vendredi 17 août 2018

"Les archéologues sont maintenant d’accord pour affirmer que la fonction des pyramides était de préserver le 'ka' du pharaon" (Dan Richardson)

Extraits du guide Egypt, par Dan Richardson, Rough Guides, 2003 

"When the Greek chronicler Herodotus visited (the pyramids) in 450 BC, as many centuries separated his lifetime from their creation as divide our own time from that of Herodotus, who regarded them as ancient even then. For the Pyramid Age was only an episode in three millennia of pharaonic civilization, reaching its zenith within two hundred years and followed by an inexorable decline, so that later dynasties regarded the works of their ancestors with awe. Fourteen centuries after the royal tombs of the Old Kingdom were first violated by robbers, the Sa'te (XXVI) Dynasty collected what remained, replaced missing bodies with surrogates, and reburied their forebears with archaic rituals they no longer comprehended.
The Pyramid Age began at Saqqara in the 27th century BC, when the III Dynasty royal architect Imhotep enlarged a mastaba tomb to create the first step pyramid. As techniques evolved, an attempt was made to convert another step pyramid at Maidum into a true pyramid by encasing its sides in a smooth shell, but it seems that the design was faulty and the pyramid collapsed at some time under its own weight. According to one theory, this happened during construction of what became the Bent Pyramid at Dahshur, necessitating a hasty alteration to the angle of its sides. The first sheer-sided true pyramid, apparently the next to be constructed, was the Red Pyramid at Dahshur, followed by the Great Pyramid of Cheops at Giza, which marked the zenith of pyramid architecture. After two more perfect pyramids at Giza, fewer resources and less care were devoted to the pyramid fields of Abu Sir and South Saqqara, and the latterday pyramids near Fayoum Oasis, and no subsequent pyramid ever matched the standards of the Giza trio.
The pyramids’ enigma has puzzled people ever since they were built. Whereas the ancient Greeks vaguely understood their function, the Romans were less certain : medieval Arabs believed them to be treasure houses with magical guardians ; and early European observers reckoned them the Biblical granaries of Joseph. The nineteenth century was a golden era of discoveries by Belzoni, Vyse, Petrie, Mariette, Maspero and Lepsius, which all suggested that the pyramids were essentially containers for royal tombs and nothing else. It was also the heyday of Pyramidologists like Piazzi Smyth and David Davidson, who averred that their dimensions in “pyramid inches" proved the supremacy of Christianity and the Jewish origin of the pyramid-builders.
Archeologists now agree that the pyramids function was to preserve the pharaoh's ka, or double : a vital force which emanated from the sun-god to his son, the king, who distributed it amongst his subjects and the land of Egypt itself. Mummification, funerary rituals, false doors for his ba (soul) to escape, model servants (shabti figures) and anniversary offerings - all were designed to ensure that his ka enjoyed an afterlife similar to its former existence. Thus was the social order perpetuated throughout eternity and the forces of primeval chaos held at bay, a theme emphasized in tomb reliefs at Saqqara. On another level of symbolism, the pyramid form evoked the primal mound at the dawn of creation, a recurrent theme in ancient Egyptian cosmogony, echoed in megalithic benben and obelisks whose pyramidal tips were sheathed in glittering electrum.
Although the limestone scarp at the edge of the Western Desert provided an inexhaustible source of building material, finer stone for casing the pyramids was quarried at Tura across the river, or came from Aswan in Upper Egypt.
Blocks were quarried using wooden wedges (which swelled when soaked, enlarging fissures) and copper chisels, then transported on rafts to the pyramid site, where the final shaping and polishing occurred. Shipments coincided with the inundation of the Nile (July-November), when its waters lapped the feet of the plateau and Egypt's workforce was released from agricultural tasks.
Herodotus relates that a hundred thousand slaves took a decade to build the causeway and earthen ramps, and a further twenty years to raise the Great Pyramid of Cheops. Archeologists now believe that, far from being slaves, most of the workforce were actually peasants who were paid in food for their three-month stint (papyri enumerate the quantities of lentils, onions and leeks), while a few thousand skilled craftsmen were employed full-time on its construction. One theory holds that a single ramp wound around the pyramid core, and was raised as it grew ; when the capstone was in place, the casing was added from the top down and the ramp was reduced. Other ramps (recently found) led from the base of the pyramid to the quarry. Apparently, pulleys were only used to lift the plug blocks that sealed the corridors and entrance ; all the other stones were moved with levers and rollers. It is estimated that during the most productive century of pyramid-building, some 25 million tons of material were quarried.
Whether or not the ancient Egyptians deemed this work a religious obligation, the massive levies certainly demanded an effective bureaucracy. Pyramid-building therefore helped consolidate the state. Its decline paralleled the Old Kingdom's, its cessation and resumption two anarchic eras (the First and Second Intermediate Periods) and the short-lived Middle Kingdom (XII Dynasty). By the time of the New Kingdom, other monumental symbols seemed appropriate. Remembering the plundered pyramids, the rulers of the New Kingdom opted for hidden tombs in the Valley of the Kings."









jeudi 16 août 2018

"Les plus grands monuments élevés par la main des hommes" (comte de Forbin, à propos des pyramides de Giza)

Louis Nicolas Philippe Auguste de Forbin (1777-1841), baron (en 1810), puis comte, est un peintre, écrivain archéologue. Il succède à Vivant Denon en 1816 comme directeur général du musée du Louvre.
En 1817, il entreprend un long voyage dans le Levant, au cours duquel il fait halte au Caire.
Le texte qui suit est extrait du récit de ce voyage.
photo Marc Chartier
"Après avoir traversé le Nil à Fostat (le vieux Caire), que le voyageur Norden a pris si improprement pour l'ancienne Memphis, on marche presque directement vers la grande pyramide de Gyzeh. Nous fîmes deux lieues à travers les prairies et les jardins que le Nil venait de rafraîchir et de féconder. La végétation cesse tout-à-coup à un quart de lieue des pyramides : citadelles immenses, éternelles, elles sont assises sur les confins du désert comme sur les frontières de l'empire de la mort. Les efforts du temps, la fureur des orages, se brisent centre les pyramides, comme les flots de la mer contre le rocher que Dieu lui assigne pour limite.
Rien ne saurait rendre les impressions qui s'emparèrent exclusivement de moi, à mesure que j'approchais des plus grands monuments élevés par la main des hommes. Lorsqu'on est au pied pied de ces masses énormes, que l'on ne peut comparer à rien, l'âme est d'abord frappée d'une sorte de surprise, de stupeur, qui ne fait place que longtemps après au sentiment de l'admiration. J'étais tenté de croire, avec le 'Tarykh Tabary', que ce qui s'offrait alors à ma vue était l'ouvrage des 'pery', des fées qui gouvernèrent le monde pendant deux mille ans, après lesquels Eblis, envoyé de Dieu pour les chasser, les confina dans la partie du monde la plus reculée. 
Ces pyramides, que l'auteur arabe nomme 'el-Ahrâm' [les décrépites], sont-elles l'ouvrage de Djihân ben-Djihân, ce roi des génies, avant la création de l'homme ? (...) Je ne suivis pas la marche ordinaire ; je n'écoutai point les avis de mes guides : j'éprouvais le besoin d'arriver au sommet de cette montagne artificielle et merveilleuse ; ses angles forment des escaliers très élevés, mais assez faciles. Lorsque j'eus atteint la plate-forme qui termine la pyramide, je crus voir l'univers entier se dérouler devant moi. (...)
Il serait inutile d'entrer dans de grands détails relativement aux pyramides : Maillet, de Pauw, Niebuhr, Norden, Savary, le P. Sicard, Volney, Denon, et l'ouvrage de la Commission d'Égypte ne laissent rien à désirer ; les critiques les plus éclairés ont tout dit à ce sujet. (...)
Il me parait bien prouvé que les pyramides n'ont jamais été des observatoires, que jamais les recherches astronomiques n'ont pu être le but de cette construction gigantesque. Ces tombeaux, élevés sans doute avec des matériaux apportés de carrières éloignées, ne sont point le résultat du nivellement du terrain sur lequel ils sont assis ; ce qui supposerait l'existence d'une montagne dans un lieu où rien ne porte à croire qu'il en ait jamais pu exister. Les souverains sont quelquefois peuple en fait de croyance : les dogmes religieux des Égyptiens faisaient espérer à leurs rois qu'ils reprendraient leur corps après quatre mille ans, si cette enveloppe se trouvait alors préservée de la corruption ; cela explique comment un roi a fait souffrir tout un peuple, pour cacher sa misérable dépouille mortelle sous un amas de rochers. Mais quel fut ce roi ? le voile le plus épais couvre cette partie de l'histoire. Il  est difficile d'ajouter foi aux exactions tyranniques de Chéops, aux prostitutions de sa fille, qui payaient ces immenses travaux. (...)
Nous déjeunâmes, avant d'entrer dans la pyramide, sur une énorme pierre qui sert de fronton à la porte. Plus de cinquante Arabes se disputaient à qui servirait de guide dans les détours des pyramides. Après que le nombre et l'ordre de notre escorte furent déterminés, on alluma des flambeaux, et, le corps très courbé, nous entrâmes dans un corridor d'environ trois pieds de hauteur. Ce chemin , qui descend avec assez de rapidité, est encombré de morceaux de pierre détachés des murailles ou apportés de l'intérieur, dans les dernières fouilles que M. Salt, consul général d'Angleterre, vient d'y faire faire conjointement avec MM» Kabitzsch et Caviglia, et qui furent couronnées du succès : ils parvinrent jusqu'à la communication du grand puits avec ce que l'on croit être la chambre sépulcrale du roi ; ils ont en outre découvert une chambre dans la partie la plus basse de la pyramide ; mais on sait qu'ils n'ont trouvé ni sarcophages ni bas-reliefs, ni statues, pas même des médailles. 
Après être descendu et monté environ l'espace de soixante pas, aidé par un Arabe, j'arrivai, le visage battu par les chauves-souris, jusqu'à la chambre du roi : on n'y voit autre chose que le sarcophage de granit brisé. J'éprouvais une oppression presque insupportable. Nous redescendîmes toujours courbés, étouffés par la fumée des flambeaux, et chacun atteignit avec grand plaisir la porte de ce labyrinthe terrible, dont le séjour produit l'impression d'un mauvais rêve."

mercredi 15 août 2018

"La construction (des pyramides) était réglée d'après des mesures astronomiques très intéressantes" (Jacques Siegfried)


Jacques Siegfried (1840 - 1909), banquier, entrepreneur et collectionneur français.
Grand voyageur, il est l’auteur de Seize mois autour du monde, 1867-1869, et particulièrement aux Indes, en Chine et au Japon, 1869, d'où est extrait le récit qui suit.
photo Marc Chartier
"Dès mon retour au Caire, je suis allé voir les pyramides. J'ai profité d'un clair de lune radieux pour me mettre en route à deux heures du matin, et je suis arrivé au haut de la pyramide de Chéops à temps pour assister au lever du soleil. Ce n'est pas une ascension très facile que l'escalade de ces deux ou trois cents gradins dont plusieurs ont jusqu'à un mètre de haut, et elle doit même être pénible à faire pendant la chaleur du jour. Avec la fraîcheur du matin, au contraire, c'est un plaisir, et je suis arrivé au sommet dans les meilleures conditions pour apprécier d'abord mon déjeuner, et puis ensuite le plus beau des spectacles. 
À mes pieds, j'avais les sables dorés du désert, remplacés subitement, le long de la limite des inondations du Nil, par la verdure la plus fraîche ; çà et là quelques canaux et le fleuve étincelaient sous les premiers rayons du soleil ; à ma gauche s'étendait le champ de bataille de Bonaparte ; à ma droite, c'était remplacement de l'antique Memphis, et je voyais tout cela du haut d'un monument vieux de cinquante-quatre siècles !

Tout le monde sait que les pyramides étaient consacrées aux tombeaux des rois pharaons, et que chacun d'eux commençait la sienne dès son avènement au trône, de sorte que plus un règne était long et plus la pyramide prenait des proportions gigantesques. 
Ce que l'on sait moins, c'est que la construction en était réglée d'après des mesures astronomiques très intéressantes pour nous ; ainsi, la grande pyramide est exactement par le trentième degré de latitude, ses quatre faces sont orientées aux quatre points cardinaux et ses arêtes pointaient vers Sirius. Cette dernière coïncidence a même permis de reconnaître comme exacte l'époque qu'indiquaient les hiéroglyphes pour le règne de Chéops. Quant à sa hauteur, il y a quelque différence dans les évaluations ; les uns disent qu'elle a 137 mètres, c'est-à-dire 5 mètres de moins que la cathédrale de Strasbourg, les autres lui donnent, au contraire, 143 mètres, et en font, par suite, le monument le plus haut du monde."

lundi 13 août 2018

"L'explication que propose J.-Ph. Lauer d'une ou plusieurs rampes dont on faisait varier la pente a sur ses concurrentes l'avantage de la simplicité" (Nicolas Grimal)


Extrait de Histoire de l'Égypte ancienne, Fayard, le Livre de Poche, 1988, de Nicolas Grimal, égyptologue français, professeur du Collège de France, directeur de l'Institut français d'archéologie orientale d
1989 à 1999, directeur scientifique du Centre franco-égyptien d'étude des temples de Karnak (CFEETK) d1990 à 2005.
La rampe, version J.-Ph. Lauer

"Les Égyptiens donnent peu de détails sur les techniques de construction qu'ils employaient, mais l'on arrive quand même à s'en faire une idée d'après quelques représentations, les vestiges archéologiques et l'analyse des monuments eux-mêmes. Celle-ci est conduite aujourd'hui à l'aide de techniques très sophistiquées, qui, malgré leur raffinement extrême ne peuvent, pas plus que les autres, se passer de logique. 
Le choix du site d'abord. Il se faisait en fonction de la capitale, dont il ne devait pas être éloigné, et aussi du fleuve. Il fallait un socle rocheux capable de supporter la masse énorme de ces constructions, qui fût situé sur la rive occidentale, traditionnellement réservée au royaume des morts que le soleil baigne de ses rayons au couchant, avant de le parcourir pendant la nuit. Il devait être au-dessus du niveau des hautes eaux, qui pouvaient parvenir lors de la crue à moins de 300 m du plateau Une fois le site déterminé, on procédait à son nivellement - parfait chez Chéops à 18 mm près -, en réservant éventuellement le noyau rocheux central que l'on comptait inclure dans la maçonnerie, à la fois pour économiser des matériaux et pour conserver l'image du tertre initial dominant jadis le caveau.
L'orientation se faisait en fonction des côtés, qui étaient dirigés vers les points cardinaux. Évidente pour l'ouest et l'est, elle l'est moins pour le nord. On doit écarter la possibilité d'une mesure fixe de l'étoile polaire qui eût donné une erreur plus grande que celle constatée sur le terrain. Les Égyptiens ont dû employer une technique assez simple, qui consistait à reporter sur un horizon artificiellement nivelé à l'aide d'un merkhet - une sorte de fil à plomb attaché à une tige en bois et permettant une visée le point de lever et de coucher d'une étoile fixe - probablement une des étoiles de la Grande Ourse. La bissectrice de l'angle déterminé par ces deux points donnait le nord vrai.
La montée des assises pouvait alors commencer. Les carrières locales fournissaient le matériau rustique utilisé le plus souvent pour le blocage : c'est ainsi que l'on a retrouvé vers le coin nord de la pyramide de Chéphren des traces d'exploitation en carrière du socle rocheux, ainsi que l'emplacement, un peu plus à l'ouest, de casernements pouvant loger environ 5 500 ouvriers, carriers ou artisans de la nécropole. Des installations comparables seront aménagées plus tard À Kahoun et Deir el-Medineh. Le calcaire fin nécessaire au ravalement provenait des carrières proches de Toura ; le granit d'Assouan servait au parement des corridors et des salles intérieures en général, voire des installations cultuelles. Les autres roches, dans lesquelles étaient confectionnés sarcophages, dallages, statues, architraves, etc. devaient parfois être apportées de fort loin, comme la diorite qu'on allait chercher à l'ouest d'Assouan. Les blocs étaient extraits et travaillés dans les carrières, puis transportés à pied d'oeuvre sur des chalands. Le transport s'effectuait au moment des hautes eaux, c'est-à-dire lorsque l'on pouvait approcher les blocs Ie plus près possible du chantier. (...)
La période des hautes eaux était aussi l'époque de l'année où la main-d'oeuvre, essentiellement les paysans, était disponible pour assurer la corvée qu'elle devait à son souverain. Dans ces conditions de travail saisonnier, l'estimation de vingt ans donnée par Hérodote ne paraît pas déraisonnable, même si des constructions comme les pyramides de Snéfrou ont dû prendre moins de temps.
En revanche, la description qu'il donne des techniques de levage est peu vraisemblable. On lui préférera l'explication que propose J.-Ph. Lauer d'une ou plusieurs rampes dont on faisait varier la pente. La rampe est disposée perpendiculairement à la face de la pyramide. Sa largeur, assez importante au départ, diminue au fur et à mesure que montent les assises, tandis que sa longueur augmente, de manière à conserver une pente suffisamment faible - de l'ordre de 1 pour 12 permettant aux traîneaux de charrier les blocs. Cette théorie, dont le principe est confirmé par les vestiges de rampes de constructions en brique crue que l'on a retrouvés près du premier pylône du temple d'Amon-Rê de Karnak ou à Meïdoum et Licht, a sur ses concurrentes l'avantage de la simplicité. Le parement, monté par assises comme les installations intérieures, est ravalé à partir du haut une fois le pyramidion posé au sommet de l'édifice." 


La traduction en espagnol de l'ouvrage de Nicolas Grimal est disponible ICI 

jeudi 9 août 2018

"Ce qui frappe dans l'art de construire à l'Ancien Empire, c'est avant tout la recherche constante de l'éternel" (François Daumas)

Extraits de La civilisation de l'Égypte pharaonique, Arthaud, 1971, par François Daumas (1915-1984), directeur de l'Institut français d'archéologie orientale du Caire de 1959 à 1969
illustration extraite de l'ouvrage de François Daumas
"Khéops fit ménager, dans sa pyramide prodigieuse de Gizâ, trois chambres : une souterraine et deux autres dans la masse de la construction. On accédait aux deux chambres supérieures par une galerie fort haute qui est un chef-d'oeuvre. Sur les parois, chaque lit, composé de blocs énormes, est légèrement en saillie sur le précédent, de sorte qu'au sommet la portée est extrêmement faible et que l'étroit plafond ne risque pas d'être brisé par le poids des pierres qui les surmontent. Le sarcophage ébréché du roi est encore dans la chambre sépulcrale. C'est la plus grande des pyramides et la plus parfaite. Son orientation stupéfie par sa précision. Aucun de nos appareils actuels ne permettrait un meilleur résultat. Elle mesurait à la base 440 coudées égyptiennes qui représentent environ 230 mètres. Sa hauteur ancienne était de 280 coudées, c'est-à-dire 146,60 m. Elle était entièrement revêtue de calcaire poli de Toura. 
Cette masse parfaitement équilibrée et harmonieuse a étonné plus tard tous les visiteurs et a induit les imaginations à prendre le large. Hérodote, d'habitude si exact, colporte ici tous les ragots incontrôlés qui lui ont été débités sur l'impiété du roi et la fermeture des temples. Les historiens arabes divaguent à son sujet. Ils ont pourtant été largement surpassés par quelques modernes, qui ont réussi à y lire une anticipation de l'histoire générale ou à y voir un compendium de la science universelle. Ils s'arrêtent malheureusement toujours au moment où les choses deviendraient intéressantes : ils n'ont par exemple jamais réussi à y déchiffrer le futur ou des lois scientifiques qui attendent encore d'être découvertes. (...)

Ce qui frappe dans (l')art de construire à l'Ancien Empire, c'est avant tout la recherche constante de l'éternel. Pierre d'abord, puis éléments de construction ; blocs énormes, piliers, pâtés de maçonnerie, tout est calculé pour durer. Si, peu à peu, un souffle plus humain se fait sentir dans les temples de la Ve dynastie, ce n'est jamais au détriment de la solidité. C'est plutôt la traduction de la sécurité qui règne dans une organisation sociale supposée inébranlable, comme l'ordre même du monde. Alors la lourde sévérité des constructions de jadis se détend un peu et les monuments s'aèrent. Jamais, par la suite, l'Égypte ne renoncera à la conquête de la durée infinie, mais jamais non plus elle ne mettra en oeuvre pour l'atteindre des moyens aussi grandioses qu'à l'Ancien Empire."

"Aucune réponse détaillée ne peut encore être donnée à la question de la technique de construction des pyramides égyptiennes" (Miroslav Verner)

Extrait de l' Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, tome III.
Texte de l'égyptologue tchèque Miroslav Verner, auteur de The Pyramids: The Mystery, Culture, and Science of Egypt's Great Monuments, Grove Press, octobre 2001 

"As far as structure and construction methods are concerned, research has shown that each pyramid has two basic parts (aside from the substructure). These are a core and a casing, which could both be built in various ways. The core was usually made of poorer quality, very roughly worked limestone or mud bricks, while the casing was always constructed from very high quality white limestone. 
The core of the Step Pyramid is made of limestone ashlars (square-cut blocks) placed in layers inclined inward so that the resulting pressure is directed toward the center of the building. The core of the Great Pyramid is constructed in a combination of compact stone masonry placed in accretion layers and probably also chambers filled with sand. 
In the fifth dynasty, the cores were built in horizontal layers of coarse stone blocks, with careful construction only on the outside ; the inside was filled with waste material. There followed a period in which cores were made from small irregular pieces of stone stuck together with clay lime mortar. From the twelfth dynasty, there was the adoption of core construction using mud bricks, with a skeleton of limestone walls radiating from the vertical axis of the pyramid. 
It is believed that the casing was usually constructed at the same time as the core, but this was not the case with some pyramids, such as those of Sneferu in Meidum or Neferirkare Kakai's. 
No detailed answer can yet be given to the question of the engineering construction of the Egyptian pyramids. For that, it would be necessary to take them apart, investigate them fully, and put them together again, since research has shown that no universal method existed. Instead, at different times and at different places, pyramids were made using various materials and plans. 
Even in antiquity, authors were suggesting two basic methods : the use of wooden machines (suggested by Herodotus) or the use of ramps (suggested by Diodorus Siculus). It is likely that the pyramids were built up to approximately half their projected height (perhaps 80 percent of the volume of masonry), mainly by using a system of ramps, part of which would be integrated into the core. In the next phase, more use was probably made of simple machines wooden levers, rollers, stone false pulleys, ropes, and so on. 
It has been estimated that the total work force in the construction of the Great Pyramid, including provisioning, quarries, and transport of materials, was perhaps thirty-five thousand people. In the building of small pyramids such as those of the fifth dynasty, fewer than ten thousand may have been employed. 
Both textual and graphic evidence show that haulage was accomplished either by gangs of men or by teams of oxen. The work, from the quarrying of stone to the completion of the casing, was perfectly organized. The degree of coordination of individual tasks and the skill and productivity of the stoneworking were extraordinary. These may be the simplest secrets of the pyramid builders, but perhaps the greatest."

mercredi 8 août 2018

"Entendre la messe aux Pyramides n'est pas chose ordinaire" (auteur anonyme)

Il fut un temps où les "visiteurs" qui avaient l'opportunité et les moyens de faire halte en Égypte, notamment sur la route d'un pèlerinage en Terre Sainte, transportaient avec eux leurs habitudes, leur lecture et interprétation de l'histoire, leur environnement social et culturel, voire leurs "oeillères" (ce temps est-il réellement révolu ?)... D'où l'étrange appropriation - dont témoigne le texte qui suit - du site prestigieux des pyramides pour sacrifier aux obligations d'un rite religieux nullement en rapport avec le caractère hautement symbolique du lieu.
L'auteur de ce récit est resté à tout jamais anonyme. Cela est sans doute préférable. 
L'auteur du texte décrit sommairement un tableau qui ressemble à celui-ci
et qu'il attribue à Gérôme.
Selon les références en notre possession, cette huile - Le Repos pendant la Fuite en Égypte - (1880) a été réalisée par Nicolas Luc-Olivier Merson (1846 - 1920) 
"Le train stoppe en face de quelques cafés qui m'ont tout l'air de guinguettes. Encore quelques pas et voici des monticules de sable, une baraque en planches qui a servi pour les fouilles de M. de Morgan et, devant nous, dans le calme du matin les Pyramides aux grands noms de Kheops, Kephren et Mykerinos. 
Kheops la première montre sa masse triangulaire puissamment accroupie sur le sol à l'orée du désert. Rien d'artistique au sens élevé du mot dans cette débauche de pierres superposées et qui atteignent 137 mètres de hauteur avec une base de 227 mètres. Pas de ligne qui révèle par sa délicatesse une âme humaine. L'impression première ressentie est une impression d'écrasement devant quelque chose de colossalement fou. Mais ce sont les Pyramides. Leur masse même vous empoigne et on ne peut s'empêcher de penser que ces rois aux noms étranges de Koufoui, Kaphri et Menkaouri étaient de forts spécimens de la race humaine, eux qui à une époque que l'histoire ne connaît pas, qu'elle ne peut préciser par une date, ont pu rêver un pareil tombeau et en imposer la réalisation à leurs sujets ou à leurs prisonniers.

Entendre la messe aux Pyramides n'est pas chose ordinaire. Cette joie nous est donnée. Contre la partie nord exposée à l'ombre, un autel s'improvise, un prêtre célèbre les saints mystères au milieu du recueillement de tous. Nous chantons le Credo du premier ton, solennel et majestueux, mais nos voix que nous essayons pourtant de doubler, n'ont guère de puissance. Ce chant, si beau dans nos cathédrales se perd ici sur place. Pour réveiller l'écho du désert, il faut l'éclat du tonnerre ou le mugissement de la tempête soulevant des montagnes de sable. Notre voix cependant montera vers Dieu plus sûrement que la tempête et retombera en bénédictions. Tout en chantant, je pense à la fuite en Égypte et aux gracieux détails des Évangiles apocryphes, à saint Joseph, à la Vierge, à l'Enfant Jésus, à l'humble caravane se reposant aux pieds des Pyramides. Gérôme a délicieusement interprété cette légende dans l'un de ses tableaux. Entre les pattes du sphinx qui regarde dans le désert fixement, la Vierge toute blanche dort avec l'Enfant Jésus dans ses bras. Joseph fait de même couché sur le sable ; l'âne mordille un chardon pendant que le feu qui a servi à cuire le pauvre repas du soir, achève de s'éteindre, exhalant une dernière fumée, laquelle monte dans la nuit très belle, en son calme divin. N'est-ce pas charmant de poésie ?

Après la messe, l'ascension de la pyramide de Kheops
 -c'est indispensable - moyennant la somme de 2 fr. 50, payée à une sorte de petit employé, logé dans une cabane en planches. Un bédouin s'empare de ma personne avec son jeune fils, gamin d'une douzaine d'années, qui s'entraîne à la montée. Tout en prenant mes dispositions, je converse avec mon guide qui parle très bien le français.
Il me dit être Algérien d'origine, son père ayant quitté l'Afrique après la prise d'Abd-el-Kader. Pour un solide gaillard, c'en est un. Afin de lui montrer que moi aussi j'ai du jarret, j'avale rapidement les premiers degrés qui ont 80 centimètres, lui, saute devant moi par bonds comme un chat. C'est merveille de le voir. Ses pieds, aussi bien que ses mains s'accrochent aux aspérités des pierres. Au bout de cinq minutes j'en avais assez. Lui, alors, m'enlace le poignet de sa main de fer et m'enlève comme un enfant. J'arrive hors d'haleine sur la plate-forme d'une dizaine de mètres de côté. Le père G. était déjà là avec quelques pèlerins. Nous chantons le 'Salve Regina'. Un coup d'oeil tout juste pour dire que l'on a vu un rare spectacle, et il faut descendre, parce que le gros des pèlerins qui est resté dans la plaine, prend la direction du chemin de fer. La descente pénible à cause du vertige me vaut une suée carabinée, que l'ardent soleil va bientôt sécher à fond.
"

mardi 7 août 2018

"L"histoire des pyramides est inépuisable" (Camille Lagier)

Extrait de L'Égypte monumentale et pittoresque, de Camille Lagier (1855-1936), ancien professeur au Caire.
Ricardo Liberato / Wikimedia Commons
"L'histoire des pyramides est inépuisable. Il faut se borner à un examen rapide des principales d'entre elles. 
Le nom de la grande pyramide est : "la Splendeur de Khoufou (Chéops", ou "la Lumineuse, la Brillante". Elle avait primitivement cent quarante cinq mètres de haut. Depuis le Moyen Âge, époque où elle fut dépouillée de sa pointe et de son revêtement, elle n'a plus que cent trente sept mètres. En largeur elle mesure à sa base deux cent vingt sept mètres trente de côté. Petrie en évalue la masse totale à deux millions et demi de mètres cubes. L'entrée est au milieu de la face nord, à vingt mètres au-dessus de la première assise, soit à la treizième assise. Elle était déjà connue de Strabon. "La pyramide, dit-il, a sur ses côtés, et à une élévation médiocre, une pierre qui peut s'ôter. Lorsqu'on l'a soulevée, on voit un conduit tortueux qui mène au tombeau." D'après les dispositions qu'on remarque à la porte d'une pyramide de Dahchour, on doit conclure qu'il s'agit d'une dalle mobile, sorte de trappe, tournant sur un pivot. S'il est vrai que le sultan Almamoun fit éventrer la pyramide et rencontra par hasard le couloir montant, il est à croire qu'au IXe siècle on avait perdu le secret d'ouvrir cette porte. Peut-être aussi que l'effort du sultan se borna à retrouver ce couloir barré en bas par un bloc énorme si dur qu'il fallut le tourner. Quoi qu'il en soit, par un mètre de haut sur un de large, pénétrons dans ce conduit, bien qu'il soit toujours un peu ce qu'il était jadis, "un lieu moult obscur et malflairant pour les bêtes qui y habitent". Ainsi parle le sieur d'Anglure, pèlerin champenois du XIVe siècle, qui ne paraît pas avoir eu les chauves-souris en bonne odeur. Couloir qui plonge une centaine de mètres et se perd ; au vingtième mètre, couloir d'Almamoun, qui monte durant trente trois mètres, formant avec le premier un angle de cent trente trois degrés, aboutit à une sorte de plate-forme et se divise. 
La première bifurcation franchit un puits et mène horizontalement à gauche vers ce que l'on a improprement appelé "la chambre de la reine", chambre dont le sol n'est pas dallé. La seconde gravit dans une galerie longue de quarante sept mètres et haute de plus de huit mètres, en pierre si jolie et si finement appareillée "que l'on ne pourrait fourrer entre deux de ces pierres une aiguille ou un cheveu". 
Nous voici dans le vestibule du caveau, obstrué jadis par trois herses de granit. La chambre funéraire est un rectangle de presque six mètres de haut, large de plus de cinq mètres et long de plus de dix, les plus petits côtés étant au nord et au sud. Le sarcophage du roi est encore en place, mais mutilé et sans couvercle. Au-dessus du plafond, pour diminuer la pression centrale des cent mètres de calcaire qui le surmontent et rejeter cette pression en grande partie sur les faces latérales, l'architecte a ménagé cinq chambres de décharge. C'est là, sur des blocs intérieurs, parmi des inscriptions tracées à la sanguine au moment de la construction, qu'on a trouvé le nom de Chéops. 
Deux prises d'air, au nord et au sud du caveau, ont leur orifice à quatre vingt dix centimètres du sol et montent déboucher à l'extérieur après un parcours de soixante et onze mètres. 
On attribue à l'Anglais Davison la découverte, en 1763, du puits où tombe à un moment le couloir ascendant. Or, ce puits n'était pas à découvrir. Le P. Claude Sicard, mort au Caire, le 12 avril 1727, avait visité l'intérieur de la grande pyramide. Il nous en a laissé une description très exacte, et il nous parle du puits comme d'une chose connue. Le puits, d'un parcours sinueux de quarante mètres, qui va rejoindre le couloir descendant, quelle était sa destination ? On pense qu'il fut une porte de sortie pour les ouvriers. La pyramide achevée et la momie en place, on avait laissé tomber les herses du vestibule de la chambre funéraire et obstrué le couloir ascendant avec un bloc de granit mis en réserve ; après quoi, on descendit par le puits remontant à la lumière par le couloir inférieur qui, à son tour fut muni d'une porte dissimulée avec soin. 
Pour expliquer la multiplicité des chambres et des couloirs dans un monument destiné à un seul (...). Petrie fait appel naturellement au besoin de cacher le site exact du sarcophage et de décourager les fouilleurs, mais surtout à un changement d'architecte, le premier ayant dû mourir avant d'avoir achevé l'oeuvre et celui qui le remplaça n'ayant pu entrer dans l'idée de son prédécesseur que par tâtonnements. Borchardt voit là les traces de trois états successifs. Premier état prévu : une seule chambre creusée dans le rocher avec le couloir inférieur, qu'on n'achève pas, car le temps et les ressources permettent de faire plus grand. D'où deuxième état : le couloir ascendant menant à une chambre ménagée dans la maçonnerie, "la chambre de la reine". Mais, à ce moment, avant même d'avoir mis les dalles du sol, on s'aperçoit qu'on peut faire plus grand encore. D'où dernier état : la grande galerie menant à la vraie chambre du tombeau. 
Il semble que ce fut vers la fin du XIVe siècle que l'on commença d'attaquer le revêtement de la pyramide. Du temps d'Abd-Allatif, qui était en Égypte à la fin du XIIe siècle, si, attiré par l'espoir de découvrir des trésors, on avait tenté de pénétrer à l'intérieur ; si les matériaux de la plupart des moindres monuments voisins avaient déjà passé dans les constructions du Caire, du moins la grande pyramide demeurait à peu près respectée, ainsi que ses deux soeurs. Guillaume de Boldensele, en 1332, la trouva, en effet, avec ses "pierres bien polutes" et "escriptures de divers langages". Les Égyptiens eux-mêmes, puis les voyageurs grecs et latins, y avaient au cours des siècles gravé leurs cartes de visite. Mais, en 1395, il n'en est plus ainsi, Le sieur d'Anglure vit "certains ouvriers massons qui à force desmuroient les pierres taillées qui font la couverture, et les laissoient devaler à val. D'icelles pierres sont faitz la plus grant partie des beaux ouvrages que l'on fait au Caire et en Babiloine". Il ajoute : "Nous veimes cheoir les grosses pierres comme muiz a vin que iceulx massons abatoient." Le profit de cette besogne allait au Sultan pour les deux tiers et aux maçons pour le reste. 

La seconde pyramide, de son nom "Grand est Khafr", ou simplement "la Grande", est sise à cent vingt mètres au sud-ouest de "la splendeur de Khoufou". Qu'elle soit bien l'oeuvre de Chefren, Hérodote et Diodore nous l'assurent, et l'on a trouvé le nom de ce pharaon dans le temple sur les fragments d'une coupe et sur la tête d'une massue en pierre blanche. D'ailleurs, sa position, entre la première et la troisième pyramide, dit assez qu'elle ne peut appartenir qu'au successeur de Chéops et au prédécesseur de Mychérinos. 
Pour asseoir sa masse de plus d'un million et demi de mètres cubes, on coupa, au nord et à l'ouest, la colline rocheuse et, avec les énormes blocs ainsi obtenus, on releva le terrain au sud-est. Moins élevée, cent trente six mètres, jadis cent trente huit, et beaucoup moins large que la première, deux cent dix mètres de côté, jadis deux cent quinze, mais placée plus haut et plus svelte, elle fait l'illusion d'être plus grande. Elle garde encore à son sommet une partie de son revêtement en calcaire nummulitique gris que les lichens ont marbré de rouge, que la patine du temps a glacé, mosaïque au ton mat qui reluit au soleil. L'assise inférieure de ce revêtement était en granit rose. La pyramide a deux issues, l'une sur l'esplanade, l'autre à quinze mètres du sol, qui descendent parallèlement ; puis, la plus basse rejoignant la supérieure, celle-ci court horizontalement sous la masse jusque vers l'axe de l'édifice où s'ouvre le caveau définitif. Quand Belzoni entra dans ce caveau, en 1818, il y lut une inscription tracée à l'encre qui fixait la violation du tombeau à l'année 1200 de notre ère. "Maître Mohammed, le carrier, a ouvert, disait l'inscription ; maître Othman fut présent ainsi que le roi Ali-Mohammed au début de la fermeture." Ali-Mohammed était le fils et le successeur de Saladin. 
Vers le milieu du XVIIIe siècle, on ne voyait déjà plus que les traces du temple de la pyramide. Ses dimensions restent aujourd'hui visibles sous le sable et les décombres. On retrouve par places la chaussée dallée qui descendait de là vers la plaine. Après un parcours de quatre cents mètres, elle aboutissait au temple de granit, appelé aussi le temple du Sphinx. En 1880 Mariette avait déjà signalé cette relation entre les deux temples. Petrie veut qu'elle soit intentionnelle. Par suite, elle serait contemporaine des deux édifices. Chefren lui-même en serait l'auteur, l'auteur aussi du temple du Sphinx où l'on a retrouvé ses statues. 

La troisième pyramide, "la Divine", ou "Divin est Men kaoura", s'élève au sud et en retrait de la seconde, comme celle-ci s'élevait déjà au sud et en retrait de la première. Elle n'a que soixante six mètres de haut et cent huit de côté ; et pourtant, si "elle paraît petite, quand on la compare aux autres, lorsqu'on l'aborde de près, et que les yeux ne voient plus qu'elle elle inspire une sorte de saisissement, et l'on ne peut la considérer sans que la vue se fatigue". Ses assises inférieures portaient un revêtement en dalles de granit rose. De là le nom de "pyramide rouge" que lui donnent les auteurs arabes. L'accès à l'intérieur part de la quatrième assise, oblique dans le sol jusqu'au second quart de la base, puis devient plan et aboutit au caveau creusé sous l'axe. Mais cet état définitif ne s'obtint qu'après hésitation et des remaniements visibles Jusqu'au commencement du XIXe siècle, le sarcophage royal reposa en place, un sarcophage en basalte sculpté. L'Anglais Vyse le fit enlever. Mais le vaisseau qui emportait la dépouille sombra sur les côtes d'Espagne. 
La face nord de la pyramide montre une égratignure. C'est qu'un jour le sultan Othman se laissa persuader par des "gens dépourvus de bon sens, de démolir les pyramides, et l'on commença par la pyramide rouge". Huit mois entiers on y travailla, et les ouvriers furent "contraints de renoncer honteusement à leur entreprise... Ceci se passa en l'année 593 (1196-1197). Aujourd'hui - c'est Abd-Allatif qui parle - quand on considère les pierres provenant de la démolition, on se persuade que la pyramide a été détruite jusqu'aux fondements ; mais si, au contraire, on porte les regards sur la pyramide, on s'imagine qu'elle n'a éprouvé aucune dégradation, et que, d'un côté seulement, il y a une partie du revêtement qui s'est détachée." 
Fourmont put voir debout encore plusieurs colonnes du temple. D'énormes blocs dessinent le pourtour de ce temple et l'oeil suit la chaussée qui descendait à l'est."  


lundi 6 août 2018

"La construction des pyramides intéresse plus l'architecte que l'historien" (Étienne Drioton, Jacques Vandier)

Extraits de Les peuples de l'Orient méditerranéen - II - Égypte, par Étienne Drioton (1889-1961) et Jacques Vandier (1904-1973), PUF, 1952
photo Marc Chartier
"Chéops, Chéphren et Mykérinus construisirent leurs pyramides sur le plateau de Gizeh. Elles forment un ensemble qui a été, de tout temps, justement admiré, et dégagent une impression de mystérieuse majesté ressentie par tous les anciens voyageurs. "Chéops appartient à l'Horizon", "Grand est Chéphren", "Divin est Mykérinus", tels étaient les noms grandioses que leur avaient donnés leurs fondateurs.
Si l'aspect extérieur des pyramides ne change plus, l'évolution se poursuit dans la disposition des chambres funéraires.
Celles-ci ne sont plus souterraines, mais sont ménagées dans le massif même de la maçonnerie. L'entrée, dissimulée par une dalle mobile, se trouve pratiquée à une hauteur variable dans une des faces de la pyramide. Un système très compliqué de couloirs descendants, puis ascendants, tantôt larges et hauts, tantôt surbaissés et étroits, conduisent à la chambre funéraire, dont l’accès est encore protégé par des herses successives, faites chacune d’une seule pierre, et qui est préservée de 
la pression dangereuse que pourrait exercer sur elle l'énorme masse de la pyramide, au moyen d’un certain nombre de chambres de décharge superposées.
La construction des pyramides intéresse plus l'architecte que l'historien. Les détails rapportés par les Anciens n’ont évidemment qu’une valeur très relative. L’exécution de monuments. aussi considérables a certainement nécessité de très longs travaux et le recours à des corvées très pénibles, mais elle n'a pas absorbé toute l’activité des pharaons, ni toute la main-d'œuvre égyptienne, comme on l’a prétendu : ce sont là des légendes dont les guides égyptiens charmaient l'oreille des naïfs voyageurs grecs.
Les blocs étaient amenés des carrières voisines. Autour d'un noyau central, on plaquait des couches successives de maçonnerie, dont le nombre croissait avec celui des années de règne du roi ; il semble certain que les pyramides étaient d'abord construites par étages, qu'on faisait disparaître à mesure qu'avançait la construction. Ce n’était qu’à la fin qu'on pouvait poser, en commençant par le haut le revêtement de calcaire ou de granit."


dimanche 5 août 2018

Les propriétés électromagnétiques de la Grande Pyramide

Une étude de Mikhail Balezin, Kseniia V. Baryshnikova, Polina Kapitanova et Andrey B. Evlyukhin, parue dans Journal of Applied Physics 

Téléchargement du document en format pdf : cliquer ici 

Abstract
Resonant response of the Great Pyramid interacting with external electromagnetic waves of the radio frequency range (the wavelength range is 200–600 m) is theoretically investigated. With the help of numerical simulations and multipole decomposition, it is found that spectra of the extinction and scattering cross sections include resonant features associated with excitation of the Pyramid's electromagnetic dipole and quadrupole moments. Electromagnetic field distributions inside the Pyramid at the resonant conditions are demonstrated and discussed for two cases, when the Pyramid is located in a homogeneous space or on a substrate. It is revealed that the Pyramid's chambers can collect and concentrate electromagnetic energy for the both surrounding conditions. In the case of the Pyramid on the substrate, at the shorter wavelengths, the electromagnetic energy accumulates in the chambers providing local spectral maxima for electric and magnetic fields. It is shown that basically the Pyramid scatters the electromagnetic waves and focuses them into the substrate region. The spectral dependence of the focusing effect is discussed.

mardi 29 mai 2018

Pyramides de Giza : approche technologique

L'archéologue Yukinori Kawae mène une approche interdisciplinaire de l'étude des pyramides égyptiennes en combinant l'informatique, les données 3D et les dernières technologies pour aider à décoder comment et pourquoi les pyramides ont été construites.

mercredi 4 avril 2018

L'interprétation (possible) du "Big Void", selon David Ian Lightbody


Selon le Dr. David Ian Lightbody, le "Grand Vide" détecté par les campagnes de prospection de #ScanPyramids à l'intérieur de la Grande Pyramide pourrait être le résultat de deux zones contenant de nombreux petits vides de construction de chaque côté de la Grande Galerie.

"The ‘big void’ may in fact be the result of two zones containing many small construction voids which flank the Grand Gallery

Pour prendre connaissance de ce "document de travail" : consultez-le ci-dessous ou cliquez sur ce lien



vendredi 9 mars 2018

Un ouvrage de Marco Virginio Fiorini : "L'Harmonie universelle"

L’architecte italien Marco Virginio Fiorini confie aux lecteurs de “Pyramidales” l’intégralité de son deuxième ouvrage (en version italienne) : L’Armonia universale - Scoperte nelle piramidi le meraviglie di Maat (“L’Harmonie universelle - Les Merveilles de Maat découvertes dans les pyramides”).

Nous proposons ci-dessous une traduction en français de l’introduction de cet ouvrage.
Merci à Marco Virginio Fiorini pour sa confiance et le “privilège” qu’il accorde à “Pyramidales” de se faire ainsi l’écho du fruit de ses nouvelles recherches.



"Pourquoi, quand nous regardons un coucher de soleil aux mille couleurs ou l'horizon de la mer qui s’enflamme à l'aube d'un nouveau jour, sommes-nous émus ? Pourquoi retrouvons-nous la sérénité dans les pétales d'une fleur ou dans le visage d'un enfant ?
Pourquoi restons-nous surpris ou fascinés en observant la parfaite structure en spirale d'une coquille ou celle de certaines plantes telles que le tournesol ou l’ananas ? Pourquoi sommes-nous remplis d’admiration en observant la structure d'une ruche ou celle des cristaux de neige ?
Simplement parce que toutes ces choses que nous considérons sont belles !
"La beauté sauvera le monde", a écrit le grand Fiodor Dostoïevski.
Mais qu'est-ce que la beauté ? La beauté est harmonie.
Alors, qu'est-ce que l'harmonie ? L'harmonie est l'équilibre, c'est-à-dire la proportion, entre divers éléments constituant un tout. Cet ensemble peut être de toute sorte : une image, un objet, une musique, un comportement, ou des quantités telles que les longueurs, les surfaces, les volumes.
Nos questions continuent ...
La beauté est une proportion, d'accord. Mais pourquoi y a-t-il des proportions que nous n'aimons pas ?
C’est là le noeud de la question. Quelles proportions ?
Nous aimons seulement celles qui résonnent en nous, que nous trouvons instinctivement proches de la Nature, qu'elle soit humaine ou extérieure à nous (monde, univers).
À ce stade, il devient important de savoir si nous pouvons connaître les proportions que nous aimons.
Oui, c'est possible.
En des siècles d'observation, l'homme a réussi à comprendre quels sont les critères qui font qu’une proportion nous plaise.
Je suis resté bouche bée quand j'ai réalisé que les Égyptiens eux aussi avaient découvert ces critères.
Je peux l’affirmer : parce qu'ils ont été capables de les reproduire et les utiliser dans leurs œuvres (bâtiments, sculptures, tombes, peintures, ...) de telle manière qu’aujourd’hui, nous restons admiratifs.
Toutes les grandes constructions égyptiennes répondent à ces exigences, y compris, sans aucun doute, les pyramides de Gizeh et en particulier la Grande Pyramide, l’édifice le plus célèbre et le plus étudié de l'histoire, qui contient en lui les paradigmes de ces proportions.
Dans les chapitres qui vont suivre, je vais essayer de vous raconter, de la manière la plus simple possible, comment sa forme et ses dimensions en font une oeuvre absolument extraordinaire et fondamentale, non seulement pour la culture de l'ancienne Égypte, mais pour toute l'histoire de l'architecture universelle.
Nous découvrirons que ses proportions sont les mêmes que celles de notre Univers, de la Terre et de l'Homme.
Tel est le sens du message que les Égyptiens ont voulu nous laisser.
Découvrons-le ensemble.
"


dimanche 25 février 2018

Zakaria Ghoneim, le découvreur de la pyramide de Sekhemkhet

illustration en bas, à droite, d’après wolffchronicles.com
Une vie entièrement consacrée à l’égyptologie, avec notamment une découverte majeure sur le site de Saqqarah… Une vie qui se termine trop tôt, brutalement, tragiquement : tel sera le destin de l’archéologue égyptien Zakaria Ghoneim (1905-1959).


Diplômé en égyptologie de l’Université du Caire en 1934, il est nommé, en 1937, assistant de fouilles au service des Antiquités, chargé de conduire à Saqqarah, sous la direction de son compatriote Selim Hassan, le dégagement de la zone des mastabas située à l’est de la pyramide d’Ounas.
Deux années plus tard, note Ève Gran-Aymerich, “il est envoyé comme inspecteur à Assouan, puis à Edfou et, en 1943, il devient conservateur de la nécropole thébaine, dont il entreprend de redéblayer systématiquement les tombes pour les restaurer. Il retrouve la magnifique tombe de Khérouef et est nommé inspecteur en chef de la Haute-Égypte. À Louqsor, il fait pratiquer, au nord du grand temple, des sondages qui permettent de restituer un vaste parvis avec le départ de l'allée de sphinx au nom du roi Nectanebo. Sur la rive gauche, il dirige le déblaiement de l'importante tombe de Montouemhât, dont il publie les tables d'offrandes en collaboration avec P. Barguet et J. Leclant.
Z. Ghoneim est le premier à gauche
Son retour sur le site de Saqqarah, en 1951, comme directeur des fouilles sera décisif dans sa carrière scientifique : il y met au jour des vestiges présentant des ressemblances architecturales avec la pyramide de Djéser. Il identifie ainsi cette autre pyramide à degrés (inachevée) comme étant celle de Sekhemkhet, quatrième souverain de la IIIe dynastie.
Les fondations et le centre de la nouvelle pyramide à degrés, formant un carré mesurant approximativement 120 m. de côté, furent bientôt mis à jour, écrit Zakaria Ghoneim dans une relation très détaillée de sa découverte. Cette base est plus grande que celle de la Pyramide de Zoser. Dans son état inachevé, cet édifice qui est une pyramide tronquée a une hauteur maximum d'environ 7 m. Il y a cependant des raisons de croire qu'il avait originellement plus de 10 m. de haut et qu'il a été réduit à sa hauteur actuelle par les emprunts faits à ses pierres par les carriers dans les temps ultérieurs. Aucune trace de revêtement extérieur n'a été découverte et l'on peut présumer que seul le centre de la construction a été commencé et qu'elle n'a jamais été achevée. C'est une bâtiment carré, formé de lits superposés, composé probablement de 14 épaisseurs de maçonnerie, qui diminuaient en hauteur du centre vers l'extérieur et qui s'appuient à un nucleus central à un angle variant entre 71 et 75 degrés ; les faces forment un angle droit avec les lits. Les faces d'accroissement furent laissées à l'état brut. En supposant que chaque paire de ces épaisseurs était destinée à former un degré, comme c'est le cas dans la Pyramide de Zoser, nous pouvons inférer que la nouvelle pyramide était destinée à avoir 7 degrés au lieu des 6 que compte celle de Zoser. Si cette pyramide avait été terminée, elle aurait probablement atteint une hauteur de 70 m.


Au cours des fouilles qu’il poursuit sur le site jusqu’en 1956, avec une suspension de mai 1952 à novembre 1953, l’archéologue fait d’importantes découvertes : une longue tranchée ouverte creusée dans le roc, en plan incliné, et renforcée par des murs de soutènement massifs ; plusieurs mètres cubes d’ossements et restes d’animaux ; des bijoux, dont “une petite boîte pour cosmétiques en or, travaillée en bosse et ayant la forme d'un coquillage” ; de la vaisselle et des jarres “dont les bouchons d'argile portaient une marque imprimée avec un sceau cylindrique et qui révèle le nom d'un roi jusqu'ici inconnu : Sekhem-Khet”...


La plus importante découverte reste à venir : dans une grande chambre taillée dans le roc au centre de la pyramide, “se trouvait un magnifique sarcophage d'albâtre translucide, veiné, de couleur or pâle. Il a 2 m 37 de long, 1 m 04 de large et 1 m 08 de haut. Le sarcophage, soigneusement examiné se révéla être intact.
Une ultime surprise attend toutefois l’équipe de fouilles, encouragée par Gamal Abdel Nasser en personne : “Lorsque le sarcophage a été ouvert, raconte Zakaria Ghoneim, il se révéla vide. Il semble évident qu'il n'a jamais été utilisé pour le véritable enterrement du roi, tous les indices prouvant que la tombe n'a pas été pillée. Le sarcophage est presque certainement un cercueil symbolique, qui était utilisé pour une cérémonie funéraire symbolique au cours de la fête de Heb-sed. Ayant été placé au centre de la pyramide, position normale pour la vraie tombe, ce sarcophage pouvait avoir pour but, également, de décevoir les voleurs de sépulture.

On peut imaginer la déception de l’archéologue, de son équipe et de l’assistance ! Mais les recherches n’avaient pas été vaines pour autant, puisqu’elles avaient identifié une pyramide jusque-là inconnue, ainsi que le nom d’un souverain de la IIIe dynastie “dont l'existence n'était mentionnée que par des inscriptions découvertes dans le Sinaï au début du XXe siècle”.

masque de Ka-Nefer-Nefer
Ghoneim a par ailleurs trouvé, sur le site de Saqqarah, le masque funéraire de Ka-Nefer-Nefer, une noble de la 19e dynastie. Après avoir été entreposé à Saqqarah, puis au musée du Caire, ce masque été transporté à Tokyo pour une exposition… qui n’aura jamais lieu ! Il est alors retourné à Saqqarah, puis envoyé en 1966 au laboratoire de conservation du département des antiquités rattaché au Musée égyptien. Déclaré manquant lors d’un inventaire effectué en 1973, on le retrouve en 1998 au St. Louis Art Museum - USA, ce musée l’ayant acquis de Phoenix Ancient Art (appartenant aux frères Abouttam, condamnés depuis lors, pour contrebande, à des peines de prison en Égypte).
L’”affaire” n’est toujours pas close… même si l’Égypte revendique la propriété du masque, qui aurait donc été volé, tout en disculpant Ghoneim d’une quelconque responsabilité dans sa “disparition”.


Zakaria Ghoneim présente le sarcophage d'albâtre
à Jefferson Caffery, ambassadeur des États-Unis
En novembre 1958, Zakaria Ghoneim est nommé directeur du Musée du Caire. Mais il n’occupera cette fonction que peu de temps. Accusé - à tort tiendra à préciser Jean-Philippe Lauer -, de vol et de contrebande d’antiquités, et ayant dû se soumettre à divers interrogatoires de la police, il ne peut supporter pareil outrage : le 12 janvier 1959, “dans de mystérieuses circonstances”, on retrouve son corps noyé dans les eaux du Nil au Caire.
Après cette dramatique disparition de l'égyptologue, les fouilles qu’il a entreprises seront poursuivies et complétées par les travaux de Jean-Philippe Lauer avec lequel Zakaria Ghoneim reste, par-delà le temps, associé, ces deux archéologues ayant offert, selon les termes de la présentation d’un programme de recherche proposé par l’ambassade de France au Caire, à la fois “par leurs travaux de terrain et leurs publications, une contribution majeure à l’histoire de l’architecture des pyramides”.


Extraits de La pyramide ensevelie, M.Z. Goneim, traduction de l'anglais par Françoise Noël, 1957

"Nous ne pouvons relater ici que les grandes lignes du processus de construction. Mais encore faut-il rappeler ce qu’on sait aujourd’hui de l'organisation du travail et de l’enchaînement des opérations. Sans vouloir exposer à mon tour une théorie personnelle sur la manière dont ont été transportées et mises en place les pierres énormes des pyramides les plus récentes, je dirai qu’aucune raison ne permet de croire que les Égyptiens aient jamais été en possession de moyens mécaniques plus perfectionnés que le levier, le rouleau et le plan incliné. Il y a même peu de
chances de pouvoir prouver qu’ils aient connu la poulie. Engelbach émet l’hypothèse que les pierres étaient traînées à bras d'homme et qu’on les faisait glisser dans une sorte d’ornière de mortier liquide qui servait de lubrifiant. Il pense aussi qu’on achevait de les polir et de les mettre en forme sur place. Aucune figuration de poulie ou de treuil n’a jamais été relevée dans les peintures ni dans les bas-reliefs. On n’a pas non plus réussi à discerner sur aucune pierre des traces de griffes ou de traits qui eussent révélé un système de traction. On sait d’autre part que même les vergues des bateaux égyptiens étaient hissées d'en bas et non point tirées. (Seule exception : le grand monolithe qui servit à boucher le passage de la chambre sépulcrale dans la tombe du Sud qui fait partie de l’ensemble de Djeser et sur laquelle je reviendrai.
On l’a très certainement soulevée et déposée à l’aide d’une corde qui passait par une poutre et permettait la suspension. Mais cela se passait à l'intérieur et rien ne prouve que l’on sût faire usage de supports de ce genre dans des chantiers extérieurs.)
Ces problèmes ne se posent pas pour nous dans les pyramides de la IIIe dynastie, dont les pierres sont petites et pouvaient parfaitement être transportées par deux hommes.
Parlant plus haut de l'extraction et du transport des pierres, j’ai laissé entendre que les hommes qui effectuaient ce travail étaient organisés en équipes ou corporations bien définies. Il est probable qu’une vaste et méticuleuse organisation administrative a seule permis l’ordre et la régularité d’une exécution qui dépendait essentiellement de la main-d'oeuvre.
Il fallait une véritable armée de scribes pour établir la comptabilité du matériel, pour marquer et suivre chaque élément, sans oublier de veiller à l'entretien alimentaire et domestique de cette foule d’ouvriers : carriers, artisans et autres qui s’activaient sur les chantiers."


Sources

Ambassade de France au Caire : "Le programme Lauer-Ghoneim"

Ève Gran-Aymerich, Les chercheurs du passé - 1798-1945, CNRS éditions, 2007


"Three Generations of Egyptian Archaeologists"

"Les grandes découvertes archéologiques de 1954" (Cealex)


"About Egyptian Pyramids", by Jimmy Dunn writing as Alan Winston

vendredi 23 février 2018

Le "secret" de l'alignement des pyramides, selon Glen Dash

"Trois pyramides égyptiennes, dont l'imposante pyramide de Khéops (138 mètres de haut), édifiées il y a 45 siècles, sont presque parfaitement alignées sur les quatre points cardinaux. Mais comment les architectes de l'époque ont-ils réussi des alignements avec une précision de plus de quatre minutes d'arc (soit un quinzième de degré) ? La question intrigue les archéologues depuis plus d'un siècle. De son côté, Glen Dash, un ingénieur qui participe à des recherches archéologiques sur le plateau de Gizeh, pense avoir trouvé la réponse." (Futura Sciences)