lundi 9 février 2009

Analyse topographique du site des pyramides de Guizeh


L'implantation des trois pyramides principales du site de Guizeh n'a évidemment rien laissé au hasard.
Cette analyse où interviennent des données topographiques (arpentage, dimensions, positions relatives...) avec leurs interprétations diverses ainsi que des considérations prenant en compte les proportions et les nombres est plutôt complexe. Il ne peut être question dans le modeste cadre de ce blog d'inventaire de tenter une synthèse des théories et démonstrations en présence.
Je me contente ici de juxtaposer deux études qui ne se résument pas et que l'on pourra consulter directement à partir des liens mentionnés.

Le plan au sol des Pyramides de Guizeh, par John A.R. Legon
« (…) les dimensions et les positions relatives des trois pyramides ont été déterminées par un seul plan au sol unificateur.
L'existence d'un projet dimensionnel sous-jacent à la mise en place des trois pyramides est suggéré en premier lieu par l'arrangement très régulier de ces pyramides sur le plateau de Guizeh. On peut ainsi remarquer que les longueurs des côtés de base et les distances qui les séparent définissent des distances axiales nord/sud et est/ouest liées les unes aux autres. Les trois pyramides sont positionnées avec précision relativement aux quatre points cardinaux, et elles ont été placées, l'une par rapport à la suivante, dans une configuration qui répond aux exigences d'un dessein dimensionnel cohérent. Certaines difficultés techniques relatives à l'emplacement choisi pour chaque pyramide donnent également à penser qu'il doit y avoir eu une contrainte importante, qui s'ajoute à d'autres facteurs tels que la facilité de construction ou le choix du site le plus favorable du point de vue architectural, qui ont déterminé le positionnement de chacune des trois pyramides. »
Les proportions et les nombres, d'après Michel Sélaudoux
« La méthode utilisée pour l'ensemble du plateau de Guizeh et principalement pour déterminer le lieu d'implantation de chacune des trois grandes pyramides a été celle des trames au pas de 350 coudées chacune dont chacune des mailles était subdivisée selon une division Euclidienne de 11 fois 30 coudées avec un solde résiduel de 20 coudées.
Pour les constructions elle-mêmes, la Pyramide de Khéops aurait été conçue et dessinée au moyen de trames de 20 coudées (ou 40, ce qui donne le même résultat). Ne connaissant pas les fractions autres que celles de numérateur 1 sauf la fraction 2/3, les proportions étaient obtenues en comptant le nombre de carrés verticalement et horizontalement pour obtenir le rapport souhaité puis ensuite tracer la diagonale du rectangle correspondant. Par exemple la grande galerie, la grande descenderie, les gaines de la chambre royale, etc,...
Pour les calculs qui s'inscrivent dans le courant de pensée initié par les Babyloniens plus de 3000 ans avant Jésus-Christ et poursuivi par Pythagore, Euclide et jusqu'à nos jours, les trois grandes Pyramides utilisent les triades (ou triplets pythagoriciens) 7-11-13 puis 11-13-17 et 41-53-67, triades qui si elles sont inexactes dans l'absolu selon nos actuelles connaissances étaient exactes à l'époque compte tenu du mode de recherche d'alors.
L'aboutissement étant Mykérinos (ancien nom:
"Mykérinos est Divin") dont les mensurations sont base=200, hauteur=125, c'est à dire utilisant les deux triades 3-4-5 (75-100-125) et dont les relations avec les deux autres grandes pyramides sont très particulières. »

Aucun commentaire: