samedi 11 décembre 2010

Construction des pyramides : Alexander Badawy (XXe s.), favorable à la théorie de l’accrétion

L’égyptologue égyptien Alexander Badawy (1913-1986) est connu notamment pour sa théorie sur les conduits dits de “ventilation”, dans la Grande Pyramide, conduits qui, selon lui, avaient plutôt été construits pour être orientés, conformément à la croyance de la migration de l’âme du roi défunt, vers les étoiles circumpolaires (conduit nord) ou celles de la constellation d’Orion (conduit sud).
Dans un article publié en 1977 par la revue The Journal of Egyptian Archaelogy (vol. 63), il développa brièvement sa conception des techniques mises en œuvre pour la construction des pyramides (“The periodic system of building a pyramid”).



Illustration extraite de gizapyramids.org
Voici l’articulation de cet article :
1 - les données premières du problème lié à la construction des pyramides sont, outre l’ “orientation cosmique”, la maîtrise de l’angle d’inclinaison et de l’alignement (éviter la “torsion”) des faces ;
2 - les blocs de pierre mis en œuvre dans la construction des pyramides étaient transportés sur des chaussées, puis sur des rampes enveloppantes : “A foothold embankment of brick surrounding the pyramid as a carapace was built and raised successively at the levels of its courses. It could have measured about 13 metres in width.3” ;
3 - structure interne d’une pyramide (“Old Kingdom”) : une série de couches obliques et  concentriques autour d’un noyau central (“a series of slanting layers laid out on concentric squares around a prismatic core”), selon la théorie de l’ “accrétion” ;
4 - en réponse au n° 1 : application d’un procédé basé, avec quelques variantes selon diverses théories, sur le contrôle visuel de l’alignement, l’utilisation du fil à plomb et la construction de murs d’angle enveloppants, montés en briques, ce procédé étant répété pour chaque couche (“the only suggested possibility was horizontal measuring to build up the slope 11:14 from a plumb line outside the foothold embankment” ;  “controlling the slope of the faces by sighting and measuring from corner walls would have presented an immense advantage over measuring from a plumb line in a pit built as deep as 17 metres in the embankment” ; “the system of building in periods up to the levels of the accretion faces, if correct, was certainly brought in conjunction with the corner walls corresponding to these levels” ;
5 - le procédé de construction par “accrétion” a pu avoir une signification religieuse : laissées apparentes, les différentes couches successives revêtant le noyau central formaient un gigantesque escalier permettant au pharaon de monter vers les étoiles “impérissables”.

Pour consulter l’intégralité de cet article, que je n’ai malheureusement pas eu l’autorisation de reproduire dans ce blog (*) : cliquer ICI  (gizapyramids.org) ou ICI (téléchargement payant sur le site Journal Storage - JSTOR)

(*) conscient et, je l’espère, respectueux des droits de propriété intellectuelle, j'accepte les restrictions quand elles me sont demandées. Toutefois, je dois bien reconnaître une fois encore qu’un blog est souvent considéré comme une publication de seconde zone. Le grand “fourre-tout” d’internet est certainement pour quelque chose dans ce que je considère comme une mise à l’écart injustifiée ! 

Aucun commentaire: