samedi 5 décembre 2009

La Grande Pyramide, "qui passe tout ce qu'il y a au reste du monde" (François de La Boullaye - Le Gouz -XVIIe s.)

Le sieur de La Boullaye (Wikimedia commons)

Dans ses Voyages et observations, ouvrage édité en 1653, le sieur François Le Gouz de La Boullaye (1610 ou 1623-1668 ou 1689), gentilhomme angevin, consacre un chapitre aux trois grandes pyramides d'Égypte et à la figure du Sphinge (1). Comme tous les voyageurs de son temps ou des deux siècles qui suivront, il prête plus attention aux dimensions des édifices qu'aux questions techniques de leur construction. Sans doute parce les maîtres en la matière, Hérodote ou Diodore de Sicile, restaient les références absolues...
Pour une meilleure lecture du texte, j'en ai rétabli globalement l'orthographe actuelle et ai souligné (en gras) quelques groupes de mots.
On ne manquera pas d'y noter quelques imprécisions, dont une curieuse inversion des "auteurs" respectifs des seconde et troisième pyramides.
Certains détails relevés par l'auteur méritent également une particulière attention :
- le Sphinx, représentation (possible) de Khéops ;
- la présence d'un puits, à côté du sarcophage dans la Chambre du Roi ;
- la nécessité, pour visiter la pyramide dans de bonnes conditions et si l'on tient à ne pas connaître le même sort qu'un certain "religieux cordelier de la famille de Jérusalem", de ne pas avoir l'estomac plus gros que la tête !


À trois lieues du Caire, tirant à l'Ouest-Sud-Ouest, j'allai voir les pyramides d'Égypte, appelées par les Turcs pharaon dagler, ou montagnes de Pharaon, parce que Pharaon était le nom des rois d'Égypte, comme Sultan est celui des rois ottomans, Shah celui des rois de Perse, et Négus celui des rois abyssins, lesquels firent autrefois bâtir ces mausolées superbes.
À [une] demie lieue du Caire vers le Sud-Ouest, nous arrivâmes à Memphis, appelée par les Turcs Eski Messer, ou vieux Caire. De Memphis nous tirâmes au Nil, laissant à main gauche le Kalis, ou Turcie (2), où l'on coupe le Nil pour le faire venir au Caire, lorsqu'il est en sa consistance, et passâmes cette rivière proche d'une petite île où il y a un château, d'où le Pacha voit couper le Kalis ; et marchant a l'Ouest, nous rencontrâmes un autre port qu'il fallut passer en bateau et divers ponts, jusques à ce que nous arrivâmes aux sables arides.
A - [La] Grande Pyramide d'Égypte bâtie par Keope ainsi que plusieurs affleurent ; d'autres croient que le même pharaon qui se noya dans la mer Rouge l'avait fait bâtir pour son tombeau. Mais Moïse ne parle point de ce superbe édifice qui passe tout ce qu'il y a au reste du monde. Mahomet dit dans le Coran, au chapitre du Musulman, que Pharaon dit à Haman : Fais-moi bâtir un haut palais, peut-être que j'arriverai aux Cieux. Cette pyramide occupe 640.000 pieds de roi en carré de superficie par sa base sur la terre, et a de solide 120.320.000 pieds cubes en son total. Sa figure est carrée, et occuperait dans l'air, si elle était suspendue, 1.878.400 pieds de roi en carré dans sa superficie totale ; elle est faite de 4.456.294 pierres ; chacune de ses pierres prises a 17 pieds cubes dans leur solide.

D - Plateforme au sommet de la pyramide de 12 pierres en carré, où 60 hommes peuvent tenir, distant du centre de 565 pieds, qui est la hauteur de la pyramide.

E - La hauteur de la montée, ou plutôt la ligne d'un des côtés de la pyramide tirée de D en F ou du sommet à l'un des angles de la base est de 800 pieds de roi : l'autre ligne tirée du sommet au milieu de la longitude ou latitude, ou si l'on veut de D en G, est de 774. pieds.

F - Longitude de la pyramide de 800 pieds égale à la latitude, de manière que la circonférence est de 3.200 pieds, et le diamètre de sa base, ou la ligne diagonale d'un des angles à l'autre est de 1131 pieds. Il n'y a archer si vigoureux qui pût tirer une flèche du sommet au-delà de la circonférence, parce qu'il y a 400 pieds depuis le centre jusques à la plus proche partie de la circonférence, et 566 pieds jusques à la plus éloignée, outre que la hauteur fait un arc plus grand, à cause de l'éloignement du centre de la terre. La porte de cette pyramide est un peu plus au Couchant qu'au Levant, et regarde le Nord directement. Elle est à la 15e pierre, la pierre de dessus est de 11 pieds 3 pouces de haut, et 3 pieds 5 pouces de large ; ceci suffit pour le dehors.

N - Seconde pyramide bâtie par Rodope, fille de Keope à ce que l'on dit ; elle est d'un quart plus petite dans toutes ses proportions que la grande.

O - Troisième pyramide bâtie suivant la même tradition, par Cephrin frère de Keope ; elle est d'un quart plus petite que la seconde.

P - Mumies où il y a plusieurs pyramides distantes [de] trois lieues et demie des pyramides de Pharaon, par un chemin de sable aride, comme nous avons dit au précèdent chapitre.

Cette figure appelée Ablehon par les Turcs, et Sphinge par les Européens, est taillée dans le roc, et si prodigieusement grande qu'elle a dix-huit pieds du menton à l'oreille. Elle a le nez camard (3) comme les Maures, ou Éthiopiens, ce qui me fait croire que c'était la représentation du même Roi qui a fait bâtir la grande pyramide, ou de quelque Empereur de Libye qui a poussé ses conquêtes jusques en Égypte, quoique l'on tienne religieusement que les anciens Égyptiens l'honoraient comme un dieu, parce que le Sphinge était un animal que l'on feignait être engendré d'un lion et d'une vierge. Leurs sages avaient trouvé cette divinité, à cause que le Nil est dans sa consistance, et fertilise l'Égypte en l'inondant lorsque le Soleil passe du signe du Lion à celui de la Vierge. Ce Sphinge n'a ni le nez, ni les yeux, ni la bouche percée, et l'on n'aurait pas plutôt entendu la voix du valet du Sacrificateur du côté de la face, que du derrière de la tête, ce qui aurait été ridicule, si l'on lui avait voulu faire rendre des oracles, mais il n'est point nécessaire que les statues parlent pour être honorées du peuple (...).
Après avoir considéré le dehors des pyramides, je voulus voir le dedans de la plus grande. Je fis tirer un coup d'arquebuse dans l'entrée pour faire fuir les serpents ou animaux vénéneux, qui y auraient pu être. Je trouvai la pierre de dessus la porte d'une pièce de 11 pieds de long, et 8 de large, et l'entrée de la première allée allant en pente vers le midi de 3 pieds 6 pouces de haut, et 3 pieds 3 pouces de large ; cette allée va en descendant, et a 76 pieds 6 pouces de long.
Au bout de cette descente, je passai un goulet, ou lieu fort étroit, par lequel un homme un peu gras n'aurait pu passer. Et pour marque de mon dire, le chapelain du sieur d'Antoine, religieux cordelier de la famille de Jérusalem, français de nation, vint en ma compagnie et descendit pour entrer après moi dans la pyramide, mais son estomac s'étant trouvé plus gros que sa tête, il eut beaucoup de peine à se retirer du passage, et [je] crois que s'il se fût engagé brusquement, il aurait fallu le démembrer ou le couper par quartiers pour l'ôter de ce trou, et nous faciliter notre sortie. J'aurais eu un extrême regret que ce malheur lui fût arrivé, étant un saint personnage plein de douceur et de charité.
Pour moi, je me déshabillai et fis passer mon guide avec une chandelle le premier, lequel je suivis remontant six pieds un petit chemin, au bout duquel je trouvai une place où il y avait deux chemins : l'un à l'Est, l'autre à l'Ouest. Cette place a douze pas de tour étant fort inégale ; je pris à l'Est et trouvai une seconde allée de même élévation que la première de 111 pieds de long, au milieu de laquelle il y a un puits où l'on descendait les momies ou cadavres embaumés pour les placer en divers lieux qui sont sous la pyramide. Les Costes (4) disent que de ce puits on allait dans la tête du Sphinge, et que le serviteur du grand Prêtre des Égyptiens y allait sans être vu de personne et rendait les oracles. Ce que je ne me suis pu persuader parce que cette pyramide devait être close et fermée comme les autres, et par conséquent l'on n'eût pu aller dans ce puits si ce n'eût été que par la mort de quelque Grand, l'on ouvrît la pyramide et l'on fît rendre des oracles au Sphinge, ce qui aurait semblé encore plus merveilleux. Je trouvai par après une grande allée de six pieds quatre pouces de large et montai droit à l'Est-Sud-Est 164 pieds jusques à la porte d'une petite salle. Au dessous de cette allée est une autre allée basse de trois pieds trois pouces de large, et autant de haut, laquelle conduit en une petite chambre faite en dos d'âne où l'on mettait des momies. En montant la grande allée, je trouvai un petit parapet d'un côté et d'autre de deux pieds de large et quatre de haut avec de petits trous au dessus de trois doigts de large et demi-pied de long entaillés dans la pierre pour se tenir les mains, parce que la montée est sans degrés et unie comme du verre.
De cette allée j'entrai en une petite salle ordonnée pour le repos du cadavre de celui qui a fait bâtir cette pyramide, attendant la consommation des siècles ; elle a 32 pieds de long, 11 de haut et 16 de large, le haut en voûte droite de 9 pierres dont les 7 du milieu ont 4 pieds de large et 16 de long, et les 2 autres 2 pieds de large. Au bout de cette chambre tirant au Sud, il y a un tombeau de jaspe noir, de trois pieds un pouce de large et quatre pieds de haut, et six pieds dix pouces de long, lequel à mon avis a été autrefois le sépulcre de quelque Pharaon, parce qu'il semble que cette auge a été couverte, ayant plusieurs trous.
Il y a si longtemps que ces pyramides sont bâties que l'on n'en peut rien dire que par opinion. L'on ne doit donc s'attacher qu'à en considérer la structure. À l'Ouest de ce tombeau dans la même chambre, il y a un autre puits pour descendre des momies en divers lieux, ou [il est] possible que de ces puits l'on en tirait de l'eau pour bâtir les pyramides comme dit Hérodote [dans son] livre deuxième.
Dans ces chambres, places, allées et puits, il y a une infinité de chauves-souris qui ont des queues. J'ai observé qu'en tout le monde, il n'y en a que de 3 sortes, ce qu'Ovide au quatrième livre de ses Métamorphoses, décrit lorsqu'il dit que les trois filles de Minée furent changées en cet oiseau pour avoir méprisé la fête du dieu Bacchus, dont l'une tissait de la laine, l'autre du lin, et l'autre pressait ses servantes de travailler, et plus je considère et médite les écrits de cet auteur, plus je trouve qu'il a connu et expliqué la nature des choses, et m'étonne de ce que l'on le fait lire aux jeunes écoliers, vu que les plus habiles ont beaucoup de peine à l'entendre.


(1) le Sphinx (Sfinge, en italien)
(2) je n'ai pas réussi à identifier ces noms
(3) camus
(4) les Coptes ?

Aucun commentaire: