vendredi 9 mars 2018

Un ouvrage de Marco Virginio Fiorini : "L'Harmonie universelle"

L’architecte italien Marco Virginio Fiorini confie aux lecteurs de “Pyramidales” l’intégralité de son deuxième ouvrage (en version italienne) : L’Armonia universale - Scoperte nelle piramidi le meraviglie di Maat (“L’Harmonie universelle - Les Merveilles de Maat découvertes dans les pyramides”).

Nous proposons ci-dessous une traduction en français de l’introduction de cet ouvrage.
Merci à Marco Virginio Fiorini pour sa confiance et le “privilège” qu’il accorde à “Pyramidales” de se faire ainsi l’écho du fruit de ses nouvelles recherches.



"Pourquoi, quand nous regardons un coucher de soleil aux mille couleurs ou l'horizon de la mer qui s’enflamme à l'aube d'un nouveau jour, sommes-nous émus ? Pourquoi retrouvons-nous la sérénité dans les pétales d'une fleur ou dans le visage d'un enfant ?
Pourquoi restons-nous surpris ou fascinés en observant la parfaite structure en spirale d'une coquille ou celle de certaines plantes telles que le tournesol ou l’ananas ? Pourquoi sommes-nous remplis d’admiration en observant la structure d'une ruche ou celle des cristaux de neige ?
Simplement parce que toutes ces choses que nous considérons sont belles !
"La beauté sauvera le monde", a écrit le grand Fiodor Dostoïevski.
Mais qu'est-ce que la beauté ? La beauté est harmonie.
Alors, qu'est-ce que l'harmonie ? L'harmonie est l'équilibre, c'est-à-dire la proportion, entre divers éléments constituant un tout. Cet ensemble peut être de toute sorte : une image, un objet, une musique, un comportement, ou des quantités telles que les longueurs, les surfaces, les volumes.
Nos questions continuent ...
La beauté est une proportion, d'accord. Mais pourquoi y a-t-il des proportions que nous n'aimons pas ?
C’est là le noeud de la question. Quelles proportions ?
Nous aimons seulement celles qui résonnent en nous, que nous trouvons instinctivement proches de la Nature, qu'elle soit humaine ou extérieure à nous (monde, univers).
À ce stade, il devient important de savoir si nous pouvons connaître les proportions que nous aimons.
Oui, c'est possible.
En des siècles d'observation, l'homme a réussi à comprendre quels sont les critères qui font qu’une proportion nous plaise.
Je suis resté bouche bée quand j'ai réalisé que les Égyptiens eux aussi avaient découvert ces critères.
Je peux l’affirmer : parce qu'ils ont été capables de les reproduire et les utiliser dans leurs œuvres (bâtiments, sculptures, tombes, peintures, ...) de telle manière qu’aujourd’hui, nous restons admiratifs.
Toutes les grandes constructions égyptiennes répondent à ces exigences, y compris, sans aucun doute, les pyramides de Gizeh et en particulier la Grande Pyramide, l’édifice le plus célèbre et le plus étudié de l'histoire, qui contient en lui les paradigmes de ces proportions.
Dans les chapitres qui vont suivre, je vais essayer de vous raconter, de la manière la plus simple possible, comment sa forme et ses dimensions en font une oeuvre absolument extraordinaire et fondamentale, non seulement pour la culture de l'ancienne Égypte, mais pour toute l'histoire de l'architecture universelle.
Nous découvrirons que ses proportions sont les mêmes que celles de notre Univers, de la Terre et de l'Homme.
Tel est le sens du message que les Égyptiens ont voulu nous laisser.
Découvrons-le ensemble.
"