samedi 13 mars 2010

Jean-Pierre Houdin : "Toujours plus loin dans la connaissance de la pyramide de Khéops et des autres grandes pyramides lisses de la 4ème Dynastie, qui forment un tout indissociable"

Photo Marc Chartier
"Khéops Révélé", la reconstitution du chantier de construction de la Grande Pyramide, telle que la développe l'architecte Jean-Pierre Houdin, aura une suite. Les lecteurs de Pyramidales en ont déjà été informés. Voir ICI.
Une suite : en d'autres termes, Jean-Pierre Houdin n'a pas le culte de la pensée monolithique, arrêtée une fois pour toutes, même si les onze années qu'il a consacrées à la pyramide de Khéops lui ont permis d'acquérir de fermes convictions sur l'art et la manière des bâtisseurs égyptiens.
Reste un verrou, et non des moindres, à faire sauter pour parachever la reconstitution du chantier : sa "validation" sur place, avec l'incontournable préalable de l'autorisation de qui de droit à la tête des Antiquités égyptiennes.
Dans l'attente de ce précieux sésame et du deuxième épisode de "Kheops Révélé", avec une nouvelle fois sa traduction en 3D par Dassault Systèmes, Jean-Pierre Houdin a eu l'amabilité de répondre à mes questions.

*********

Pyramidales : Les lecteurs de Pyramidales ont été informés, le 25 septembre dernier, que vous nous donniez rendez-vous vers la fin du printemps 2010 pour nous révéler de nouveaux éléments relatifs à la reconstitution, telle que vous la concevez, du chantier de construction de la Grande Pyramide. Il semblerait que le délai soit légèrement prolongé. Pour quelle raison ?

Jean-Pierre Houdin : En effet, au début de l'automne dernier, j'ai annoncé à plusieurs occasions, comme par exemple à la Géode lors des soirées Kheops Révélé 3D, à vous-même Marc Chartier ou à d'autres médias, que les hirondelles nous amèneraient, à leur retour en 2010, donc au printemps, de nouvelles révélations sur la construction de la pyramide de Kheops. Ces nouveaux éléments sont actuellement regroupés sous le titre Épisode 2, Épisode 1 ayant, quant à lui, été révélé le 30 mars 2007 à la Géode.
Il se trouve qu'entre-temps, les simulations, effectuées à partir des 20mn de vidéo HiDef tournées dans la pièce derrière l'encoche dans l'angle Nord/Est, ont abouti à une légère mais très importante redéfinition de la zone de rotation des traîneaux, modification qui ne change rien au principe mais qui simplifie grandement les opérations de rebouchage final. De plus, mes recherches m'ont récemment amené à découvrir de nouveaux indices très probants corroborant mes révélations antérieures. Il a donc été décidé, en accord avec les équipes de mon partenaire Dassault Systèmes, d'intégrer celles-ci à Épisode 2. L'ampleur de cette modification et ces découvertes, dont certaines complètent et confirment l'utilisation d'un système à contrepoids pour la construction de la Chambre du Roi, implique une charge de travail beaucoup plus importante que prévue à l'origine, nous conduisant à repousser Épisode 2 au moment du départ des hirondelles... soit au début de l'automne. Après onze années passées à travailler exclusivement sur la pyramide de Kheops, je n'en suis plus à quelques mois de délai supplémentaire, surtout quand le résultat sera d'autant plus inattaquable.

Pyramidales : Dans le respect - que nous comprenons - de la discrétion dont vous souhaitez entourer vos recherches, pouvez-vous néanmoins nous donner quelque idée des aspects techniques sur lesquels porte actuellement votre réflexion ?

Jean-Pierre Houdin : Depuis des années, je n'ai eu de cesse de répéter : "Apprenons à comprendre "comment" la pyramide de Kheops a été construite, on comprendra ensuite le "pourquoi", le "par qui", et surtout le "quoi" de cette construction.
Pendant ces mêmes années, j'ai étudié, en collaboration avec le comité scientifique et technique de l'ACGP (Association Construire la Grande Pyramide) toutes les techniques de détection non-destructives qui pourraient être utilisées pour découvrir la rampe intérieure sans toucher à la pyramide. Depuis 2005, un dossier complet, regroupant des équipes égyptiennes et françaises et soutenu par des grands égyptologues de renommée mondiale, est en attente de recevabilité par les Autorités égyptiennes qualifiées. Malgré plusieurs contacts au Caire au lendemain de la conférence de presse du 30 mars 2007, trois années plus tard il ne m'a toujours pas été possible d'aller de l'avant. Par contre, la réception des mes travaux dans le monde entier, par les milieux scientifiques et par le grand public, a conforté ma conviction du bien fondé de ceux-ci. Je considère que mon éthique, ma grande rigueur intellectuelle et ma réputation de sérieux ne sont plus discutables ; je pense donc avoir gagné le droit de passer à Épisode 2 (dont les grandes lignes dorment sagement depuis juillet 2003 au Copyright Office, Library of Congress à Washington DC) et donner ainsi un grand coup de balai sur tout ce qui a été dit sur la construction de cette pyramide depuis la nuit des temps ! Les choses ne pourront alors que bouger.

Pyramidales : Si je vous comprends bien, vous vous apprêtez à apporter des ajouts ou compléments à la première formulation de votre reconstitution du chantier de la pyramide de Khéops, compte tenu non pas de divagations intellectuelles purement gratuites, mais d'une meilleure analyse et d'une lecture plus approfondie du "terrain". Est-ce à dire qu'une théorie scientifique, notamment dans le domaine de la "pyramidologie", est toujours, peu ou prou, sujette à évolution ?

 Jean-Pierre Houdin : Votre phrase ne peut mieux résumer ma pensée. Pendant onze années, je n'ai eu de cesse d'aller toujours plus loin dans la connaissance de cette pyramide et des autres grandes pyramides lisses de la 4ème Dynastie car, je tiens à le préciser, elles forment un tout indissociable. Depuis bien longtemps je n'emploie plus le mot "théorie" pour mes travaux, mais "reconstitution du chantier". Je suis architecte et je m'intéresse à la pensée conceptuelle et constructive qui animait mes anciens confrères. Toute construction fait appel à un ou plusieurs processus techniques adaptés à chaque élément ou étape du projet. Dans le cas de la pyramide de Kheops, le processus ne peut pas être le même pour construire le volume et pour construire la Chambre du Roi, les problèmes étant différents. Et pour la construction du volume lui-même, les réponses techniques ne sont pas forcément valables pour la partie inférieure et pour la partie supérieure. Donc, à partir d'une théorie née d'une intuition, celle de mon père Henri en janvier 1999 - "construire de l'intérieur" -, l'évolution a été si considérable qu'il ne s'agit plus maintenant de remettre en cause les grands principes, mais d'affiner au détail près chaque processus et composant du chantier, une lecture approfondie des pierres et du "terrain", par exemple, étant très révélatrice.
La grande leçon que je tire maintenant, c'est cette logique et cette simplicité étonnantes qui ont présidé à tous les niveaux, de la conception à la réalisation.
Il est toujours plus difficile de faire... simple ! Les Égyptiens étaient passés maîtres dans le genre.


Pyramidales : Tout récemment, sous le titre Time for the Great Pyramid ?, un article de la revue américaine Archaeology Magazine établissait un parallèle entre les tests ADN menés sur la momie de Toutankhamon, dont les résultats viennent d'être divulgués, et la mission in situ que vous appelez de vos vœux et vous permettrait d'enregistrer, à l'aide de moyens ni invasifs ni destructifs, des images des entrailles de la Grande Pyramide. Quelle importance accordez-vous à un tel article qui prend fait et cause pour votre démarche ?

Jean-Pierre Houdin : Tout d'abord, j'ai été assez stupéfait d'apprendre par la presse que le coût estimé de l'ensemble des tests ADN sur les deux années qu'a duré cette étude approchait les 5 millions de dollars, y compris les équipements qui resteront certainement sur place. Suite à sept années d'analyse et de sélection de techniques non-invasives pour la détection de la rampe intérieure, la thermographie infrarouge se révèle très prometteuse et certainement la plus simple à mettre en œuvre. Je sais exactement ce que l'on peut détecter, des simulations scientifiques ayant été effectuées par Dassault Systèmes sur une pyramide virtuelle avec et sans rampe intérieure, et là où il faut chercher. Le budget d'une mission sur place se chiffre en quelques dizaines de milliers d'euros. Pour percer l'un des plus grands mystères de notre planète, c'est dérisoire !

L'article écrit par Mark Rose, rédacteur en chef d' Archaeology Magazine, revue officielle de l'Archaeological Institute of America, pilier de l'archéologie américaine, est d'une très grande signification scientifique. Je connais bien Mark Rose et celui-ci connaît très bien mes travaux. Mark ne se serait pas engagé à la légère. S'il l'a fait, c'est qu'il considérait qu'il était temps de conclure. Le grand avantage d'un élément de ma proposition, la rampe intérieure, est qu'il est irréfutable : si on la découvre un jour, le processus constructif sera confirmé, un point c'est tout. De nombreux indices confortent déjà cette proposition et la redécouverte de la pièce derrière l'encoche par le Dr Bob Brier lors du tournage d'un documentaire s'est révélée être d'un importance inestimable. Cette pièce est une partie de la rampe intérieure, vous le découvrirez à l'automne.
L'article de Mark Rose a le grand mérite d'avoir mis en évidence le vrai problème: pour quelle raison cherche-t-on, et ce depuis le début, à empêcher cette mission ?
On sait qu'elle ne perturbera en rien le monument ni même les visites touristiques, et qu'en cas de succès, elle peut avoir des retombées extraordinaires pour l'archéologie et l'Égypte.
Par contre, une chose est sûre : le "temps" travaille pour moi, car la technologie infrarouge se développe à grande vitesse ; elle se miniaturise et entrera bientôt dans le domaine grand public. Pensez qu'un jour, relativement proche, votre i-Phone aura une application... infrarouge!
Sur terre, et ce depuis la nuit des temps, le savoir et la connaissance ont toujours fini par triompher... un jour ! Mais parfois, c'est un peu long.

Pyramidales : La Géode (Paris-la Villette) continue de programmer Khéops Révélé, une présentation selon la technique de la réalité virtuelle en 3D et temps réel, mise au point par Dassault Systèmes. À combien évaluez-vous le nombre de spectateurs qui, à ce jour, ont assisté à cette présentation ? Dans la mesure où vous vous apprêtez à rendre publics certains compléments à votre reconstitution du chantier de Khéops, cette présentation de Dassault Systèmes fera-t-elle l'objet d'une nouvelle version ?


 Jean-Pierre Houdin : Depuis la mi-2007, j'ai personnellement commenté en direct cette animation 3D temps réel et relief, qui est unique au monde, près d'une trentaine de fois, ce qui représente au moins 7.500 spectateurs. Chaque présentation, de plus d'une heure et demie, est suivie d'une séance questions/réponses qui dure en général plus de 3/4 d'heure. Je suis toujours très surpris par la qualité des questions, qui montrent une grande attention des spectateurs. Les conclusions émises peuvent se résumer en trois phrases qui reviennent à chaque fois : "C'est très logique et plein de bon sens", "Pourquoi n'y a-t-on pas pensé plus tôt?" et "Quand allez-vous faire une mission infrarouge?"
Depuis également près de trois ans, la Géode propose une version "allégée" de Kheops Révélé, selon le même principe mais avec un conférencier, pour les scolaires ; plus de 40.000 jeunes ont déjà assisté à ce programme et j'en suis très fier, d'autant plus que les réactions de ce jeune public, au dire des intervenants, sont très positives. C'est la preuve que l'on peut intéresser des enfants et des adolescents, de façon ludique, à des sujets sérieux et instructifs .
Comme je vous le disais au début de cette interview, Épisode 2, qui sera dévoilé à l'automne, sera une nouvelle version de cette animation 3D, incorporant toutes les mises à jour de ce qui est connu de la reconstitution du chantier de Kheops, enrichie de ce qui attend depuis des années...
Disons simplement que ce que j'ai actuellement dévoilé ne représente que 50% de ce que je sais... Cela vous donne une idée de l'importance de ce qui va arriver au départ des hirondelles !
Et je peux vous dire également que mes amis de Dassault Systèmes ont fait aussi des pas de géant dans leur maîtrise des techniques d'animation 3D temps réel et relief.
Le cocktail devrait être... explosif !


Crédit photo : Hannah (portrait de Jean-Pierre Houdin)

Aucun commentaire: