dimanche 27 septembre 2009

Des "miracles réduits à leur juste valeur"

Carsten Niebuhr

Dans son Voyage en Arabie et en d'autres pays de l'Orient, Tome 1 (1780), l'explorateur et géographe danois Carsten Niebuhr (1733-1815) relate ces observations effectuées sur le site de Guizeh :

Parmi les antiquités de l'Égypte, les plus étonnantes sont sans doute les pyramides. Si l'œil n'est pas flatté par la vue de ces masses énormes, il en est au moins singulièrement frappé.
(...)
Arrivé au pied de ces masses prodigieuses, le voyageur est étonné et son imagination paraît s'exalter. C'est la raison, je crois, pourquoi on trouve au premier aspect les pyramides beaucoup plus hautes qu'elles ne le font en effet. Mon premier soin fut de les mesurer, et après l'avoir fait avec autant d'exactitude qu'il était possible, au milieu de la foule d'Arabes inquiets et ombrageux qui m'environnait, j'ai trouvé la hauteur de la plus grande et de la première de ces pyramides, de 440 pieds. Le résultat de mon opération me surprit, par sa différence avec les mesures de tant d'autres voyageurs ; de sorte que je me fis de la peine, pendant un temps, de publier la mienne.
(...) Ces masses énormes sont construites d'une pierre calcaire molle, de la même nature que le roc sur lequel elles sont assises. Il est donc à présumer que toutes les pierres de taille ont été prises sur le lieu même, et travaillées avec peu de peine et de dépense. C'est ainsi par un goût pour le merveilleux, ordinaire aux voyageurs, qu'on a parlé de l'énormité des frais et du travail que ces montagnes de pierre de taille doivent avoir coûté. Avec le secours de la physique et de l'histoire naturelle, les miracles de toute espèce se réduisent à leur juste valeur.
Pour augmenter la haute opinion que ces écrivains tâchaient d'inspirer de la magnificence de ces monuments, ils ont soutenu que les pyramides avaient été revêtues de marbre tout autour. Mais, malgré mes recherches, je n'ai pu découvrir aucune trace, ni même aucun indice d'un tel revêtissement. À côté de la troisième pyramide, on trouve, il est vrai, des morceaux de granit parmi les décombres, mais ces pièces ne sont ni assez grandes ni assez nombreuses pour faire croire qu'une partie seulement de la pyramide ait pu en être couverte. Ces blocs ont servi peut-être d'ornements, et  ont contenu des inscriptions dont les pyramides elles-mêmes ne montrent aujourd'hui aucun vestige.
(...) Le fameux Sphinx s'enfonce de plus en plus dans le sable, et la plus grande partie de son corps est déja ensevelie. Il paraît entièrement taillé dans le roc sur lequel la pyramide est située: ce qui confirme ma conjecture touchant l'endroit d'où l'on a tiré les pierres pour bâtir les pyramides. J'ai mesuré le menton du Sphinx ; il a dix pieds six pouces de haut : le visage a près de dix-huit pieds de longueur.
La mémoire de ceux qui ont construit ces monuments monstrueux a péri il y a plusieurs milliers d'années : les pyramides se dégradent visiblement et périront à leur tour ; quoiqu'à juger de l'avenir par le passé, il s'écoulera encore plusieurs milliers d'années avant leur entière destruction.


Illustration extraite de Wikimedia commons (source : J. P. Trap: Berømte danske mænd og kvinder, 1868)

Aucun commentaire: