnel leading to the second chamber, incorrectly referred to as the “Queen’s Chamber.” They announced the discovery of sand while digging the hole and indicated that the presence of sand proved the existence of unknown rooms inside the pyramid.

Following this announcement, however, they were not permitted to continue working inside the pyramid because they had published a magazine article under the title “We are the ones who dug holes in the Pyramid.”

Later, a Japanese team used other techniques, with newer equipment, inside and outside Khufu’s Pyramid and announced the existence of a huge tunnel on the south side of the Great Pyramid.

At the beginning of the 2000s, French architect Jean-Pierre Houdin published a book on his father’s theory that the Great Pyramid was built using internal ramps rather than external ramps, as many Egyptologists believe. I think that Houdin is now a member of the team working on the Scan Pyramids project.

Abdel-Halim Noureldin, head of antiquities in Egypt at the time, allowed a French person not associated with any institution to make holes on the floor of the first burial chamber inside Khufu’s Pyramid, and also outside the entrance of this room.

Scientists at Giza at the time, of whom I was one, objected to the work of this person and asked him to leave the Giza Plateau. But the following day, Noureldin arrived from Paris and signed a decree to let this person dig a hole in the pyramid.

Egyptologists and scientists agree that the use of new technology is very important and is perhaps necessary to discover the secrets of the pyramids. However, at the same time we must be very careful when we listen to the opinions of the scientists using this technology.

It is very important that the readings that emerge are first studied and reviewed by well-known Egyptologists who study the pyramids and have recognised, peer-reviewed publications on this topic.

I should also add that news has emerged that the permanent committee of the Ministry of Culture has approved the use of these new technologies on the Pyramid of Sneferu at Dahshur, the results of which will be submitted to the committee. Based on the outcome, the project team will be given or refused a permit to work inside the Great Pyramid.

I am quite sure that the permanent committee did not allow this group to work inside the Great Pyramid. This point should be explained, because everyone should know that the permanent committee is the only institution that can give permission to any scientist or team, which must also be connected with a scientific institution, to work on Egypt’s antiquities. The head of the Supreme Council, or even the minister of antiquities himself, cannot give this permission.

Blocks at Giza: I have been to the Giza Plateau to look at the blocks in question and found that there was a large vertical stone and, to the right, another stone that is divided into two parts. Looking at these two parts, it can be seen that the stones are fragile. At the top of the vertical stone is another one, also divided into two pieces.

The surface of the east side of the Pyramid of Khufu was once covered with stone rubble and sand. Jean-Philippe Laure and Abdel-Salam Hussein were among those who cleared the surface of the east side.

After this process was completed, all the stones were shown clearly and it could be noticed that there were fragile stones on the east and south side of the pyramid. Among these fragile stones, were the four pieces that flanked the vertical big stone that were highlighted by the infrared thermography analysis shown at the press conference.

The modern restorer placed this vertical stone to support the four fragile stones and used cement in the restoration. Anyone can see that this stone is not similar to the stones used in the construction of the Great Pyramid. We know that all the stones for the building came from quarries on the Giza Plateau, and the location of the quarry that provided the building material was to the south of the Pyramid and to the east of Khafre’s Pyramid.

It is important to note that the ancient Egyptians always built subsidiary pyramids for queens to the south side of the king’s pyramid in the Old Kingdom. But Khufu’s architect found that all the stones for building the pyramid would need to come from the south, so he moved the queen’s pyramid to the eastern side, leaving the southern side, in the time of Khufu, free. We now date the boats to the reign of his son Djedefre and the tombs to the south to the reign of Khafre.

The restorers at the Giza Plateau used cement in the restoration of the vertical stone and it is easy to distinguish between the modern and ancient mortar. Mamdouh Eldamaty said at the conference that a passage had been cut in the rock located directly in front of the three stones, but this is not a passage or a tunnel. Rather, it is a natural crack in the rock that can be seen by the naked eye.

There is another important point that many people do not know about. The base of the Great Pyramid is cut some eight metres into the rock, and this can be seen clearly on the south side of the pyramid. It would be impossible to see a room or tunnel in this location near to the rock.

If this room exists, it would have to have a function, and since this is not the case the claim cannot be valid. Perhaps the announcement was made to prove the theory of Houdin regarding the existence of internal ramps inside the pyramid.

The modern technology that has been used on the pyramids until today has never given Egyptologists correct results. I would like to ask my friend Hany Helal to show us the results or readings of his machines so they can be discussed before any announcement is made. The recent press conference did not show any actual results.

In my opinion, the Pyramid of Khufu still holds many secrets. I believe that the most important project, which brought significant discoveries, was when a project was started to decrease the levels of humidity inside the pyramid. The project involved Rainer Stadelmann, an expert on pyramids, who suggested that a robot be used to clean the tunnels wrongly known as ventilation tunnels.

When a robot was sent inside the tunnels of the King’s Chamber, it could be seen how the stones interlocked. I said to myself that the ancient Arab writers had been right when they came to Egypt in the 9th century and said, “Man fears time and time fears pyramids.”

The robot was called Web-wawaat, the name of an ancient Egyptian god that means “the Opener of the Road.” The robot entered the northern tunnel, starting from the second chamber, moved forward about 20 metres, and found that the tunnel was not straight but turned. It was then positioned in the south tunnel and moved forward for about 60 metres before stopping in front of a so-called “secret door” bearing two copper handles (20 x 20 cm).

When I was chosen as explorer-in-residence for the magazine National Geographic, I asked for a robot called Pyramid Rover to be designed. Using this robot, we cut a hole in the stone in the south tunnel of about 1 cm x 1 mm.

Twenty-one cm away from the first stone, the camera on the robot showed a second stone without copper handles. Then we sent the robot to the northern tunnel and found that after 20 metres it bent north and then south for eight metres to avoid the Grand Gallery in the Pyramid. The robot continued for 60 metres, just as it had in the south tunnel, and stopped in front of a third door with two copper handles.

A similar project was recently proposed by a British university. The project proposes to use a robot called Djedi to discover what is behind these stones.

Hidden mysteries: Khufu’s Pyramid, and the king himself, still hides lots of mysteries. Recently, an important discovery was made that has not previously been announced. This was the discovery of the oldest papyrus in Egypt, found in a port on the Red Sea.

The papyrus says that “Mrrw”, one of the overseers of a group of workmen, went there.

It says that they cut fine white limestone from Turah, and after going to Sinai for copper they came to the port in the 27th year of Khufu’s reign. They worked under the architect Ankh-Kaf and then went back to the area of Giza called R-she (“Mouth of the Lake”), taking one day to reach the top of the pyramid.

This papyrus reveals many important things. The group of workmen reached the port in the 27th year of Khufu’s reign, providing evidence that could end the assumption that the reign of Khufu lasted 23 years, based on the Turin Papyrus.

We can say with certainty, based on this discovery, that Khufu ruled for 32 years, because we know that the ancient Egyptians counted the reign of a king according to the number of cattle every two years. However, in Sneferu’s reign this count happened every year, meaning we have to be very careful when calculating the reign of the king.

It had also been thought that Hem-Iuno was the architect who built the Great Pyramid, but now we can say that he died during its construction and that Ankh-Kaf completed the work and built the Second Pyramid. I believe that the location of R-she is Abusir.

The height of Khufu’s Pyramid is 146 metres, and consists of two million tons of stone and 300,000 blocks. The weight of each block is between 2.5 tons and 15 tons: they could be used to build a three-metre-high wall around France. If we cut them into small pieces, they could cover two-thirds of the globe. But the pyramid itself was built on only 13 acres.

The new technology could be very useful in revealing the remaining secrets of the pyramids. But before any announcement is made, results produced by this technology should be studied by Egyptologists who know about pyramids.

I would like to say that I hope Eldamaty will succeed in his work, but he will not do so if he depends on himself alone. He needs to take the advice of people around him. All of us should work towards one common goal, which is the preservation of the country’s antiquities.

I will continue to give my scientific opinion on anything concerning Pharaonic Egypt. Antiquities are my life, and I give them my life. It is a duty of all of us to protect them. People will die, but the pyramids will always live.

Zahi Hawass

mercredi 11 novembre 2015

La mission "Scan Pyramids" : quels enjeux ?

"Il n'est pas impossible, écrivait au XIXe siècle Ernest Breton, membre résidant de la Société nationale des antiquaires de France, que la Grande Pyramide renferme d'autres chambres et d'autres galeries qu'on n'a pas encore trouvées.

Cette question, que l’on qualifie de “mystère” ou “énigme”, est ainsi, depuis des lustres, au coeur des hypothèses plus ou moins solidement échafaudées des chercheurs en “pyramidologie” égyptienne. Les moyens d’analyse mis en oeuvre pour étayer ces “conjectures” ont été et demeurent souvent limités à la logique constructive que l’on pense être celle des anciens Égyptiens, compte tenu de données topographiques aujourd’hui encore observables, d’indices repérables à l’oeil nu à l’extérieur et à l’intérieur des édifices et de ce que l’on connaît des techniques et matériaux à la disposition des bâtisseurs de l’époque.

Photo : Marc Chartier
Mais comment savoir - enfin ! - si la pyramide de Kheops et les autres monuments identiques majeurs de l’Ancien Empire renferment des espaces - chambres, couloirs ou rampes -, ne disons pas “secrets”, mais inconnus de nous jusqu’à ce jour ? Comment lire dans leurs “entrailles” autrement que par des déductions aussi logiques que possible, ou par l’imagination, aussi fertile soit-elle ?

Pour répondre à cette question qui taraude inlassablement les esprits, le plus simple, le plus expéditif serait de démonter ou démolir ce qui pourrait l’être pour tenter d’aller voir ce qu’il y a derrière le mur de notre ignorance. D’aucuns y ont pensé. D’autres, à une époque où l’égyptologie n’était pas basée sur une véritable éthique, s’y sont essayés. Sans résultats réellement concluants. 

C’est dans cette dynamique d’une recherche qui n’a pas encore dit son dernier mot, mais avec des techniques non invasives, non destructives, qu’une mission égypto-internationale (“Scan Pyramids”) vient d’être mise en place pour étudier certains aspects encore non identifiés de la structure interne de quatre pyramides à Dahchour et sur le plateau de Giza. Elle présente la particularité de conjuguer trois techniques exploratrices complémentaires : la thermographie infrarouge, la radiographie par muons, la photogrammétrie (scanner et reconstruction 3D).
L’objectif de cette mission est exclusivement “scientifique”, laissant aux chercheurs en “pyramidologie” le soin d’interpréter par la suite des données établies avec l’objectivité et la certitude que permettent les techniques ultra-modernes mises en oeuvre.

Photo : Marc Chartier
Quels sont les enjeux ? Outre une acquisition de données jusqu’ici impossible, ils se résument évidemment dans la validation - ou invalidation - de certaines théories, hypothèses ou reconstitutions du chantier de construction des pyramides faisant appel à des espaces intérieurs non directement identifiables, au seul regard.
Les exemples brièvement mentionnés, entre autres théories, ci-dessous sont relatifs à la pyramide de Kheops, car elle représente le dénominateur commun de l’ensemble des hypothèses concernées.

Il en est ainsi de la théorie de Gilles Dormion (et Jean-Yves Verd'hurt), selon laquelle il existerait une pièce inconnue dans la Grande Pyramide de Kheops, plus précisément sous la chambre de la Reine, théorie apparemment étayée par des mesures géoradar, réalisées en 2000 par la SAFEGE, dont les résultats auraient indiqué la présence d'une structure d'environ un mètre de largeur (2 coudées), orientée dans le sens est-ouest et dont le toit se trouverait environ à 3,50 mètres de profondeur.

Cette théorie a connu une variante avec Jacques Bardot et Francine Darmon qui ont porté leurs investigations sur le couloir horizontal menant à la chambre de la Reine, en mettant en évidence un maquillage sophistiqué des pierres des parois, à partir de faux joints creusés à la scie à pierre, rebouchés avec un mortier de plâtre et de gypse, destinés à masquer la véritable distribution des pierres et à dissimuler probablement l’accès à une chambre funéraire, pour l’instant inconnue, qui pourrait être la véritable Chambre du Roi.

La théorie de Dormion-Verd’hurt a été reprise par l'égyptologue Jean-Pierre Corteggiani, directeur des relations scientifiques et techniques de l'Institut français d'archéologie orientale (IFAO) jusqu'en 2007. Selon lui, il suffit de regarder une coupe de la pyramide de Kheops pour constater que ni la chambre souterraine, restée inachevée, ni la Chambre du Roi (ayant subi un grave problème tectonique lors de l'aménagement des cinq chambres "de décharge") ne pouvaient accueillir la dépouille momifiée du pharaon. La chambre funéraire devait (doit) être ailleurs. D'où sa conclusion :" La seule possibilité, s'il y en une, ne peut se trouver qu'au voisinage de la 'Chambre de la Reine' et en liaison avec elle.

Tout en reconnaissant son “incompétence” en matière d'architecture funéraire de l'Ancien Empire, l’égyptologue Jean Yoyotte écrivait que “certaines constatations sur les espaces, les aménagements intérieurs des pyramides, faites par Gilles Dormion correspondent à des réalités”. Puis il ajoutait : “Ce qui est audacieux et discutable, ce sont les conclusions qu'il en tire, et surtout le fait qu'il annonce qu'il va retrouver les 'trésors' de Khéops. Cette manière de prendre l'Audimat à témoin avant toute discussion approfondie entre spécialistes qualifiés est une fâcheuse caractéristique de notre époque." Il concluait enfin : "Il se peut qu'on découvre [dans la Grande Pyramide] un magasin, une chambre annexe [à la Chambre du Roi] qui contenait des meubles (...). Des chambres aveugles existaient. Peut-être y a-t-il encore des chambres qui, en effet, n'ont pas été découvertes."

Autre théorie appliquée à la seule Grande Pyramide et faisant référence à une structure interne : celle de l’Italien Elio Diomedi. Il ne retient l'idée, pour hisser les blocs de pierre, ni de la rampe verticale, ni des machines inspirées d'Hérodote. Selon lui, une rampe parallèle au flanc de la pyramide a été utilisée pour le transport des blocs jusqu'à une hauteur de 15 mètres. Ensuite, la rampe s'enfonçait à l'intérieur de la pyramide en forme de spirale ascendante, comme un gigantesque escalier en colimaçon le long du périmètre intérieur de l'édifice. Ces galeries internes furent progressivement rebouchées au terme du chantier.

L’ingénieur italien Marco Virginio Fiorini développe, quant à lui, l’hypothèse d’une "pyramide interne" qui explique le "tracé volumétrique" indispensable à la construction d’une pyramide finale (“externe”) aux lignes parfaites. Selon lui, le volume global de la pyramide “interne” représente 90 % du volume de la pyramide finale. Ses façades sont parallèles à la “peau” de cette pyramide “externe”, avec un intervalle de 3 m. Une rampe en spirale, d’une largeur de 3 m, est construite au fur et à mesure que s’élève la pyramide “interne” et n'entrera en fonction qu'à partir de 60 m, utilisée pour le transport des matériaux et les déplacements des ouvriers, jusqu’à la hauteur finale de la pyramide “interne” (138 m). Parvenue à cette hauteur, et flanquée de sa rampe enveloppante, la pyramide “interne” va alors trouver l’utilité finale pour laquelle elle a été construite, à savoir servir d’appui et de repère pour la construction de la “peau” de la pyramide définitive en pierre de Tourah.

Le recours à des systèmes hydrauliques, avec les volumes intérieurs qu’ils nécessitent, est suggéré par plusieurs chercheurs. C’est notamment le cas de l'Américain John J. Williams.
Selon lui, des rampes ont été nécessaires pour la construction de la pyramide de Khéops jusqu'au niveau du plancher de la Chambre de la Reine. Puis, pour la suite du chantier, jusqu'au sommet de l'édifice, il fait intervenir un ascenseur (ou élévateur) hydraulique "enseveli" dans le corps de la pyramide et situé sur une verticale entre la Chambre de la Reine et celle du Roi.
Le parcours du plateau mobile de l'ascenseur va de la Chambre de la Reine, où il est chargé des blocs de pierre, des outils et des ouvriers ou même des animaux du chantier, jusqu'à l'assise supérieure en cours de construction où descendent les ouvriers et où sont déchargés les blocs qui sont ensuite transférés horizontalement, sur des traîneaux, jusqu'à leur emplacement définitif.

Autre système hydraulique : celui préconisé par le Britannique Chris Massey, qui rappelle par maints aspects celui développé par Manuel Minguez. Le principe, a priori, est simple : pourquoi dépenser de la force humaine alors que les bâtisseurs égyptiens disposaient d’un atout dynamique à leur portée immédiate, à savoir le Nil ? En arrimant au-dessus des blocs de pierre un assemblage adéquat de matériaux légers et flottants, ces blocs bénéficieront eux aussi du phénomène de flottaison. Il suffira de les tirer ou de les pousser pour les déplacer, sans efforts conséquents. Pour les hisser le long d’une pyramide en construction, l’auteur a toujours recours au principe d’Archimède en imaginant une succession d’écluses, d’ascenseurs à eau et de retenues d’eau entre deux paliers de la construction. À l’évidence, dans ce schéma constructif, le système complexe mis en place ne pouvait que laisser des traces dans la structure de l’édifice : renforcements, aménagement d’espaces étanches, qualité des blocs utilisés...

Récemment, Michel Michel a rendu publique sa théorie portant à la fois sur la structure interne de la Grande Pyramide (“systématiquement constituée d’une pyramide à degrés, une structure interne résultant d’un empilement hétérogène de blocs extraits des carrières locales, sans aucun soin particulier”) et sur le dispositif mis en place, selon lui, par les bâtisseurs égyptiens pour la construction de rampes externes dont les matériaux furent ensuite intégrés dans le revêtement de l’édifice : “Puisque le dessus de chaque degré devra recevoir de la maçonnerie, écrit-il, c’est en maçonnerie que je préconise de fabriquer les rampes de la pyramide. On pourrait ensuite déplacer une partie des blocs de la rampe pour la transformer en maçonnerie complémentaire, (...) le volume de la rampe (étant) identique au volume de la maçonnerie complémentaire.

Comment ne pas mentionner également Zahi Hawass, ex-ministre des Antiquités égyptiennes ? Celui-ci, en maintes occasions, a répété sa conviction de l’existence d’une chambre funéraire dans la Grande Pyramide, différente de la “Chambre du Roi”. Pour étayer sa théorie, il a mis en place, à grand renfort de suspense médiatique, des opérations d’investigation au coeur de la pyramide, via les conduits dits “d’aération” de la Chambre de la Reine, à l’aide robots fureteurs.

À son instigation, dans les années 90, le “Projet Upuaut”, 2 robots successifs équipés d’une caméra (Rudolf Ganterbrink, Rainer Stadelmann et le Deutsches Archäologisches Institut), puis, en 2002, “Pyramid Rover” (National Geographic Society), et enfin, en 2010, le “Projet Djedi”, un robot de la 3e génération, (université de Leeds, la firme de robotique Scoutek et le leader mondial en univers virtuels 3D Dassault Systèmes).
Hormis un petit vide de 14cm de profondeur en bout des conduits, une barre de sondage métallique, des "poignées en cuivre" et quelques traces (sans doute des marques de maçon), la moisson n’a pas été à la hauteur des espérances.

Nous citerons enfin la démarche de l’architecte Jean-Pierre Houdin, dont il n’est plus besoin de présenter la théorie basée sur la mise en oeuvre de deux processus pour la construction de la Grande Pyramide : une rampe extérieure pour environ la moitié de la hauteur, soit jusqu'à 85% du volume, et une rampe intérieure, partant elle aussi de la base, pour la partie supérieure, le parement de façade étant mis en place définitivement au fur et à mesure de la construction. Intérêt complémentaire de cette théorie : elle recycle les composants d'un des deux processus, à savoir les blocs utilisés pour la rampe extérieure qui sont réutilisés pour la partie supérieure.
Il est indispensable d’ajouter que, selon Jean-Pierre Houdin, cette “logique” (l’auteur apprécie particulièrement ce mot) constructive s’applique aux quatre grandes pyramides lisses de la IVe Dynastie, avec néanmoins la nuance suivante : la rampe intérieure peut avoir un parcours différent dans chacune des pyramides, en fonction de la pente des faces, de la disposition intérieure des chambres et couloirs ou encore de la topographie.
Ainsi, dans ladite “logique” reconstituée, avec des pentes supérieures à 51°, Kheops et Khephren, auraient toutes les deux une rampe en spirale, mais ne tournant pas forcément dans le même sens.
La Rhomboïdale, dont la partie inférieure est à plus de 54°, aurait une rampe en spirale, qui se transformerait en rampe en zigzag courant le long d'une diagonale dans la partie supérieure à 43°.
La Rouge, enfin, avec sa pente à 43°, devrait avoir deux rampes en zig-zag en "miroir" inversé (comme des escaliers mécaniques de grands magasins) courant le long d'une diagonale dont les entrées se trouveraient à la base de deux arêtes opposées, la Sud/Est et la Nord/Ouest, la position de ces entrées étant liée à la topographie.

Tels sont donc les enjeux d’une mission scientifique menée hors de tout a priori et de toute cabale. Une fois connus et mis en forme, les résultats, quels qu’ils soient, seront diffusés, révélés au grand jour. Peut-on penser qu’alors les majestueuses pyramides égyptiennes auront “dit” leur dernier mot ? Laissons pour l’heure les scientifiques opérer en toute sérénité et “humilité, comme aime à le répéter Mehdi Tayoubi, président-fondateur de l’Institut français HIP (Heritage, Innovation, Preservation), dans le champ de compétences qui est le leur. Il restera ensuite aux égyptologues et spécialistes de ces monuments d’interpréter le langage de la pierre qui sera mis à leur disposition. Souhaitons dans le même souci d’objectivité.

Cet article en anglais publié par Keith Payne sur Em Hotep

lundi 9 novembre 2015

Anomalies thermiques inédites sur l’ensemble des monuments observés et notamment sur la Pyramide de Kheops

Images HIP.Institute/Faculté des ingénieurs du Caire/Ministère des Antiquités 

Fin de la première phase de la Mission #ScanPyramids.

La Faculté des ingénieurs de l’Université du Caire et l’Institut HIP (Heritage Innovation Preservation) ont lancé, le 25 octobre 2015, sous l’autorité du Ministère des Antiquités égyptien, le projet « #ScanPyramids » ( visant à « scanner », durant une année, les grandes pyramides d’Égypte (Kheops, Khephren, La Pyramide Rhomboïdale et la Pyramide Rouge). #ScanPyramids combine plusieurs disciplines non invasives et non destructives pour tenter de révéler la présence de structures internes méconnues à ce jour dans les monuments antiques et de mieux comprendre à la fois leur plan et leur construction. Les technologies utilisées mêlent la thermographie infrarouge, la radiographie par muons et la reconstruction 3D. 

Illustration HIP.Institute/Faculté des ingénieurs du Caire/Ministère des Antiquités

La première phase de #ScanPyramids vient de s’achever le dimanche 8 novembre. Elle a consisté à mettre en œuvre la mission courte infrarouge afin de détecter, à différents moments de la journée et de la nuit, des anomalies thermiques de surface sur les pyramides. L’objectif était de préparer les phases suivantes qui permettront de plus amples investigations. Le même protocole, à la demande du Conseil Permanent des Antiquités, a été appliqué pendant 24 heures dans le tombeau de Toutankhamon.

Les mesures thermiques, effectuées à différentes heures, ont permis d’observer les pyramides lors de leur phase de réchauffement (dès le lever du soleil) et lors de leur phase de refroidissement (en fin de journée). En phase de refroidissement, le transfert thermique se fait de l’intérieur vers l’extérieur ; en phase de réchauffement, c’est l’inverse. Si une pyramide est pleine, c’est-à-dire construite avec des blocs de même matière qui présentent une émissivité quasi identique, on ne doit pas observer de brusques différences de température. Par contre, s’il existe des hétérogénéités dans la structure (de forme, de type de matériaux, cavités...), on distinguera des différences de température car certaines parties se réchaufferont ou se refroidiront plus vite.

Les équipes de la Faculté des Ingénieurs du Caire et de l’Institut HIP ont pu noter quantité d’anomalies thermiques sur tous les monuments observés, que ce soit dans les phases de réchauffement ou de refroidissement. De nombreuses hypothèses sont envisageables à ce stade du projet pour tenter de les expliquer : présence de vides derrière la surface, courants d’air internes, matériaux différents avec des capacités thermiques spécifiques, etc.

Illustration HIP.Institute/Faculté des ingénieurs du Caire/Ministère des Antiquités
Parmi les anomalies thermiques relevées, l’une d’elles est particulièrement impressionnante. Elle se situe sur la face est de la pyramide de Kheops, au niveau du sol. Alors que l’on observe parfois des écarts de température de 0.1 à 0.5 degrés entre deux pierres voisines issues de calcaires de différentes qualités, les équipes de #ScanPyramids ont visualisé en infrarouge dans cette zone une surface de quelques blocs présentant jusqu’à 6 degrés d’écart avec les blocs voisins.

Si la thermographie de courte durée n’apporte pas directement de réponses sur les structures internes, elle permet de révéler rapidement des points d’intérêt.
L’ensemble des anomalies détectées et des données récoltées vont à présent donner lieu à un traitement et une analyse plus poussée, à la formulation d’hypothèses. Des modélisations et des simulations 3D, avec les ingénieurs de Dassault Systèmes, partenaire du HIP.Institute vont, sans doute, être réalisées afin de préparer la suite de la mission #ScanPyramids sur le terrain dans les prochaines semaines.

Site officiel : 
Site de la mission #ScanPyramids :
Compte Twitter : @HIP_i_

jeudi 29 octobre 2015

"J'ai construit la Grande Pyramide", de Christian Jacq

On le sait : Christian Jacq occupe une place à part, diversement interprétée et appréciée, dans l’univers de l’égyptologie. Il le prouve une fois encore avec la publication de ce roman dans lequel le lecteur est invité à suivre le parcours d’un bâtisseur de l’ancienne Égypte, qui a la “chance” d’exercer “le plus fabuleux des métiers : édifier la Grande Pyramide”.
Le récit comporte tous les ingrédients d’un roman, en premier lieu les élans amoureux de notre tailleur de pierre, vite promu chef de chantier, envers la belle Lotus, puis Méréty, fille du maître d’oeuvre Hémiounou. 

L’originalité de cet ouvrage, qui surfe sur des événements fruits de l’imagination féconde de l’auteur, est qu’il se greffe sur une page majeure de l’histoire de la IVe dynastie de l’Égypte ancienne : la construction de la pyramide de Khéops. Nous nous retrouvons ainsi au coeur de ce gigantesque chantier, avec l’organisation méticuleuse du fonctionnement des équipes, composées de 2.000 permanents et d’autres milliers d’ouvriers temporaires, les conditions de travail (les ouvriers n’étaient nullement de esclaves, mais ils représentaient une élite), la vie au village des ouvriers (où la consommation de bière et de vin introduit ou clôt maintes manifestations de la vie sociale).
L’histoire évolue au gré de la progression du chantier de construction, au cours de laquelle nous apparaissent les composantes de la pyramide : la chambre souterraine, le couloir ascendant, la Chambre de la Reine, la Grande Galerie, la Chambre du Roi ou “chambre de résurrection”, les conduits de ventilation/communication, les chambres de décharge, le pyramidion...

Photo Marc Chartier
Les techniques de construction mises en oeuvre font également l’objet de fréquentes bribes de description, reflétant souvent les questions techniques des responsables du chantier, notamment une rampe externe et une rampe interne, ainsi que l’utilisation d’un ingénieux système de contrepoids pour hisser les blocs de pierre, dont les énormes poutres monolithes de granit formant le plafond de la Chambre du Roi.
On aura évidemment reconnu au passage les éléments principaux de la théorie développée par l’architecte français Jean-Pierre Houdin (cité dans la jaquette de l’ouvrage) pour la reconstitution du chantier de construction de la Grande Pyramide.

Puis, reprenant le fil de son schéma mi-imaginaire mi-historique, Christian Jacq fait dire à son héros, comme pour déjouer notre tentative de privilégier telle lecture plutôt que telle autre : “À cet instant, je fus conscient de l’importance vitale de la pyramide ; les exploits techniques, qui nécessitaient tant d’efforts et de novations, n’étaient rien au regard de la signification de l’oeuvre, dont chaque détail avait un sens. Le plan du Maître n’était le produit ni de son imagination ni de son bon plaisir, mais l’expression de la pensée divine et la concrétisation de l’invisible.

Certes, si l’on s’en tient à une lecture “au premier degré”, on trouvera ici de quoi se laisser embarquer dans une histoire aux péripéties haletantes, avec leur lot de suspense et d’idylles de bon aloi. Si, par contre, on est tenté par un examen quelque peu scrupuleux des informations techniques distillées de-ci de-là, on risque fort de rester sur sa fin. On retiendra néanmoins ce qui apparaît comme un message central, comme une grille de lecture d’un livre à classer plus au rayon de la fiction que de la relation historique :
Grâce à la Grande Pyramide, des bâtisseurs avaient vécu ensemble et seraient immortels ensemble. Nous disparus, la contrée de lumière, composée de pierres vivantes, vaincrait le temps ; et c’est ensemble que nous avions édifié cet accès à l’éternité, visible aux yeux des humains.

Cet ouvrage, tout romanesque qu’il soit, leur est à l’évidence dédié.

XO éditions, 2015, 406 pages

mercredi 28 octobre 2015

Kamal al-Mallakh, le découvreur de la barque de Khéops

Issu d’une famille copte de Haute-Égypte, Kamal al-Mallakh (26 octobre 1918 - 29 octobre 1987) était diplômé en architecture et titulaire d’une maîtrise en égyptologie.
Conjointement à ses travaux de fouilles sur la zone de Giza, où il est intervenu durant quatorze années, il collaborait au journal “Al-Ahram”. Il fut en outre l’un des fondateurs du Festival international du Film du Caire.

Son nom reste attaché à un événement majeur de l’histoire de l’égyptologie : la découverte, en 1954, d’une première barque solaire, au sud de la Grande Pyramide de Giza, ainsi que d’une autre fosse qui, selon lui, devait renfermer une seconde barque.
Tout commence en avril 1950. Kamal al-Mallakh suit attentivement les travaux de construction d’une route, pour le confort des touristes, entre la Grande Pyramide et le Sphinx. Il porte notamment son attention sur un alignement d’une quarantaine de grandes dalles de calcaire de longue portée, découvertes par les ouvriers du chantier. L’archéologue est convaincu qu’elles ne font pas partie des fondations de la pyramide de Khéops, mais qu’elles recouvrent, comme un toit, une fosse dont le contenu reste à découvrir. 

Le 26 mai 1954, avec une petite équipe d’ouvriers, il commence à gratter et élargir progressivement un interstice entre deux dalles plus friables que les autres pour pouvoir y passer la tête, puis le buste. Il perçoit alors une forte odeur de bois de cèdre provenant de la cavité. Serait-il donc sur le point d’aboutir au terme de ses longues recherches et patientes recherches, tel un Carter découvrant les “merveilles” de la tombe de Toutankhamon ?
Le 26 mai, relate-t-il, à midi par une journée torride, j'enfonçai hystériquement mon visage pour voir le bois. D'abord je ne pus rien distinguer à cause du contraste entre la lumière aveuglante du dehors et l'obscurité de l'intérieur. Comme je fermais les yeux pour rassembler mes esprits et me préparais à regarder de nouveau, je perçus l'odeur d'un vague parfum. Alors, je souris. C'était l'odeur d'un étrange composé vieux de 5000 ans. Pour moi c'était le parfum du temps. J'étais certain, à présent, que le bois était encore là. Faisant apporter deux miroirs pour refléter la lumière du soleil, le dieu des anciens Égyptiens, vers l'intérieur, par le trou, je distinguai la barque et son grand gouvernail. Nous savons aujourd'hui que le bois est du cèdre apporté du Liban. Des joints en bois rassemblaient les diverses parties du pont ; on pouvait voir des clous en bois et des joints. J'aperçus aussi un petit joint en cuivre. De plus, on pouvait distinguer une étoffe recouvrant certaines parties du bois.
Le front ensanglanté, Kamal al-Mallakh se retourne vers les membres de sa petite équipe : des larmes de joie coulent sur leurs visages souriants.

La barque, datée de 4.600 ans, est en bois de cèdre. De forme papyriforme, elle est munie de tout son outillage - rames, cordes et cabine - et comprend 1.224 pièces détachées. Elle mesure 43,5 m de long. Sa proue, formée d’un élément vertical papyriforme, s'élève à 5 m et sa poupe à 7 m. Les planches de la coque sont assemblées comme un puzzle, par tenons et mortaises, et solidarisées par des cordes en alfa. “Avec émerveillement, écrit Jean Leclant dans “Orientalia”, vol. 30, on peut voir comment les pièces étaient percées de trous permettant le passage des cordes les fixant les unes aux autres ; les cordes passaient à l’intérieur même du bois et, sauf en de rares cas, elles n’étaient pas visibles de l’extérieur. Le navire était ainsi constitué de pièces ‘cousues’ littéralement les unes aux autres.” Sur le pont, le rouf était peut-être destiné à accueillir momentanément la dépouille du pharaon lors de son transfert, sur le Nil, vers la nécropole de Giza.
Une fonction symbolique est également liée à cette embarcation. “Des savants, écrit Jean Yoyotte dans le “Dictionnaire de la civilisation égyptienne” (Hazan, 2011), ayant suggéré que les barques ainsi enterrées dans la nécropole permettaient au défunt de s’identifier à Rê, on dit couramment les “barques solaires de Giza”. Mais d’autres conjectures sont plausibles : barques pour se promener dans l’autre monde, barques-catafalques perpétuant par leur présence la vertu des rites d’enterrement, barques pour aller se revivifier aux lieux saints… Tous ces genres de bateaux sont en effet connus du rituel funéraire, et, dans l’embarras du choix, mieux vaut pour l’instant parler de ‘la barque de Chéops’.

Conscient de la portée scientifique de sa découverte, Kamal al-Mallakh extrait avec une infinie précaution les multiples pièces du bateau. Ce travail lui prend 20 mois. Puis la tâche est confiée à Hag Ahmed Youssef Moustafa, spécialiste en restauration des antiquités, ainsi qu’à Zaki Iskander et Zaki Nour, de reconstruire l’embarcation, dont la destination finale est un musée construit au pied de la Grande Pyramide, au-dessus de la fosse où elle fut découverte.

La deuxième fosse, identifiée par Kamal al-Mallakh, fait l’objet de recherches en septembre 1987 par une équipe d’archéologues japonais. Elle contient également une barque, très dégradée. Les recherches sont poursuivies en 1992-1993, puis à partir de juin 2011, par l'Université japonaise de Waseda. Compte tenu de son extrême fragilité, cette seconde barque solaire a droit aux mêmes égards, voire plus encore, que la première. Toutefois, contrairement à celle-ci, il n’est pas envisagé, pour l’instant tout au moins, qu’elle fasse l’objet d’une exposition au public.

Plus d’un demi-siècle après leur extraordinaire découverte, l’énigme suscitée par les “barques solaires” demeure. Mais quelle que soit l’interprétation donnée à leur fonction dans les rites funéraires pharaoniques, Kamal al-Mallakh aura, par son intuition et sa détermination, contribué à écrire l’une des plus belles pages de l’égyptologie moderne.


Jean Leclant, “Orientalia” : Vol. 30, No. 1

lundi 26 octobre 2015

Mission "Scan Pyramids" : zoom sur les techniques utilisées

La mission égypto-internationale qui vient d’être mise en place pour étudier certains aspects encore “mystérieux” de la structure interne de quatre pyramides majeures à Dahchour et sur le plateau de Giza (voir ici) présente la particularité de conjuguer trois techniques exploratrices non invasives complémentaires : la thermographie infrarouge, la radiographie par muons, la photogrammétrie (scanner et reconstruction 3D).

La première de ces techniques regroupe deux missions : l’une de courte durée, menée par le spécialiste Jean-Claude Barré, de LedLiquid ; l’autre (thermographie modulée), qui s’étendra sur une année au moins, conduite par l’université Laval de Québec. Elles permettront d’établir une carte thermique des monuments et d’y révéler d'éventuels espaces creux sous leur surface visible.
La thermographie infrarouge mise en oeuvre par Jean-Claude Barré (mission courte) est l’une des méthodes les plus prometteuses pour permettre de comprendre, depuis la surface d’un monument, ce qui se passe sous ses faces. Le principe en est simple, mais son application repose sur des instruments sophistiqués et des opérateurs très expérimentés.
Elle repose sur la loi physique suivante : tous les matériaux émettent par rayonnement de l’énergie en fonction de leur température, sous forme d'ondes infrarouges pouvant être mesurées par des caméras équipées de capteurs. Grâce à un modèle numérique, les caméras génèrent des images dont chaque couleur correspond à une température donnée. Intérêt de cette technique largement utilisée pour révéler la déperdition de chaleur dans les habitations mal isolées : elle permet de localiser, grâce aux anomalies de l’image thermique obtenue, la présence de défauts dans le bâtiment. Ainsi, un courant d’air froid à l’intérieur se signalera par une zone bleue, une source de chaleur par une zone rouge. Les caméras sont également capables de quantifier l’"émissivité" des matériaux. Tous, en effet, n’absorbent pas, ne transmettent pas et ne réfléchissent pas les rayonnements de la même manière. "Sous le même soleil, l’habitacle d’une voiture blanche sera moins chaud que celui d’une voiture noire, commente Jean-Claude Barré. De la même façon, sous un soleil identique, granit et calcaire ne renverront pas la même température."

Application pour les pyramides : les différences d’"émissivité" pourront permettre de vérifier si les pierres de surface, qui ont toutes aujourd’hui la même couleur en raison des intempéries, du sable et de la pollution, sont de même nature. "Mais, poursuit Jean-Claude Barré, ce qui nous intéresse surtout, ce sont d’éventuelles zones froides qui pourraient révéler des courants d’air, donc des cavités, des chambres ou des couloirs, à l’intérieur des monuments."

C’est une véritable carte thermique des pyramides de Dahchour et Giza qu’il se propose de réaliser. Une carte dynamique, car les pyramides, comme tout bâtiment, absorbent dans la journée la chaleur du soleil, et en restituent une part la nuit. Le programme de l’opérateur est ainsi le suivant : réaliser des images sur les quatre faces une demi-heure avant le lever du soleil, lorsque le monument, ayant évacué un maximum d’énergie pendant la nuit, sera le plus froid. Et à partir de ce point 0, qui servira d’étalon, renouveler l’opération à midi et le soir. En quelques jours, Jean-Claude Barré enregistrera ainsi des centaines de milliers d’images qui seront comparées entre elles par un programme informatique. Les pyramides dévoileront peut-être alors certains de leur secrets... en bleu ou en rouge !

Quant à la thermographie modulée (mission longue), elle est couramment utilisée en industrie aérospatiale pour le contrôle non destructif des matériaux. Le principe de la mesure est le suivant : la matière - objet ou structure à l’essai - est d’abord légèrement chauffée. Si un défaut interne (anomalie non visible) est présent, la signature thermique correspondante révélera sa présence par de légères différences de température en surface. Cette signature n’est pas instantanément mesurable : elle n’apparaît qu’après un temps donné dont la durée dépend de la profondeur de l’anomalie et de ses caractéristiques propres.

Les mesures thermiques sont réalisées par une caméra infrarouge. Celle-ci enregistre l’évolution de la température en surface sous la forme d’images thermiques en fonction du temps. Un certain nombre de techniques sont disponibles pour améliorer ensuite les images thermiques obtenues, détecter et caractériser les défauts. De même, différentes techniques de chauffage existent pour stimuler l’objet ou la structure à l’essai. L’une de ces techniques consiste à moduler la source de chauffage de manière répétée suivant un motif donné (par exemple un sinus) et enregistrer la réponse thermique obtenue avec la caméra infrarouge.

Les images enregistrées sont ensuite traitées et réduites à une seule image qui condense toutes les informations reliées aux anomalies internes de l’objet. Dans le cas de grands objets, un immeuble par exemple, le rayonnement solaire constitue une source de chauffage modulée intéressante, offrant des variations périodiques naturelles sur une grande surface (tel le cycle quotidien jour / nuit). Fait intéressant : plus la variation périodique du chauffage est lente, plus l’onde thermique engendrée pourra pénétrer profondément dans le matériau. Ainsi, une onde thermique produite par un cycle jour / nuit est capable de sonder plusieurs centimètres dans un mur en béton, tandis que les variations thermiques causées par le cycle annuel des saisons (température chaude l’été et froide l’hiver) engendrent des ondes thermiques pouvant pénétrer plus profondément encore. Les variations thermiques saisonnières annuelles sont donc l’approche privilégiée pour l’étude de la pyramide en quête de possibles cavités internes proches de sa surface. 

En complément, deux missions de radiographie par muons sont programmées. Cette technique, développée au Japon par les équipes du KEK (High Energy Accelerator Research Organization) et l’Université de Nagoya, est aujourd’hui fréquemment utilisée dans l’observation des volcans, notamment par les équipes de recherche de l’université de Nagoya. Plus récemment le KEK a développé une approche de détection à base de scintillateurs électroniques résistants, contrairement aux émulsions chimiques, aux radiations nucléaires, afin de scanner l’intérieur des réacteurs de la centrale de Fukushima. Ce programme aura pour objectif de vérifier et visualiser avec précision la présence d'éventuelles structures inconnues au sein des pyramides.

Les muons, qui tombent sur le sol presque à la vitesse de la lumière avec un débit permanent d’environ 10.000 par m² par minute, proviennent des hautes couches de l’atmosphère terrestre, où ils ont été créés lors de collisions entre des rayons cosmiques issus de notre environnement galactique et les noyaux des atomes de l’atmosphère. À l’instar des rayons X qui traversent notre corps et permettent de visualiser notre squelette, ces particules élémentaires, sorte d’électrons lourds, peuvent traverser très facilement même des roches de grande épaisseur, telles les montagnes. Des détecteurs, placés aux endroits judicieux (par exemple à l’intérieur de la pyramide, sous une possible chambre encore non détectée), permettent, par accumulation dans le temps des muons, de discerner les zones de vide (que les muons ont traversées sans problème) et les zones plus denses où certains d’entre eux ont pu être absorbés ou déviés.

Tout l’art de la mesure consiste à réaliser des détecteurs extrêmement sensibles - soit des gels de type émulsions argentiques, soit des scintillateurs. Puis à accumuler assez de données (pendant plusieurs jours ou mois) pour accentuer les contrastes.
Le laboratoire de l’équipe japonaise, consacré au développement et à l’analyse des images captées par les muons, a d’ores et déjà été installé au Caire.

Parallèlement aux missions d’exploration, la société Iconem, représentée par Yves Ubelmann, réalisera une reconstitution en 3D des plateaux de Dahchour et de Giza, avec tous les monuments qui y sont érigés : pyramides, temples, Sphinx… Pour ce faire, elle combinera deux technologies : la photogrammétrie et les drones.

Les algorithmes informatiques qui sont à la base de la photogrammétrie, permettent, à partir d’une grande quantité d’images prises de points de vue différents, de reconstruire un objet 3D. Les algorithmes utilisés par Iconem ont été mis au point par l’INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique). La grande nouveauté - déjà développée par la société Iconem à Pompéi, en Syrie et en Afghanistan, pour reconstituer des sites menacés - est que les appareils photographiques seront embarqués à bord d’engins volants téléguidés.

Pour cette mission, Iconem utilisera deux types de drones. "Tout d’abord, des drones type ailes volantes, avions, détaille Yves Ubelmann. Grâce à leur autonomie, ils nous permettront d’obtenir des données sur de grandes surfaces et de modéliser l’environnement des pyramides à 5 centimètres près." Ils pourront positionner très précisément tous les monuments, repérer les niveaux et pentes, et éventuellement les traces d’anciennes rampes par lesquelles les matériaux auraient été acheminés lors de la construction. Les détails de la micro-topographie fourniront aussi des indices sur la position ou la forme de bâtiments non encore fouillés, qui sont visibles uniquement à travers la forme du terrain.

Les drones du deuxième type ressemblent davantage à des hélicoptères. Ils ont moins d’autonomie mais peuvent réaliser des vols stationnaires, prendre des images à quelques mètres des monuments, du plus haut au plus bas, suivre leurs pentes. Le détail sera, dans ce cas, de l’ordre du centimètre. Une telle définition donnera des informations géométriques, notamment sur l’alignement et l’assemblage des blocs, ainsi que des indications de texture, avec éventuellement des traces d’outils, de gestes de construction.

"La photogrammétrie, conclut Yves Ubelmann, permet de combiner différentes échelles, de les croiser dans le même modèle numérique et de proposer une interprétation globale des sites." Pour parfaire cette vision inédite, son équipe réalisera à l’intérieur des monuments, dans des endroits confinés et sombres où la photogrammétrie est peu opérante, des relevés au scanner laser.
Ces modélisations seront mises à disposition des chercheurs et du public, en open data, par l’Institut HIP.


dimanche 25 octobre 2015

La Mission "Scan Pyramids", top départ !

Les pyramides d’Égypte - notamment celles du plateau de Giza et de Dahchour - sont de nouveau à la une de l’actualité. Après quelque quarante-cinq siècles d’existence, elles ne s’en fatiguent pas ! Il est vrai qu’en dépit des multiples conjectures émises, depuis Hérodote jusqu’à aujourd’hui, sur les techniques mises en oeuvre pour leur construction, la certitude absolue n’est toujours pas de mise. On parle de “mystère” des pyramides… En réalité, il s’agit plutôt d’un sempiternel défi lancé à nos hypothèses ou théories, aussi ingénieuses soient-elles, par les bâtisseurs de l’ancienne Égypte.

Pour ne citer que le seul exemple de la Grande Pyramide de Giza, comment expliquer la perfection de ses lignes, en dépit des détériorations que diverses générations lui ont fait subir ? Par quels types de rampes et avec quels moyens de manutention les blocs de quelque soixante tonnes ont pu être hissés jusqu’à plus de quarante mètres de hauteur, pour bâtir la Chambre du Roi ? En outre - “last but non least” -, que recèlent les entrailles de ce gigantesque monument ? Renferme-t-il des espaces “secrets”, chambres ou espaces utilisés à des fins rituelles ou lors de la construction, qui auraient jusqu’à ce jour déjoué l’observation des égyptologues et autres chercheurs ?

Pour tenter d'élucider ces zones d'ombre, nous n'en sommes plus à l'époque de la pioche et de la dynamite ! Fini le temps où un calife Abdallah Al-Ma’moun ben Haroun El-Rachid, étant allé visiter les pyramides, eut le désir, sinon d'en démolir une pour savoir ce qu'elle renfermait, du moins d'ouvrir une brèche - encore béante aujourd'hui - pour la création de laquelle on employa "le feu, le vinaigre et les leviers".
Hany Helal
Par respect pour des monuments qui continuent de défier le temps, l'heure est désormais à l'utilisation de techniques non destructives et non invasives. Tel est l'objectif qui vient d'être fixé à "Scan Pyramids", une mission égypto-internationale, sous l’égide du ministère égyptien des Antiquités nationales, initiée, conçue et coordonnée par la Faculté des Ingénieurs de l’Université du Caire, sous la direction du professeur Hany Helal, ancien ministre de la Recherche et de l’Éducation supérieure du gouvernement égyptien, et l’Institut français HIP (Heritage, Innovation, Preservation). Dans le but de sonder, sans y percer le moindre orifice, le coeur des plus grandes pyramides d’Égypte, seront ainsi mises en œuvre les technologies les plus innovantes, utilisées par des chercheurs de réputation internationale et trois grandes universités (le Caire, Québec, Nagoya).

Cette mission, d'une ampleur jamais atteinte en terre d'Égypte, portera sur quatre monuments majeurs de la IVe dynastie (2575 – 2465) : la pyramide Sud, dite "rhomboïdale" et la pyramide Nord, dite "pyramide rouge", bâties par Snefrou (2575 - 2551) sur le site de Dahchour, à une quinzaine de kilomètres au sud de Saqqarah ; les pyramides de Kheops et Khephren, fils et petit-fils de Snefrou, élevées sur le plateau de Giza à une vingtaine de kilomètres du Caire.

Quant aux techniques de pointe qui seront appliquées, elles concernent tout d'abord deux missions de thermographie infrarouge, l’une de courte durée menée par le spécialiste Jean-Claude Barré de LedLiquid, l’autre, qui s’étendra sur une année au moins, conduite par l’université Laval de Québec : elles permettront d’établir une carte thermique des monuments et d’y révéler d'éventuels vides sous leur surface visible.

Par ailleurs et en complément, deux missions de radiographie par muons - technique développée au Japon par les équipes du KEK (High Energy Accelerator Research Organization) et l’Université de Nagoya, notamment pour inspecter l'intérieur des volcans et les réacteurs de Fukushima - auront pour objectif de vérifier et visualiser avec précision la présence de structures inconnues au sein des pyramides. "De nombreuses théories ont été émises, précise Hany Helal, à la fois pour leur construction et leurs anomalies de structure, mais nous sommes des physiciens et des ingénieurs, pas des archéologues. Notre objectif est d’utiliser des techniques pour obtenir des résultats concrets. Aux égyptologues ensuite de les interpréter !"

Le laboratoire de l’équipe japonaise, consacré au développement et à l’analyse des images captées par les muons, a d’ores et déjà été installé au Caire. "À plus long terme, indique Hany Helal, vu la richesse archéologique de l’Égypte, nous imaginons utiliser ces techniques pour d’autres monuments, soit pour les restaurer, soit pour les découvrir. Si elles démontrent leur efficacité, elles pourront même être mises en oeuvre dans d’autres pays."

Parallèlement aux missions d’exploration, la société Iconem réalisera, à l’aide de drones, une campagne de photogrammétrie qui permettra de reconstituer en 3D, avec une précision centimétrique jamais atteinte, le plateau de Giza et le site de Dahchour, ainsi que tous les monuments qui y sont érigés. Ces modélisations seront mises à disposition des chercheurs et du public, en open data, par l’Institut HIP. 

Mehdi Tayoubi
Partage et transfert sont les maîtres mots de cette campagne, dédiée à l'avancée des connaissances et soutenue par les autorités égyptiennes. "Notre volonté, confirme Mehdi Tayoubi, président de l’Institut HIP et co-directeur de la mission, est de former un corps d’experts international et de confronter leurs approches théoriques et technologiques à la réalité du terrain archéologique."

Sur quels résultats débouchera la mission, qui devrait durer au moins jusqu’à fin 2016 ? Est-il besoin d'ajouter un nouveau "mystère" à un condensé de questions qui ne cesse de tarauder archéologues et amateurs d’égyptologie ?

"L’essentiel, conclut avec philosophie et son éloquent pragmatisme Mehdi Tayoubi, est d’avancer en mettant en oeuvre de nouvelles approches. Beaucoup de missions précédentes ont tenté de percer les mystères des pyramides et si elles n’y sont pas parvenues, elles ont néanmoins fait progresser la connaissance, comme ce fut le cas par exemple, il y a tout juste trente ans, pour la mission de la Fondation EDF ayant décelé une anomalie de sous-densité en forme spiralée dans Kheops. Notre objectif est d’apporter notre pierre à l’édifice et de préparer, en toute humilité, le chemin pour les futures missions de recherche scientifique."


Pour en savoir plus

À suivre : une présentation plus détaillée des différentes techniques utilisées dans le cadre de la mission "Scan Pyramids" - voir ICI

mardi 13 octobre 2015

Positionnement des pyramides de Guizeh : une nouvelle édition pour le site "Numérus" de Michel Sélaudoux

Un message de Michel Sélaudoux 

"Concernant Guizeh, j'ai remanié le site Numérus en y notifiant l'abandon pur et simple de la thèse des trames pour les implantations, mes bases documentaires des années 1998-2003 s'étant avérées incorrectes.
(Uniquement pour ce qui concerne les implantations des trois grandes pyramides car les trames sont par ailleurs utilisées à de multiples occasions)

Après de longs mois, cette remise en question m'a conduit à proposer depuis juillet 2015 une réponse uniquement basée sur les relevés de W.F.Petrie.
Cette contribution se rapporte au positionnement des pyramides de Guizeh.
Il suffit de questionner le web avec les mots "positionnement des pyramides de Guizeh" pour obtenir quelques milliers de réponses différentes.
Si la question n'est en principe pas résolue, certains auteurs tels John Legon ou plus récemment Ronald Birdsall ont publié des approches beaucoup plus rationnelles que les "diverses et variées" que l'on peut rencontrer, tels les carrés et rectangles magiques, Pi, le nombre d'or, la constellation d'Orion, et autres atlantes ou extra-terrestres...

Pour "Le plan au sol", les mesures les plus fiables et le plus communément admises sont celles qui résultent des travaux de William Matthieu Flinders Petrie.
En conséquence de cette recherche complémentaire, je propose cette réponse que chacun pourra aisément vérifier :

Implantations réciproques : elles se résument à quelques proportions qui utilisent la longueur de base de chacune des pyramides. C'est du niveau lycée élémentaire.

copyright : Michel Sélaudoux
Mesures telles que selon relevés de W.F. Petrie : lorsqu'une différence de mesure existe les valeurs de Petrie figurent en brun/rouge.
copyright : Michel Sélaudoux

Ce qui en résulte : 

Si cette réponse est facilement vérifiable et peu discutable, elle ne manque cependant pas de poser de nombreuses questions et je n'en donnerai qu'un bref exemple.
Si les positionnements ont été effectués au moyen de la combinaison des dimensions des bases des trois pyramides, cela pourrait-il signifier que ces dimensions étaient connues ou prédéterminées depuis la date de conception de celle de Khéops ?
Et si tel n'était pas les cas s'agirait-il d'un mode de calcul basé sur les proportions qui serait intervenu après la réalisation de Khéops, mais le positionnement de Képhren n'est-il pas lui même déjà régi par la prise en compte de la valeur de Mykérinos ?

Lire également:

mardi 25 novembre 2014

“Sans doute les Égyptiens de l'antiquité disposaient de moyens mécaniques d'une admirable puissance et dont nous n'avons pas retrouvé le secret” (Jean-Baptiste-Benoît Eyriès - XIXe s)

Le texte ci-dessous est extrait de “Voyage en Asie et en Afrique, d'après les récits des derniers voyageurs”, publié en 1866. Les auteurs en sont Jean-Baptiste-Benoît Eyriès (1767-1846) et Alfred Jacobs (1827-1870).
Alfred Jacobs était archiviste-paléographe, docteur ès lettres, membre de la commission de topographie des Gaules.
Jean-Baptiste-Benoît Eyriès a consacré beaucoup de temps aux voyages dans le nord de l'Europe, au cours desquels il étudia la botanique et la minéralogie. Il a ensuite mené plusieurs expéditions commerciales dans différentes parties du monde. Collectionneur de livres de voyages, il fut l'un des fondateurs de la Société de géographie. Il a publié plusieurs ouvrages géographiques et a traduit de l'anglais, de l'allemand et des langues scandinaves de nombreux récits de voyageurs et d'explorateurs. Il a également apporté sa contribution aux “Annales des voyages de la géographie et de l'histoire” de Conrad Malte-Brun, à la Biographie universelle de Louis-Gabriel Michaud, à l’Encyclopédie moderne de Léon Renier, à l’Encyclopédie des connaissances utiles et à la collection des Costumes, mœurs et usages de tous les peuples.

Cliché Photoglob

“Après deux heures de marche vers le sud-ouest, notre petite caravane traversa avec assez de peine un terrain marécageux ; une demi-lieue plus loin, nous atteignîmes la limite des cultures, et le sabot de nos ânes ne foula plus qu'un sol dur, couvert de sable fin et doré ; les pyramides que nous avions en vue depuis le Caire, grandissaient à chaque instant à nos yeux, et déjà nous étions proches de ce gardien sculpté dans le granit et qui depuis cinquante
siècles, toujours immobile au milieu des sables qui l'assiègent, a vu passer tant de générations d'esclaves, de conquérants et de visiteurs venus de tous les coins de la terre. Le sphinx est aujourd'hui enfoui dans le sable jusqu'aux épaules, et il n'est pas possible de juger de sa hauteur totale, ni de vérifier l'assertion des historiens grecs qui racontent que les prêtres égyptiens pénétraient jusque dans la tête du monstre par un souterrain et lui faisaient rendre des oracles.

Malgré leur immensité, les pyramides, à une certaine distance, ne paraissent pas aussi hautes qu'elles le sont en réalité, faute sans doute de points de comparaison au milieu du désert. C'est seulement lorsque le voyageur se trouve à leur pied qu'il est saisi d'étonnement devant ces amas gigantesques de pierres.
Comment les énormes blocs entassés dans ces édifices ont-ils été transportés dans le désert ? Comment les a-t-on élevés à cette hauteur ? Sans doute les Égyptiens de l'antiquité disposaient de moyens mécaniques d'une admirable puissance et dont nous n'avons pas retrouvé le secret.

La première pyramide
On gravit la première au moyen de larges assises hautes chacune d'un mètre ; j'y montai soutenu ou plutôt hissé par deux Bédouins, et, de l'esplanade que la destruction et le temps ont faite à cet immense édifice, nous pûmes jouir à notre aise du magnifique spectacle qu'offrait, au lever du soleil, l'immense panorama se déroulant sous nos yeux ; à nos pieds, autour des masses énormes des pyramides, gisaient pêle-mêle les débris des temples et des sépultures de la vieille Égypte, bornées vers le sud par les immenses catacombes et par les pyramides lointaines de Sakkara. Du sommet du plus gigantesque monument qu'ait élevé la main des hommes, nous embrassions du même coup d'œil les solitudes du désert et cette fertile vallée de l'Égypte, rendez-vous de toutes les gloires du monde : à l'orient, la ville des Mille et une Nuits, la métropole des Arabes, cité active et bruyante dont il me semblait entendre les mourantes rumeurs apportées par le vent du désert ; au sud, l'emplacement de la cité des Pharaons, triste et désert, profané par les destructeurs de trois mille ans, et où le voyageur trouve à peine quelques débris épars.
Presque dépourvue de son revêtement, la grande pyramide est accessible de toutes parts, à l'aide des gradins que forment ses assises ; la descente, sans être très périlleuse, exige cependant de grandes précautions, et les guides racontent qu'il y a plusieurs années, un Anglais imprudent se tua en tombant de la pyramide.
Des monticules, mélange des débris du revêtement et de sables accumulés par les siècles, occupent le pied de chacune des faces de la pyramide. C'est au sommet de celui du nord que se trouve l'entrée du monument, à quarante pieds au-dessus de la base. Le chemin voûté et tortueux qui conduit dans l'intérieur est très pénible à parcourir; dans plusieurs endroits on est obligé de se coucher par terre et de se laisser glisser par une ouverture très étroite ; dans d'autres, les degrés sont élevés et difficiles à gravir. Enfin au milieu d'une foule de chauves-souris et de tous les oiseaux de nuit, dans une atmosphère épaisse, le visiteur parvient à une grande salle appelée chambre du roi ; les parois en sont de granit ; au milieu s'élève un énorme sarcophage sans sculptures, sans inscriptions. En continuant à parcourir de longs corridors, on parvient à une seconde salle, semblable à la première, et qu'on nomme chambre de la reine. C'est tout ce que la pyramide de Chéops offre de remarquable à l'intérieur. Après avoir visité ces royales tombes, vides aujourd'hui, je me hâtai de sortir ; j'avais soif d'air pur et de lumière.

Autres pyramides “de moindres dimensions”
Les autres pyramides, appelées Chephrem et Mycerinus, ne diffèrent de la première que par une moindre étendue de leurs dimensions. Cependant Chephrem est presque aussi considérable ; à son intérieur on trouve, comme dans la grande pyramide, des couloirs rapides et étroits, des rampes raides et ascendantes, enfin des galeries horizontales, construites en larges blocs de granit poli qui conduisent à une vaste pièce dite aussi chambre du roi, et dans laquelle se trouve un sarcophage de granit sans ornement, et dont le couvercle a été brisé. L'entrée de cette pyramide était demeurée inconnue jusqu'en 1818 ; le fameux voyageur Belzoni réussit à la découvrir, après des fouilles dirigées avec la sagacité qui caractérise ses travaux remarquables. Cependant, lorsqu'il pénétra pour la première fois dans l'intérieur, il y lut une inscription qui lui apprenait que cet asile de la mort avait déjà été violé du temps des kalifes, ce qu'indiquaient d'ailleurs les spoliations exercées dans ces sombres demeures et l'état de mutilation du sarcophage, dans lequel il ne trouva que des ossements de bœuf. Le revêtement de l'édifice est encore aujourd'hui presque intact dans sa partie supérieure, et y forme un glacis inaccessible ; on raconte pourtant qu'un soldat le gravit sous les yeux du général Bonaparte, à l'aide de sa baïonnette, et fut assez heureux pour le descendre sans accident.

Mycérinus est semblable aux deux autres pyramides par la forme, mais elle leur est inférieure par les dimensions ; son aspect est embelli par un revêtement de granit rose. Une large tranche verticale a été pratiquée sur le milieu de la face nord par ordre d'un bey des Mameluks, qui voulut tenter d'y pénétrer par ce moyen ; ses efforts demeurèrent infructueux, mais depuis, on en a découvert l'entrée, et son intérieur est assez semblable à celui des autres. Ce monument est le moins bien conservé des trois pyramides de Gizeh.
À côté des grandes pyramides, on en voit un grand nombre d'autres de plus petite dimension, et pour la plupart à demi détruites ; quelques-unes sont couvertes d'hiéroglyphes ; des grottes creusées dans le roc, des chaussées, des tombeaux à moitié recouverts par le sable, les entourent.
Un peu plus au sud de Gizeh et des grandes pyramides commence l'emplacement jadis recouvert par la ville qui, après Thèbes, devint la capitale de l'Égypte.
Il ne reste plus aujourd'hui de Memphis que des ruines éparses entre les villages de Bedrechein, Mit-Rahineh et Menif, et au milieu desquelles pousse un grand bois de dattiers. Aux blocs de granit dispersés dans la plaine, ou déchirant le terrain et se faisant jour à travers les sables qui s'amoncellent autour d'eux et les recouvrent peu à peu, on s'aperçoit qu'on foule le sol d'une antique cité. Entre les deux premiers villages, s'élèvent de longues collines parallèles qui ont semblé à Champollion les éboulements d'une enceinte immense construite en briques crues comme celle de Sais. Depuis quelques années, des ouvriers égyptiens sont occupés à remuer ces décombres et à les enlever pour en extraire du salpêtre.

“Quinze” pyramides à Sakkara
Les pyramides de Sakkara que nous avions entrevues du sommet de Cheops, sont au nombre de quinze ; elles sont en briques et en pierre, et les plus hautes, après celles de Gizeh ; on a découvert d'immenses galeries sous la plus grande d'entre elles, et des chambres couvertes d'hiéroglyphes en relief ou tracés en noir. Autour de ces monuments sont semés les innombrables tombeaux de la nécropole de Memphis ; tous ont été violés, et les sables en ont comblé la plupart.
Dans quelques-uns cependant on trouve une série d'oiseaux sculptés sur les parois, et accompagnés de leurs noms en hiéroglyphes, puis des gazelles, des animaux de diverses sortes, des scènes de la vie domestique gravées en relief.

Dans des jarres arrondies à la base, pointues au sommet, et hermétiquement scellées, sont enfermées des momies d'ibis, oiseau sacré entre tous dans l'Égypte ancienne ; ces reliques sacrées sont enveloppées dans des bandelettes noircies par le bitume ; on en distingue encore les plumes ; au contact de l'air et sous la pression des doigts elles se réduisent en poussière et s'envolent au vent.

Les monuments de Memphis furent construits en pierres tirées des carrières de beau calcaire blanc de la montagne de Thorah, située sur la rive droite du Nil, en face de cette antique capitale. Champollion a visité une à une toutes les cavernes creusées dans le flanc de cette montagne, et il a constaté par la lecture de plusieurs inscriptions hiéroglyphiques qu'elles furent exploitées à toutes les époques de l'histoire égyptienne.”